Un Arsenal déprimant et déjà éliminé de la FA Cup

Arsenal débutait cet après-midi la défense de la FA Cup, remportée l’année dernière face à Chelsea. Comme chaque année, la compétition revêt une importance particulière pour les supporters du club, trois fois vainqueurs lors des quatre dernières éditions. De plus, cette année encore, la FA Cup pourrait permettre de donner du baume au cœur à des fans une nouvelle fois déçus des performances en championnat.

Pour son entrée en lice, les Gunners se déplacent sur le terrain du mythique Nottingham Forest, qui occupe  une modeste 14e place en Championship, la deuxième division anglaise. Arsène Wenger profite ainsi de cette rencontre pour laisser souffler tous ses titulaires après une période des fêtes où la rotation à été quasi inexistante. On retrouve donc sur le terrain au coup d’envoi les remplaçants habituels que sont Walcott, Welbeck, Iwobi, Elneny, Holding, Mertesacker, Debuchy ou Ospina. À leurs côtés, trois jeunes du centre de formation que l’on commence à bien connaître, puisqu’il s’agit des prometteurs Nelson et Willock, et du désormais incontournable Maitland-Niles.

Malgré cette rotation considérable, le onze est donc relativement solide, d’autant que tous ses joueurs ont tout intérêt à se montrer s’ils veulent bousculer une hiérarchie qui, au vu des performances, n’est pas intangible.

1è mi-temps :

La première chose que l’on remarque, c’est qu’Arsenal évolue avec une défense à 4, ce qui est de plus en plus souvent le cas ces dernières semaines. Au milieu, Elneny est entouré de Willock et d’Iwobi tandis que Walcott est à droite, Welbeck est en pointe, et que le jeune Nelson évolue enfin avec l’équipe une à un poste qui lui convient, celui d’attaquant de côté.

Pour autant, il ne se passe pas grand-chose dans le premier quart d’heure. Arsenal joue à un rythme assez faible et en dehors d’une possession de balle favorable, ne montre rien qui pourrait décourager les joueurs de Forest. Ceux-ci sont d’ailleurs entreprenants devant, et Cash se procure une première occasion sur une frappe sortie par Ospina en corner.

Quelques instants plus tard, Arsenal se fait même punir. Sur un coup franc pour Forest placé à l’entrée de la surface mais très excentré, quasiment au niveau de la ligne des six mètres sur le côté droit, le ballon est tiré fort devant le but d’Ospina, où Lichaj est absolument seul. Le défenseur dévie de la tête juste devant Ospina et le ballon fuse dans les filets. Forest mène donc 1-0 à la 20e minute de jeu et ce n’est pas volé pour cette équipe davantage déterminée.

Ainsley lutte

Arsenal va heureusement réagir dans la foulée. Sur un coup franc similaire bien que moins excentré, Walcott trouve la tête de Holding au point de penalty. La tentative du jeune défenseur anglais heurte le poteau. Le ballon est ensuite cafouillé et Mertesacker arrive à l’envoyer du bout du pied au fond des filets pour égaliser. Le capitaine célèbre à peine et revient en courant dans sa moitié de terrain. Il n’a semble-t-il pas du tout apprécié d’être mené au score par une équipe de division inférieure et le fait savoir à ses coéquipiers.

Mais la réaction dans le jeu des Gunners  se fait attendre. Arsenal a en effet la possession et quelques situations chaudes, mais c’est Forest qui se procure les meilleures occasions, à l’image de Bereton qui par deux fois à la demi-heure de jeu, a l’occasion de marquer mais se heurte à un David Ospina inspiré.

Forest y croit de plus en plus et Bereton fait très mal à Mertesacker, dépassé en vitesse. Au-delà du défenseur allemand, c’est toute la défense des Gunners qui inquiète. Elle va être de nouveau sanctionnée juste avant la mi-temps.

Sur un centre venu de la droite, Holding dégage mal, c’est-à-dire dans l’axe, et le ballon arrive sur Lichaj. Le défenseur américain de Forest contrôle de la poitrine et envoie une reprise un peu en cloche en pleine lucarne d’un Ospina qui sur le coup était resté immobile.

2-1

Au terme des 45 premières minutes, Nottingham Forest mène donc 2-1 et c’est mérité. Arsène Wenger, en tribune pour cette rencontre, a la mine des mauvais jours, lui pour qui une élimination dès l’entrée en lice en FA Cup serait une première.

2è période :

Le passage aux vestiaires ne change pas grand-chose. Arsenal a le ballon mais n’en fait rien. Après un quart d’heure de jeu en deuxième période, aucune des deux équipes n’a tiré au but. Alors que le match devient plus qu’ennuyeux, la défense d’Arsenal trouve un nouveau moyen de se faire remarquer. C’est à nouveau Rob Holding qui se loupe. Après son renvoie dans l’axe sur le but du 2-1, il provoque cette fois un penalty en fauchant Cash alors qu’il essayait de récupérer le ballon qu’il venait de perdre après avoir contrôlé sans sentir l’arrivée de Cash dans son dos. Le jeune Brereton, 18 ans, déjà très en vue en première période, se charge de tirer le penalty et prend Ospina à contre-pied pour faire le break. 3-1, 64e.

À la suite de ce troisième but, le premier changement côté Gunners intervient logiquement. Willock cède sa place à Eddie Nketiah, qui avait déjà sauvé Arsenal d’une élimination prématurée. C’était en Carabao Cup, et le jeune gunner avait inscrit un doublé.

Mais Arsenal est impuissant et semble avoir sous-estimé son adversaire. Certes Forest n’est que 14e en Championship et a changé de manager il y a quelques jours à peine, mais il est surprenant de voir un tel état d’esprit chez les hommes d’Arsène Wenger. La FA Cup est en effet une compétition à part, et Arsenal nous avait habitués à y briller et à ne pas trembler face aux adversaires réputés inférieurs.

3-1

C’est un petit miracle qui va relancer ce match. À la 78e, Iwobi effectue une belle passe en profondeur vers Welbeck. Le gardien de Forest, Smith, est le premier sur le ballon mais il le relâche inexplicablement. Welbeck en hérite et dans un angle difficile, l’envoie dans le but vide. 3-2, 78e. Arsenal peut y croire, malgré ses deux tirs en 35 minutes en seconde période.

C’était sans compter sur sa défense, qui a toujours à cœur de se montrer. C’est cette fois au tour de Debuchy, le seul qui jusqu’ici était à peu près au niveau. Tout part de Armand Traoré, le latéral gauche de Forest et ancien joueur d’Arsenal. Il effectue une superbe chevauchée et arrive dans la surface face à Ospina. Debuchy intervient par derrière. Le défenseur touche certes le ballon, mais son tacle est plus que limite et à vitesse réelle, on comprend que l’arbitre siffle le penalty. On change de tireur côté Forest, mais le résultat ne change pas, puisque Dowell, malgré sa glissade, marque le but du 4-1. On croit un moment que le but va être annulé, mais après avoir discuté avec son assistant, l’arbitre le valide. Au ralenti on comprend le pourquoi de toute cette agitation : en glissant, Dowell a touché le ballon de son pied gauche puis de son pied droit, ce qui n’est pas autorisé et aurait dû entrainer une invalidation pure et simple du penalty et un ballon rendu aux Gunners. Mais rien ne veut sourire aux Gunners qui, à 5 minutes du terme, perdent tout espoir de revenir dans cette rencontre.

L’après-midi de Forest ne sera tout de même pas parfaite puisqu’à la 89è, Joe Worall est expulsé pour un tacle par derrière il est vrai très violent.

Dans le temps additionnel, Welbeck se procure une énorme occasion, mais son ballon piqué est touché par le gardien Smith et file à côté du but alors qu’on croyait que Walcott pouvait le reprendre et marquer.

Mais le match s’achève bien sur ce score de 4-2 en faveur de Forest. Pour la première fois de l’ère Wenger, Arsenal est éliminé de la doyenne des compétitions de football dès son entrée en lice. Sur le plan sportif, ce n’est pas un drame, puisqu’avec l’Europa League et la demi-finale aller-retour de Carabao Cup à venir face à Chelsea, le calendrier est déjà assez chargé. C’est en revanche une désillusion au point de vue sentimental, si l’on peut dire, puisqu’Arsenal sort piteusement d’une compétition qui permettait souvent de sauver la saison. C’est en fin de saison que l’on sera ou non si cette élimination était finalement une bonne chose. Pour le moment, on ne peut que s’en inquiéter et espérer que mercredi soir, face à Chelsea, la performance sera tout autre.

#AntoineP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *