Arsenal renoue avec le succès dans un système inédit !

Sans victoire à l’extérieur en Premier League depuis le 14 janvier à Swansea (0-4), Arsène Wenger décide au coup d’envoi de changer la donne dans sa composition et de répondre ainsi d’une certaine manière au mécontentement des fans qui lui reprochent souvent son obstination avec certains joueurs mais aussi avec son intangible 4-2-3-1. Pour la première fois depuis 1997, il aligne donc une défense à 3 dans un système qui sur le papier est semblable au 3-4-3 d’Antonio Conte à Chelsea.

Derrière, Holding est titulaire en Premier League pour la première fois depuis début septembre et accompagne Gabriel et Koscielny, tandis que Mustafi est absent en raison d’une légère blessure à la cuisse. La ligne de 4 au milieu est composée d’Oxlade-Chamberlain, Ramsey, Xhaka, et Monreal. Devant enfin, on retrouve évidemment Alexis et Özil, cette fois-ci associés à Giroud, qui remplace Welbeck, lui aussi blessé.

Dos au mur et traversant la pire période de son règne à Arsenal, Wenger prend donc quelques risques dans un match où la victoire est impérative pour garder un petit espoir d’intégrer les quatre premiers.

 

 

1ère mi-temps:

 

La rencontre débute lentement, ce qui n’a rien de surprenant puisque les deux équipes traversent chacune des périodes délicates (Middlesbrough occupe en effet la 19ème place et voit chaque semaine ses chances de maintien diminuer). Peu d’occasions à se mettre sous la dent donc ; les Gunners semblent avoir besoin de temps pour s’habituer à ce nouveau système : ils ont du mal à combiner devant et, derrière, ils manquent cruellement de sérénité, et laissent des espaces aux attaquants adverses.

La première véritable offensive notable est l’œuvre d’Oxlade-Chamberlain  (29ème), qui déborde sur son côté droit et sert Giroud dont la remise de la tête trouve Ramsey pour une frappe malheureusement contrée. Arsenal parvient à partir de cet instant à mettre la main sur le match et le dernier quart d’heure de cette première période est plutôt à l’avantage des hommes d’Arsène Wenger, bien qu’ils ne parviennent pas à se procurer de véritable occasion.

Il y a bien une reprise d’Alexis un peu molle sur un corner d’Özil ou encore un centre en retrait d’Oxlade intercepté de justesse par la défense de Middlesbrough, mais rien de suffisamment tranchant pour faire la différence au tableau d’affichage.

Dans cette situation, la lumière va venir, comme souvent cette saison, d’Alexis Sanchez. Sur un coup franc obtenu par Xhaka à un peu plus de 20 mètres du but adverse, l’attaquant chilien parvient à passer au-dessus du mur et à laisser Brad Guzan impuissant et immobile dans ses cages, pour ouvrir le score (41ème).

La première période offre donc finalement un avantage d’un but aux Gunners mais ces 45 premières minutes ne sont pas pour autant rassurantes, et le coup franc d’Alexis est le seul vrai point positif à tirer de la prestation des Londoniens.

Alexis CF

 

 

2ème mi-temps :

 

Avec cet avantage d’un but, on se permet de penser qu’on va voir des Gunners un peu plus libérés et capables d’enfoncer le 19ème du championnat. Mais c’est précisément le contraire qui va se produire, et ce dès la 48ème minute. Stewart Downing, l’ancien gaucher de Liverpool, centre depuis la droite vers Alvaro Negredo, l’ancien, lui, de Manchester City, qui se défait avec une facilité inquiétante du marquage de ses défenseurs pour égaliser et redonner espoir à son équipe et à ses supporters.

Cette égalisation libère Middlesbrough : l’équipe ose de plus en plus se projeter et elle met en lumière le manque total de repères et de confiance des Gunners en défense ; en témoigne ce renvoi totalement raté de Monreal qui profite à Downing au point de penalty qui, heureusement, frappe au-dessus.

En ce début de deuxième période, les occasions sont bien du côté des hôtes du soir. À l’heure de jeu, un coup franc rentrant de Downing frappé au deuxième poteau est remis de la tête au point de penalty vers Negredo dont la reprise à bout portant est renvoyée miraculeusement par Cech.

Deux minutes plus tard, les Gunners répliquent enfin par Özil, bien lancé dans la profondeur par Alexis mais qui est finalement un peu trop court pour suffisamment bien ajuster Guzan, bien sorti. Néanmoins, cette action indique déjà que les deux stars de l’effectif d’Arsène Wenger sont dans leur match et que si les Gunners sont amenés à l’emporter, cela passera forcément par ces deux là.

En effet, après avoir résisté tant bien que mal en défense, les Gunners vont reprendre l’avantage à la 71ème : Alexis sur le côté droit, fait son renversement « habituel » vers l’intérieur de la surface de réparation et trouve Ramsey, qui remet de la poitrine pour Özil, dont la demi-volée du droit pour tromper Brad Guzan.

Ce but change la donne du match : les joueurs de Middlesbrough se retrouvent obligés d’attaquer pour sauver un point et les Gunners ont enfin les espaces dont ils ont besoin en attaque. Mais, ni Giroud (80ème et 94ème), ni Oxlade (92ème et 93ème) ne parviennent à donner plus d’ampleur à la victoire.

 

L’essentiel est en tout cas assuré avec cette première victoire à l’extérieur en Premier League depuis plus de trois mois et, si la prestation des Gunners n’a pas été spécialement convaincante, on peut en revanche saluer la résilience des joueurs dans le dernier quart d’heure qui a permis de conserver ce précieux but d’avance. On aura remarqué aussi la réaction des joueurs après le coup de sifflet final, eux qui ont été un peu plus démonstratifs qu’à leur habitude, comme le montrent les sourires d’Özil mais surtout d’Alexis, qui a d’ailleurs donné son maillot à un jeune fan qui avait fait le déplacement depuis Londres.

Espérons que cela soit de bon augure pour une fin de saison qui s’annonce difficile dans la perspective du top 4.

Alexis cadeau

 

 

            #AntoineP

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *