Arsenal écrase Fulham et intègre le top 4

Pour le compte de la 8ème journée de Premier League, Arsenal se déplaçait du côté de ses voisins de Fulham. En confiance après une série de 8 victoires, les hommes d’Emery avaient l’occasion de se rapprocher un peu plus de la tête du championnat avant la trêve en battant un adversaire aux faiblesses bien identifiées : si les Cottagers ont une ligne d’attaque assez séduisante, leur défense l’est beaucoup moins, ce qui a tendance à leur pourrir leur début de saison.

Pour ce match, Unai Emery a surpris en procédant à une petite revue d’effectif : Özil absent, Mkhitaryan était propulsé titulaire. Sokratis et Aubameyang, absents dernièrement, étaient ménagés en allant sur le banc tandis que Mustafi et Welbeck réintégraient le onze. Finalement, le coach Espagnol procédait à un dernier choix audacieux en préférant Alex Iwobi, performant dernièrement, à un Aaron Ramsey souvent décevant.

Si la première frappe du match fut pour Mkhitaryan, ce sont bien les Whites qui ont failli prendre l’avantage très tôt dans cette rencontre : dès la 3ème minute, Vietto intercepte une bien mauvaise passe de Bellerín pour armer une frappe contrée par Holding qui oblige Leno à réaliser un bel arrêt réflexe.

Comme bien souvent cette saison, côté Arsenal, les débuts de match sont assez brouillon et on peine à se créer des occasions, la faute à un certain manque de précision dans le dernier geste, à l’image de ce centre d’Iwobi vers Mkhitaryan (6ème) ou de celui de Welbeck vers Lacazette (23ème). Les Gunners contrôlent néanmoins assez facilement leur adversaire qui, malgré un nombre de frappe assez important, ne semble pas en mesure d’inquiéter Leno. Autre point à noter : la grande majorité des actions construite par Arsenal se font sur le côté gauche où règne une bonne entente entre Monreal et Iwobi. C’est donc logiquement de là que viendra l’ouverture du score : parfaitement lancé dans la profondeur par Alex Iwobi, Nacho Monreal réussit un centre au premier poteau vers Lacazette. Le Français élimine facilement son adversaire direct par un jeu en pivot avant de fusiller Bettinelli de près pour ouvrir la marque (1-0, 29ème).

TEAM

Menés au score, les locaux perdent peu à peu la confiance qu’ils affichaient en début de match et passent proche de prendre un deuxième but dans la foulée lorsque Welbeck, encore une fois bien trouvé par Iwobi, envoie un centre que Le Marchand manque de peu d’envoyer dans sa propre cage (33ème). Les minutes passent et les hommes d’Emery semblent maîtriser leur sujet en étant très propres techniquement et, plus surprenant, sereins en défense. Les mauvaises habitudes ressurgissent malheureusement juste avant de rentrer au vestiaire : Monreal rate assez inexplicablement une passe qu’intercepte Zambo-Anguissa. L’ancien Marseillais transmet à Vietto, qui réussit une merveille de passe entre deux défenseurs vers Schürrle, lequel parvient à tromper de près son compatriote Leno grâce à un ballon piqué (1-1, 44ème).

schurrle

Ce but encaissé est assez frustrant car, contrairement à la plupart de ceux encaissés cette saison, il intervient à un moment où l’équipe ne semblait pas vraiment en difficulté et résulte d’une erreur individuelle, alors qu’Arsenal, efficace à défaut d’être extrêmement dangereux, maîtrisait son sujet.

Il allait être intéressant d’observer la réaction des joueurs au retour des vestiaires : est-ce que ce but allait ébranler la confiance des Gunners ? La réponse fut apportée très tôt : moins de trois minutes après la reprise, Iwobi réalise un petit festival côté gauche avant d’envoyer un centre que la défense adversaire renvoie directement sur Bellerín. L’Espagnol ne se pose pas de questions et envoie un missile sur lequel Bettinelli doit réaliser un arrêt impressionnant. Le portier des Cottagers n’aura cependant aucun répit : à peine une minute plus tard, sur un long dégagement de Torreira (comme souvent excellent), Welbeck dévie de la poitrine vers Lacazette. À l’extérieur de la surface, le Français ne se pose aucune question et envoie une frappe qui rase le poteau. Bettinelli est cette fois trop court, et Arsenal reprend l’avantage (1-2, 49ème).

LACAAFUL

Les Gunners reprennent donc le contrôle du match, notamment grâce à des performances de haut niveau de Lacazette, Holding ou encore Torreira. Cette fois, Fulham ne parvient plus à apporter un réel danger devant la cage de Leno, et à l’exception d’une tête décroisée de Kamara qui ne trouve pas le cadre, les locaux doivent se contenter de miettes. De leur côté, les visiteurs ne tremblent pas et réussissent même à mettre K.O leur adversaire grâce à leur banc : à la suite d’une action incroyable jouée entre Bellerín, Ramsey, Lacazette, Mkhitaryan et Aubameyang, Arsenal parvient à faire le break en marquant un but qui restera dans les mémoires pendant un moment (67ème, 1-3). Plutôt que de le décrire, on vous propose de simplement le regarder :

En un mot : wow.

Un chef d’oeuvre plus tard, Arsenal poursuit sa domination et écrase son adversaire dans tous les secteurs de jeu. Malheureusement pour Fulham, nos attaquants ne sont pas rassasiés et c’est donc à Aubameyang d’y aller de son but : à la 79ème minute de jeu, sur une belle inspiration, Mkhitaryan change le jeu de côté en trouvant Bellerín à droite. L’Espagnol se signale à son tour en envoyant un délicieux centre vers Aubameyang, qui termine le travail sur un enchaînement contrôle-frappe de qualité (1-4, 79ème). Le Gabonais ira même de son doublé en marquant le cinquième but de son équipe dans le temps additionnel, encore une fois sur une action qui vaut le coup d’oeil : passe de Xhaka pour casser une ligne, déviation de Ramsey pour trouver Aubameyang en profondeur, et conclusion parfaite d’une frappe croisée qui ne laisse encore une fois aucune chance à Bettinelli (1-5, 91ème).

AUBAFUL

Arsenal poursuit donc son impressionnante série de victoires avec cette démonstration face à Fulham. Plus les semaines passent et plus on sent un groupe serein, motivé et fort mentalement : on se dit qu’il y a encore quelques mois, en se faisant rejoindre au score à l’extérieur les joueurs auraient plongé, et ce n’est pas du tout ce qu’il s’est passé à Fulham. Si les difficultés défensives qui semblaient énormes en début de saison ne sont pas encore totalement résolues, on sent tout de même un net progrès dans ce secteur, que l’on peut mettre en avant grâce à une statistique assez étonnante : Fulham a tiré 21 fois dans le match qui l’a opposé à Arsenal. Et pourtant, on a très rarement senti l’adversaire capable d’inquiéter Leno, grâce à une organisation défensive performante. Les Cottagers se sont donc essentiellement contentés de frappes lointaines, incapables de trouver la faille. À l’inverse, côté Arsenal, on ne totalise « que » 9 frappes dans ce match, pour une efficacité au final assez indécente.

Les joueurs d’Emery vont maintenant pouvoir retrouver leur sélection pour certains et se reposer pour d’autres, avant de se retrouver dans deux semaines pour affronter Leicester à l’Emirates. L’occasion de peut être atteindre la barre symbolique de dix victoires de suite ?

#COYG

#Antoine L

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *