Arsenal se rattrape face au BATE et valide sa place en huitièmes de finale (3-0)

Une semaine après une défaite retentissante sur le terrain du BATE, Arsenal retrouvait l’équipe de Borisov à l’Emirates cette fois-ci avec l’objectif et l’obligation de faire mieux que la victoire 1-0 des Biélorusses sept jours plus tôt, sous peine de sortir dès les 16è de finale d’une compétition érigée en objectif depuis le début de saison et qui offre une belle opportunité de se qualifier en Ligue des Champions pour la saison prochaine.

Pour cette rencontre décisive, Emery aligne un onze séduisant, avec notamment le retour de Mesut Özil, titulaire pour la première fois depuis un mois. Autour de lui, on retrouve des visages familiers : Cech garde les buts des Gunners tandis que la défense repasse à 4 avec Monreal, Koscielny, Mustafi, et Lichtsteiner. Dans ce 4-2-3-1, Xhaka et Guendouzi sont associés au milieu tandis qu’Aubameyang, titulaire en pointe, retrouve à sa gauche Iwobi et à sa droite Mkhitaryan.

Côté BATE, on notera surtout l’absence du onze de Hleb, l’ancien joueur des Gunners.

1è période :

Dans un stade loin d’être rempli, Arsenal prend logiquement le match à son compte d’entrée. Lichtsteiner délivre un premier centre pour Iwobi, dont l’enchaînement contrôle-frappe est bien exécuté mais va tout droit dans les gants de Shcherbitski.

Mais le gardien de l’équipe biélorusse ne fait que retarder l’inéluctable. Sur la droite, Aubameyang feinte son adversaire et accélère le long de la ligne. Il centre fort au premier poteau où le malheureux Volkav rate son intervention et trompe son propre gardien. Après 4 minutes à peine, Arsenal mène 1-0 et a déjà refait son retard.

celebration

Les Gunners ne ralentissent pas le rythme après cette ouverture du score. Bien au contraire: ils occupent la moitié adverse et obligent le BATE à défendre. L’adversaire semble dépasser et on sent que c’est le moment de l’enfoncer.

Du moins c’est ce qu’on croit puisque sur leur toute première incursion, les Biélorusses sont tout proches d’égaliser : la reprise de de la tête d’un joueur du BATE, après un centre contré, est sauvée sur sa ligne par Lichtsteiner. Grosse frayeur pour les supporters d’Arsenal.

Après cinq minutes de calme une fois les 10 premières minutes passées, la rencontre reprend son rythme élevé. Les joueurs de Borisov se découvrent un peu plus et Arsenal attaque toujours autant. À la 20è, Xhaka déclenche une frappe puissante du gauche que Shcherbitski claque en corner.

Arsenal continue de pousser mais a un peu plus de mal à se montrer dangereux, même si les Gunners trouvent souvent des décalages sur les côtés. La délivrance va venir d’un nouveau corner, le huitième, mais le premier frappé directement dans la surface sans décalage au préalable. Ce changement s’avère payant puisque Mustafi gagne son duel au point de penalty et marque le deuxième but de son équipe. Cette fois, Arsenal est en tête sur l’ensemble des deux matchs et contraint le BATE à marquer au moins une fois (2-0, 40è).

Arsenal regagne donc les vestiaires avec cet avantage de deux buts. Les Gunners ont fait le plus dur en ouvrant le score puis en marquant ce deuxième but qui les qualifie virtuellement.

musti goal

2è période :

Arsenal retourne à l’attaque après la pause, et l’on sent que les Gunners veulent vite inscrire ce 3è but qui éteindrait les espoirs adverses. Cet élan offensif implique de s’exposer derrière, surtout avec une défense aussi fébrile que celle des hommes d’Emery. Ainsi, après un ballon dans la surface londonienne que personne n’arrive à renvoyer, le BATE se procure une grosse occasion mais Cech intervient et empêche la réduction du score.

Quelques minutes plus tard, de l’autre côté du terrain, Iwobi se procure une occasion suite à un contre mené par Özil, mais sa frappe, cadrée, est bien renvoyée par Shcherbitski.

Dix minutes seulement après la reprise, Koscielny, visiblement touché et grimaçant, cède  sa place à Sokratis. Espérons pour le capitaine des Gunners, très bon depuis un mois, que ce ne soit rien de grave.

Ce changement imprévu va pourtant immédiatement s’avérer payant. Sur un nouveau corner de Xhaka, Shcherbitski loupe sa sortie et laisse le ballon filer jusqu’au deuxième poteau où Sokratis gagne son duel et propulse, de la tête, le ballon au fond des filets.

Cinq minutes après son entrée et deux après celle de Hleb (qui a reçu une belle ovation), Sokratis offre donc aux supporters des Gunners le but qui les soulage tant (3-0, 60è).

PAPA

Dans la foulée, Emery sort le toujours aussi actif Guendouzi et lance Lucas Torreira.

Borisov se découvre encore un peu plus mais sans vraiment donner l’impression d’y croire. Les Gunners procèdent davantage en contre, souvent via Iwobi, de très loin le joueur le plus en vue lors de ce match. Sur l’un de ces contres, Aubameyang s’offre un face à face mais son ballon piquée échoue à côté du but adverse.

Le Gabonais n’est pas en réussite sur ce match. Il s’essaye même sur coup-franc et envoie une frappe puissante plein axe que capte Shcherbitski.

Alors qu’on est entré dans le dernier quart d’heure, Emery procède à son dernier changement: Denis Suarez se voit à nouveau offrir quelques minutes pour se montrer. Il remplace Mkhitaryan.

Mais la fin de match est trop calme pour pouvoir se distinguer. Comme on pouvait s’y attendre, le troisième but a coupé les jambes des joueurs du BATE. Les supporters de l’Emirates l’ont aussi compris, et le stade est quasiment désert lorsque l’arbitre siffle la fin du match.

Arsenal décroche donc sa qualification au terme d’un match abouti, qui efface en partie la piètre performance de l’aller. Les Gunners ont montré leur supériorité face à une équipe volontaire mais limitée, et qui plus est à court de préparation.

Les hommes d’Emery connaîtront dès ce vendredi leur adversaire pour les huitièmes de finale, avant de retrouver Southampton avec la réception de Southampton dimanche.

#AntoineP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *