Arsenal renverse Rennes et se qualifie en quarts (3-0)

Avant de souffler et d’entamer une période de plus de deux semaines sans match officiel, Arsenal disputait ce soir un match décisif pour l’appréciation finale qui serait faite de la première saison d’Unai Emery. En effet, la réception de Rennes en huitièmes de finale de Ligue Europa après la défaite 3-1 du match aller était l’occasion soit de valider un début d’année 2019 convaincant, soit de quitter prématurément une compétition qui représente pourtant une bonne chance de se qualifier pour la prochaine Ligue des champions.

Pour affronter les Bretons, Emery fait dans l’originalité puisqu’il reconduit le même onze que celui  vainqueur de Manchester United dimanche dernier, à l’exception de Leno, qui cède logiquement sa place à Cech pour cette compétition. Ainsi on retrouve l’équipe suivante au coup d’envoi : Cech – Maitland-Niles, Mustafi, Koscielny, Monreal, Kolasinac – Xhaka, Ramsey – Özil, Aubameyang, Lacazette.

Les Gunners disposent également d’un banc solide, avec des noms tels que Mkhitaryan, Iwobi, Torreira, Guendouzi ou encore Denis Suarez.

Côté rennais, le onze est sans surprise, et l’on retrouve les buteurs du match aller – Bourigeaud et Sarr – ainsi que des noms biens connus comme ceux de Grenier ou Ben Arfa.

1è mi-temps :

Arsenal ne démarre pas forcément très bien mais se rassure dès sa première action. Après une bonne séquence au milieu de terrain, Aubameyang décale en une touche Maitland-Niles. Le jeune anglais avance, revient intérieur, et trouve Ramsey très excentré dans la surface qui, avec de la réussite, centre à ras de terre pour Aubameyang qui à bout portant, trompe Koubek. Arsenal mène 1-0 et lance parfaitement son match.

Les Gunners dominent outrageusement ce début de rencontre et vont très vite doubler la mise. Aubameyang est encore à l’œuvre : il échange avec Kolasinac puis sollicite le une-deux avec Ramsey. Profitant d’une confusion de la défense rennaise qui s’arrête de jouer pensant que Kolasinac va être signalé hors-jeu, Aubameyang récupère la passe du milieu gallois et trouve Maitland-Niles au deuxième poteau qui d’une tête pleine d’enthousiasme marque le deuxième but des Gunners. Après 15 minutes seulement, Arsenal a refait son retard et oblige désormais Rennes, virtuellement éliminé, à marquer (2-0, 15è).

yes

Après ce début de match parfait, les Gunners vont curieusement baisser de rythme. Le match devient lent et ennuyeux, et Rennes revient dans la rencontre alors qu’on pensait les Bretons sous l’eau. Les hommes d’Emery s’arrêtent quelque peu de jouer. Lacazette notamment n’est pas du tout dans son match : il rate contrôles et passes et est même averti pour un violent tacle sur André qui aurait presque pu lui valoir un carton rouge.

C’est pourtant lui qui est à l’origine de la seule occasion des siens après le quart d’heure de jeu : trouvé par Özil dans la surface, il remise vers Ramsey dont la frappe cadrée est trop axiale pour inquiéter Koubek.

Il n’y a pas grand-chose à dire de plus de cette première période et les deux équipes regagnent les vestiaires sur ce score de 2-0. L’avantage est mérité pour des Gunners qui n’ont pourtant pas forcé face à une équipe rennaise curieusement apathique.

2è période :

La deuxième période commence tout autrement, puisque Rennes va enfin se procurer une occasion : après une perte de balle dont Mustafi a le secret, M’baye Niang se retrouve en bonne position à l’entrée de la surface. Son tir, légèrement contré par Koscielny, s’en va heurter le poteau de Cech (48è).

Mais le réveil rennais n’a pas lieu, et les minutes qui suivent ressemblent à la fin de la première période. Pour être honnête, on assiste à un très mauvais match, avec des erreurs techniques à foison des deux côtés et de nombreuses fautes. Les deux équipes sont tendues ce qui participe sans doute de ce niveau technique affligeant.

C’est simple, il ne se passe rien jusqu’à la 70è minute. C’est le moment que choisit Emery pour lancer Iwobi et Mkhitaryan à la place d’Özil et Lacazette, tous deux décevants.

eh oui

L’entrée des deux joueurs de côté redonne immédiatement le contrôle à des Gunners qui depuis quelques minutes ne proposaient plus rien et laissaient jouer leur adversaire. Après un premier échange entre Mkhitaryan et Xhaka, Iwobi se procure une grosse occasion mais sa frappe du  gauche passe juste à côté du poteau de Koubek.

Mkhitaryan encore lui est à la baguette de l’action suivante. Il oriente parfaitement le jeu vers Kolasinac dont le centre tendu file jusqu’à Aubameyang au deuxième poteau qui n’a plus qu’à reprendre dans le but vide.

Cette fois, le Gabonnais peut célébrer comme il se doit ce but qui soulage tout le monde. Il enfile même un masque de Black Panther et exécute à la perfection le signe de ralliement du Wakanda. Arsenal mène désormais 3-0 et peut commencer à penser aux quarts de finale (72è).

Rennes a du mal à se remettre de ce but, et Aubameyang loupe deux occasions énormes de s’offrir un triplé. Ces deux ratés remettent de la tension pour les dix dernières minutes. En effet, Arsenal va quelque peu trembler. Rennes se remet à y croire et Hunou se retrouve deux fois en position de marquer. Mais, par deux fois, il est signalé hors-jeu.

Wakanda forever

Ce match, malgré sa faible qualité, s’achève sur cette victoire rassurante d’Arsenal. Les Gunners réalisent le come-back que l’on attendait d’eux. Ils éliminent une équipe rennaise assez faible qui aura complètement raté son match retour. Sur les deux matchs, le Stade Rennais n’aura finalement marqué aucun but à onze contre onze, et la qualification d’Arsenal est on ne peut plus logique.

Après la victoire contre United dimanche, Emery remporte donc un deuxième succès qui à coup sûr risque de convaincre plusieurs supporters encore sceptiques à son sujet.

Unai knows

#AntoineP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *