Arsenal reprend (déjà) ses mauvaises habitudes

Une semaine après la victoire épique face à Leicester, les Gunners avaient l’occasion d’enchaîner en allant rendre visite à Stoke. Si le Britannia (renommé entre temps Bet365 Stadium) est certes terrain qui ne réussit que très peu aux Gunners, notre dernière visite du côté de Stoke-on-Trent avait néanmoins été marquée d’une large victoire (1-4).

Pour ce match, Arsène Wenger décidait de procéder à deux changements par rapport à l’équipe victorieuse face aux Foxes : Ramsey remplaçait Elneny et Mustafi retrouvait une place de titulaire en lieu et place d’Holding. Autre petit changement tactique : Oxlade-Chamberlain reprenait son couloir droit adoré, tandis que Bellerín allait se placer à gauche.

Disons le tout de suite : ce match fut globalement ennuyeux. À aucun moment, les Gunners n’ont semblé vraiment capable de dominer leur adversaire, malgré une très nette domination en terme de possession (77% !). Ce qui est ressorti de cette partie ? De l’impuissance, un manque d’inspiration criant, et des mauvaises habitudes qui ne semblent jamais cesser.

Dès les premières minutes, ce sont d’ailleurs les Potters qui se sont distingués : dès la troisième minute, le nouveau venu Jesé, bien lancé par Fletcher, parvient à éliminer Mustafi avant de frapper au but. Čech veille heureusement au grain et empêche les Gunners de craquer d’entrée.

Les joueurs Stoke se montreront ensuite très studieux durant le reste de cette mi-temps : à chaque fois qu’une combinaison était réussie côté Arsenal, il y avait toujours un pied en face pour dégager son camp : Bellerín repris par Zouma (8ème), un centre du même espagnol dégagé par Shawcross (14ème), une percée de Ramsey avortée par un bon tacle de Diouf (17ème)…

Parfois, la défense de Stoke semblait prise de vitesse, notamment par Welbeck, qui s’est montré très volontaire mais malheureusement trop peu adroit, et a multiplié les appels (surtout en première période), mais dans ces moments là les Potters ont pu compter sur un excellent Butland, très sûr dans sa lecture du jeu : le gardien anglais a part exemple écoeuré Welbeck en sortant devant lui à deux reprises (11ème, 18ème) et s’est fendu d’une très bonne anticipation devant un Ramsey en position de marquer (27ème).

En bref, une première période assez ennuyeuse, durant laquelle Arsenal a très nettement dominé mais a également clairement manqué d’inspiration pour surprendre la défense adverse. Il fallait un réveil au retour des vestiaires pour espérer repartir avec trois points….

wenger_5

…Mais à la reprise des débats, ce sont malheureusement les Potters qui se sont montré les plus entreprenants. À peine deux minutes après le coup d’envoi de la seconde période, sur une perte de balle de Xhaka à priori anodine, Jesé est rapidement servi et percute plein axe avant de remiser sur Berahino. L’anglais temporise un peu et retrouve l’attaquant espagnol d’une splendide passe dans le dos de Mustafi et de Monreal, et l’ancien du PSG ne se fait pas prier pour ajuster Čech d’une frappe croisée : un contre d’école qui permet à Stoke de mener 1-0.

jesemdr

Au pied du mur, on attendait de voir des Gunners enfin entreprenants, mais face à un bloc des Potters plus recroquevillé que jamais, la tâche s’annonçait difficile. Il a d’ailleurs fallu attendre près de dix minutes avant de voir une action enfin construite proprement : sur une de ses inspirations dont il a le secret, Özil parvient à trouver Bellerín dans le dos de la défense adverse. Malheureusement, Butland bouche une nouvelle fois très bien l’angle pour garder sa cage inviolée…

Arsenal forcé de partir à l’abordage, ce sont bien les Potters qui sont alors passés les plus proches de marquer : à la suite d’un gros rush de Pieters sur son côté gauche, l’anglais envoie un centre tendu dans la surface qui trouve la tête de Berahino. Čech s’en sort un peu par miracle en claquant en corner à bout portant (62ème).

Et puis finalement, appelé par les fans qui ont fait le déplacement, l’homme providentiel arriva : à la 66ème, Olivier Giroud remplace Sead Kolasinac pour venir apporter plus de présence offensive. Son entrée a eu de l’impact quelques minutes : le français a d’abord trouvé Welbeck en remise, mais Butland a une nouvelle fois sorti la tentative de l’anglais (67ème), avant de finalement trouver, une nouvelle fois en remise, Lacazette, qui ne s’est pas gêné pour finir à bout portant (72ème) !… Enfin c’est ce qu’on a cru. L’ancien lyonnais a malheureusement été signalé hors-jeu, privant les Gunners d’une égalisation. Un hors-jeu extrêmement limite mais réel.

Ce fait de jeu étant passé, le match s’est terminé. Enfin, il y a eu plus de 20 minutes de jeu après ça, mais il ne s’est approximativement rien passé durant ces instants. Walcott et Iwobi sont rentrés à la place de Xhaka et de Lacazette, et puis plus rien. Les joueurs d’Arsenal ont joué à la baballe, en essayant parfois de balancer dans la surface pour la tête de Giroud, et c’est tout.

Une fin de match extrêmement pénible, tant elle a été marquée par l’impuissance de nos joueurs à forcer la décision. Et au bout du compte une défaite somme toutes assez logique pour des Gunners bien trop peu inspirés devant (malgré la bonnes volonté de Welbeck et de Lacazette…) et trop friables en contre. Une défaite qui doit à tout prix servir de leçon si l’on veut espérer quelque chose en Premier League, car ce scénario de match se répètera forcément.

 

#AntoineL

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *