Avant Match (Arsenal-Barça): LA MONTAGNE CATALANE

Ce soir, Arsenal va jouer un rôle qu’il n’a pas l’habitude de jouer, celui de l’outsider. Et quel outsider ! Car si dans sa confrontation avec le FC Barcelone il n’est pas favori, son adversaire lui l’est déjà pour le sacre final. Ultra favoris contre les Gunners, rares sont les clubs qui jouissent de ce statut face aux hommes d’Arsène Wenger. En effet, Arsenal va rencontrer ce qui se fait de mieux en Europe.

MACHINE A GAGNER !

Afficher l'image d'origine

32 matchs sans défaite ! C’est la série que le Barça vient tenter de prolonger à l’Emirates. Ce Barça version 2015-2016 n’est que la suite logique de celui 2014-2015. Champion d’Espagne, champion d’Europe, vainqueur de la Coupe du Roi, de la Super Coupe d’Europe et champion du Monde des Clubs… et le Barça de Luis Enrique n’est toujours pas rassasié. Avec huit points d’avance sur son dauphin en Liga et sa présence en finale de la Coupe (face au FC Séville) cela fait déjà deux titres quasiment en poche (sauf accident). Reste le marathon européen, qui reste encore et toujours un objectif de la saison, cela commence par la première étape: Arsenal. Alors ne quittons pas encore la Catalogne, vu de là-bas, le match aller sera compliqué, mais l’adversaire en lui-même reste une formalité. Ce serait un échec que de se faire sortir de la compétition par nos Gunners…

Face à lui, la perfection… ou presque et Arsène Wenger ne s’y trompe pas: “Aucune équipe n’est parfaite, mais Barcelone en est très proche”. Oubliez le Bayern, avec tout le respect que l’on doit à ce grand club, c’est difficilement croyable mais Barcelone est encore une classe au-dessus, pour notre plus grand plaisir (ironie, évidemment). Pour comparer avec l’autre FCB, nous avions eu peu le ballon et concédé énormément d’occasions mais grâce à un grand Petr Cech (et un manque de réalisme bavarois) nous avions gardé notre cage inviolée et avions été froids de réalisme devant. Mais bénéficierions nous d’un manque de réalisme catalan ? C’est difficilement imaginable autant l’attaque du Barça est monstrueuse. Composée de tueurs, des monstres de réalisme qui martyrisent les défenses espagnoles et européennes. Trois cracks: Messi (30 buts et 12 assists en 33 matchs), Neymar (23 buts et 16 assists en 32 matchs) et Suarez (41 buts et 14 assists en 37 matchs). La MSN est peut-être le meilleur trio de l’histoire et au-delà des chiffres, ils font la différence aussi dans le jeu et profitent d’une liaison plus que parfaite, ce qui rend leurs influences sur un match encore plus importante. Rajoutez à cette attaque infernale un Iniesta magique, très bien accompagné par Rakitic et Busquets. Un milieu synchronisé et qui joue juste, ce Barça la tient le ballon en moyenne 62% du temps.. et le milieu en est pour beaucoup.

PERDU D’AVANCE ?

Afficher l'image d'origine

Après avoir lu le paragraphe précédent, il se peut que vous commenciez à sérieusement vous inquiéter, c’est compréhensible. Mais tout n’est pas encore écrit. Si les Blaugranas ont leurs armes, les Gunners aussi, à commencer par le premier élément de la composition d’équipe: Petr Cech. Effectivement, l’unique recrue estivale est un facteur clé à notre (éventuel) exploit. Seul champion d’Europe de l’effectif, il est l’un des joueurs les plus craints côté catalan de par son potentiel et surtout son expérience. Toujours en défense, le Koscielny actuel ne sera pas de refus, bien entouré par sa paire de latéraux espagnols (Monreal-Bellerin) qui réalisent une grosse saison. Reste l’énigme Coquelin. Est-il prêt physiquement ? Lui qui est tellement généreux en efforts dans son jeu ne devra pas être limité physiquement pour sortir un grand match.

Les Gunners n’auront pas énormément le ballon (à l’image du match contre le Bayern) et ne pourra pas déployer son jeu habituel, mais, auront des coups à jouer en contre, domaine où Arsenal pourra faire mal, et ne devra pas gaspiller ses opportunités en étant efficace.

Solidarité, solidité défensive et efficacité, seront les maîtres mots.

ÖZIL-ALEXIS: L’HEURE DE VERITE ?

Afficher l'image d'origine

Si le tandem germano-chilien n’a plus rien à prouver de son talent aux yeux des supporters en compétition nationale, reste une mission qui n’a pas encore été remplie. Faire passer un palier à Arsenal sur la scène européenne. Ce sera la lourde de tâche des deux “stars”. Depuis l’édition 2009-2010 de la Ligue des Champions, jamais Arsenal n’a franchi le stade des huitième de finale. De quoi se poser des questions sur l’ambition continentale des Gunners. Ce sera la lourde tâche qui les attend. Eliminer le Barça sera très compliqué certes, mais reste possible en faisant un bon résultat, si et seulement si, nos top players (Cech-Özil-Alexis) exploitent la pleine mesure de leur talent et entraînent le reste de l’équipe dans leurs sillages… et nous fassent rêver.

LES INFOS CLES

  – Le nombre de buts que Lionel Messi a inscrit face à Cech en 5 confrontations (0)
– Arsenal a manqué six fois de suite les quarts de la Ligue des Champions.
– En cinq matchs, Arsenal n’a battu le Barça qu’à une reprise (1 nul et 3 défaites)
– Toutes compétitions confondues, Arsenal est à 60 buts. La MSN en est à 94…
– Le Barça a toujours atteint les demis depuis 2007 sauf en 2014 (quart), sa dernière élimination en huitièmes remonte à 2006.

INFORMATIONS SUR LE MATCH

Arbitre: Cüneyt Çakır (Turquie)

#Arsenal Suspendu: Aucun / Blessés: Gabriel, Wilshere, Rosicky et Cazorla / Menacé: Özil, Campbell et Giroud.

#Barça Suspendu: Arda Tùran / Blessé: Rafinha / Menacé: Piqué

#Sabri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *