Arsenal remporte la FA Cup !

Le grand jour est donc arrivé ! Arsenal retourne à Wembley pour y disputer une troisième finale de FA Cup en quatre saisons, et peut-être faire oublier aux supporters la décevante cinquième place en Premier League. Mais alors que lors des deux derniers sacres des Gunners les adversaires étaient modestes (Hull City puis Aston Villa), c’est cette fois le nouveau champion d’Angleterre qui se présente, Chelsea, qui a là l’occasion de réaliser ce qui serait un superbe doublé.

Pour ce match, la défense d’Arsenal est décimée. Arsène Wenger décide de conserver son 3-4-3 et n’a donc d’autres choix que d’aligner ses trois seuls défenseurs centraux opérationnels : Monreal, plus habitué au côté gauche, le jeune Rob Holding, et surtout le capitaine Mertesacker, qui connaît là sa première titularisation de la saison. Une défense expérimentale donc qui avant le coup d’envoi a suscité l’inquiétude de nombreux supporters des Gunners sur les réseaux sociaux. La ligne de 4 du milieu est composée d’Oxlade, qui revient de blessure, Ramsey, Xhaka et de Bellerin. Devant enfin, on retrouve le trio Özil, Alexis, Welbeck.

Antonio Conte dispose lui de tout son effectif et aligne donc le onze qui a survolé la Premier League cette saison, avec la défense à trois habituelle, le duo Matic-Kanté au milieu, et le trio Hazard-Costa-Pedro devant.

1ère mi-temps :

La rencontre débute après l’émouvant  hommage rendu par Wembley aux victimes de l’attentat de Manchester de lundi.

Le spectacle et les polémiques ne se font pas attendre puisqu’Alexis ouvre le score dès le 4ème minute d’une manière pour le moins controversée. Après avoir contré un dégagement de Chelsea, vraisemblablement de ses deux mains, Alexis se retrouve seul face à Courtois et marque. Le but est dans un premier temps refusé pour un hors jeu de Ramsey, mais non pas pour la main. Ainsi l’arbitre, après avoir discuté avec son assistant, estime que le Gallois n’a pas fait action de jeu et que le but est donc valable. 1-0 pour Arsenal. Un but bizarre, contestable sans doute, mais qui ne manque pas de rassurer tous les supporters des Gunners.

Ce but lance les Gunners qui étouffent Chelsea. Le champion n’y est pas du tout et Arsenal réalise un énorme début de match. Dans une domination presque surréaliste étant donnés les paramètres d’avant match, les joueurs de Wenger multiplient les occasions de but. Sur un contre, Alexis lance Özil d’une superbe passe, et l’Allemand pique le ballon au-dessus de Courtois. Le 2-0 est évité de justesse grâce au dégagement de Cahill devant son but (15ème). Quatre minutes plus tard, on retrouve Özil au corner, il trouve la tête de Welbeck qui heurte le poteau. Le ballon rebondit sur la poitrine d’un Ramsey surprit qui touche à son tour le poteau.

On joue la vingtième minute et Chelsea commence à sortir de son état d’asphyxie. Les Blues se procurent leur première vraie occasion à la 28ème, sur un long ballon mal apprécié par Holding et qui profite à Costa, dont la frappe est détournée en corner par la tête d’Ospina, bien sorti. Sur ce même corner, les Gunners repartent de l’avant en contre. Welbeck, dans la surface, réalise un superbe une-deux avec Bellerin, et se retrouve seul face à Courtois en angle fermé. Il ne peut marquer et le gardien belge détourne. C’est dommage d’autant plus que Ramsey était seul en cas de remise devant le but. En tout cas, c’est une nouvelle occasion pour des Gunners qui maitrisent leur sujet.

La fin de la première mi-temps est tout aussi vivante mais avec des occasions sans doute moins franches, si bien que les 22 joueurs rentrent aux vestiaires sur ce score de 1-0. On a assisté à 45 premières minutes magnifiques, pleine d’engagement. Tout y est, l’ambiance est belle, le décor est splendide, et les Gunners sont à un niveau qu’il n’avait peut-être pas encore atteint cette saison. Malgré une légère montée en puissance, Chelsea n’y est pas et on regrette même que l’avantage en faveur des hommes d’Arsène Wenger ne soit pas plus important.

OUI 1

2ème mi-temps :

Sans surprise, Chelsea redémarre très fort et, à son tour, monopolise le ballon. Une frappe de Kante à la 49ème puis un tir croisé de Moses après un bon travail en pivot de Costa obligent Ospina à se déployer. Arsenal résiste et opère en contre, mais sans jamais parvenir à enfin alourdir la marque.

Le rythme est toujours aussi élevée mais les occasions moins nombreuses. Le match bascule cependant de nouveau à la 68ème. Au duel avec Bellerin dans la surface, Moses s’effondre. L’arbitre siffle non pas un penalty mais bien une simulation. Il avertit Moses qui reçoit son deuxième carton jaune et laisse donc ses partenaires à 10. Il reste alors vingt minutes, Arsenal est toujours aussi concentré dans son match et est désormais en supériorité numérique.

C’est donc évidemment dans cette situation idéale que les Gunners vont se laisser rejoindre. On joue la 76ème minute lorsque Willian trouve Costa dans la surface. L’attaquant contrôle de la poitrine pour prendre à contre-pied Holding et s’ouvrir le but. Il frappe, et malgré un tir écrasé, trompe la main pas suffisamment ferme de David Ospina. On assiste à du Classic Arsenal et l’on commence à se dire que ce match pourrait finalement échapper aux Gunners. Wenger fait entrer Giroud à la place de Welbeck pour redonner un nouveau souffle à l’équipe. Et l’effet va être immédiat : trouvé dans la profondeur par Alexis, l’attaquant français centre du gauche vers le point de penalty, sans qu’on ait l’impression que la situation soit dangereuse. Pourtant, Aaron Ramsey arrive comme une fusée dans la surface et reprend le ballon de la tête seul au point de penalty pour redonner tout de suite l’avantage à son équipe, 2-1 !

OUI 3

Les dix dernières minutes vont être complètement folles avec des occasions énormes des deux côtés : un arrêt miraculeux d’Ospina devant Courtois et un poteau d’Özil après un contre sont les deux meilleures exemples du spectacle offert par ce match engagé.

On pourrait disserter longtemps sur le beau spectacle de ce match, mais ce compte-rendu doit s’achever tout comme ce match et la saison des Gunners. Arsenal remporte ainsi la 136ème édition de la plus vieille des compétitions de football, son troisième succès en quatre ans, le 13ème pour le club, un record, et le 7ème pour Arsène Wenger, là aussi un record. La victoire est méritée même si la bataille a eu lieu jusqu’au bout. Les joueurs ont sans doute livré leur meilleur match cette saison avec un engagement exemplaire qu’on attendait depuis longtemps. Ils ont su offrir aux supporters une belle fin de saison.

Ainsi, après une saison difficile, on ne peut que se réjouir de cette belle victoire. Désormais il faudra bien gérer l’intersaison pour repartir de l’avant l’an prochain. La saison 2017-2018 débutera d’ailleurs par des retrouvailles entre Chelsea et Arsenal, à l’occasion du Community Shield. D’ici là, savourons ce beau trophée.

#AntoineP

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *