Arsenal domine Milan et entrevoit déjà les quarts

Arsenal retrouvait l’Europa League, dernière compétition où l’espoir était encore permis, avec un déplacement périlleux à San Siro pour y défier l’AC Milan pour le compte des huitièmes de finale aller. Les Gunners, en perdition depuis la défaite en finale de League Cup il y a 10 jours face à City, affrontain un adversaire en pleine forme et qui enchainent les victoires, sous l’impulsion de leur manager, le mythique Gennaro Gattuso.

Pour ce match capital, Arsène Wenger aligne forcément la meilleure équipe à sa disposition. Ospina conserve sa place dans les cages qu’il occupe dans cette compétition et Chambers remplace Bellerín, absent de dernière minute. Pour le reste c’est du classique avec une charnière Koscielny-Mustafi et Kolasinac à gauche (puisque Monreal est blessé), un milieu Xhaka – Wilshere – Ramsey et une attaque Mkhitaryan – Özil – Welbeck, puisque Lacazette est lui aussi blessé et qu’Aubameyang ne peut disputer l’Europa League avec Arsenal. En face, peu de grands noms, mais l’on retrouve tout de même des joueurs de qualité à chaque ligne (Donnarumma dans les buts, Bonucci en défense, Biglia au milieu et Calhanoglu en attaque). Enfin, un mot sur le stade, plein comme un œuf pour le choc de ces huitièmes de finale.

1ère mi-temps :

Le match débute par l’hommage rendu à Davide Astori, le capitaine de la Fiorentina décédé dimanche dernier et dont les obsèques se sont tenues ce jeudi matin à Florence.

Capture d’écran 2018-03-08 à 19.55.38

Pour ce qui est de la rencontre, Milan démarre fort et met une grosse pression sur les Gunners. Les corners se multiplient et sur l’un deux, Bonaventura est tout proche de reprendre au deuxième poteau pour ouvrir le score de profiter du manque de confiance de la défense londonienne.

Les Gunners ne tardent pas non plus à entrer dans leur match et après ces minutes de flottement, ce sont eux qui mettent le pied sur le ballon. La première occasion intervient même dès la 7ème minute avec une frappe de Mkhitaryan qui passe de peu à côté après un bon travail d’Özil puis de Wilshere.

Arsenal se montre offensif mais laisse des espaces derrières et sur une passe en profondeur de Rodriguez, Calhanoglu a un boulevard sur la gauche. Il devance même la sortie d’Ospina mais envoie le ballon en six mètres.

Les Gunners vont eux faire preuve d’efficacité et mettre à profit leur maîtrise du match. Sur un superbe renversement d’Özil, Mkhitaryan contrôle sur la gauche de la surface et après un bon crochet, frappe fort du droit. Son tir est légèrement touché et trompe Donnarumma. Arsenal ouvre le score et surtout marque à l’extérieur dès la 15ème minute de cette double confrontation.

Capture d’écran 2018-03-08 à 19.40.37

L’emprise d’Arsenal sur ce match se confirme après ce but. Les Gunners sont étonnamment sereins et inspirés devant. Milan ne voit que peu de ballons et ne peut donc pas profiter des doutes actuelles de la défense anglaise.

Milan ne parvient pas à se montrer dangereux malgré beaucoup de bonne volonté. À l’inverse, Arsenal, sans donner l’impression de forcer, se procure d’autres occasions, sur une frappe de gauche de Chambers sortie par Donnarumma, puis sur un face à face de Welbeck à nouveau remporté par le gardien italien, et enfin sur un contre à la conclusion duquel Mkhitaryan, parfaitement trouvé par Welbeck, frappe le haut de la barre transversale.

Alors qu’on croit que Milan va résister jusqu’à la mi-temps, Arsenal et Özil frappent à nouveau dans la dernière minute du temps additionnel : le milieu allemand trouve la passe parfaite pour Ramsey à la limite du hors-jeu. Le Gallois, seul face à Donnarumma, mystifie le gardien italien d’une feinte de frappe et termine tranquillement dans le but vide. 0-2, 45ème+4.

Avec ce but, Arsenal regagne les vestiaires en ayant réalisé la mi-temps parfaite. C’est un résultat mérité face à un Milan moins fort qu’attendu et qui ne semble pas en mesure de faire mal à ces Gunners là.

Capture d’écran 2018-03-08 à 21.05.45

2ème mi-temps :

Au retour des vestiaires, Arsenal attend davantage son adversaire pour se projeter en contre. Les Milanais ont du mal à déstabiliser la défense des Gunners mais ils mettent suffisamment d’engagement pour y croire. Bonaventura a d’ailleurs une bonne occasion de réduire le score mais sa frappe au point de penalty s’envole au-dessus du but d’Ospina.

Arsenal gère bien son net avantage et la seule ombre au tableau intervient sur blessure puisque Kolasinac, touché au genou, est contraint de céder sa place à Maitland-Niles (63ème).

De son côté, Gattuso fait entrer Kalinic et Silva, deux attaquants. Mais cela ne change pas grand-chose : Arsenal laisse le ballon et contient très bien son adversaire et l’on sent que seul un exploit individuel pourrait permettre à Milan de revenir dans le match.

C’est une deuxième période beaucoup moins spectaculaire que la première à laquelle on assiste. Arsenal défend bien et ne se presse pas pour attaquer, les Gunners repassent d’ailleurs à une défense à 5 en fin de match avec la sortie d’Özil pour Holding. Milan de son côté semble finalement se résigner à cette défaite sévère mais juste.

Le symbole de cet Arsenal qu’on avait oublié, c’est le match de Koscielny. Le capitaine français des Gunners retrouvent un niveau qu’on ne lui avait pas encore vu cette saison et comme souvent dans les grandes affiches européennes, il est impérial derrière et décourage les attaquants adverses.

La match s’achève donc sur cette victoire convaincante d’Arsenal. Le score de 2 à 0 permet aux Gunners d’envisager sereinement le match retour. Au-delà de cette victoire, Arsenal se rassure en réalisant enfin un clean-sheet, avec Ospina, tandis que Cech attend lui depuis 13 matchs de passer 90 minutes sans prendre de but.

Les deux équipes se retrouveront jeudi prochain à l’Emirates Stadium où Arsenal devra être aussi concentré qu’à l’aller pour s’assurer une place en quarts de finale.

Tranquille

#AntoineP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *