Arsenal s’effondre sur le terrain de Watford

La Premier League et Arsenal étaient de retour après deux semaines consacrées aux équipes nationales et aux qualifications pour la Coupe du Monde. Les Gunners se déplaçaient sur le terrain de Watford, équipe surprise du début de saison, dans un match où une victoire pouvait constituer une excellente opération après le nul entre Liverpool et Manchester United et la défaite de Chelsea sur le terrain de Crystal Palace, plus tôt dans l’après-midi.

Pour cette rencontre, Arsène Wenger est privé de Shkodran Mustafi, blessé avec l’Allemagne. Alexis Sanchez et Ramsey ne figurent pas non plus sur la feuille de match, et l’on est tenté de croire que l’élimination de la course au mondial du Chili et du Pays de Galles ne sont pas étrangères à ce forfait surprise. Özil est de retour mais débute sur le banc. Tout cela nous donne une composition quelque peu inédite: Cech est dans les buts, Monreal, Mertesacker et Koscielny sont les trois hommes de la défense. Devant eux, on retrouve Kolasinac, Xhaka, Elneny et Bellerin. Devant enfin, le trio est le même que celui qui avait débuté à Chelsea il y a quelques semaines: Welbeck, Iwobi et Lacazette. Ainsi malgré les absences, Arsenal dispose d’un onze solide et d’un banc plus qu’intéressant (Wilshere, Giroud, Walcott, Özil) pour espérer ramener les trois points de ce déplacement difficile.

 

1ère mi-temps:

Arsenal s’installe tout de suite dans la partie de terrain adverse. Les Gunners multiplient les passes mais finissent souvent par rejouer vers les trois défenseurs ou vers Petr Cech. Watford est en effet bien en place et il est difficile de trouver une ouverture dans ce bloc bien organisé.

Si le match s’équilibre un peu, il n’y a quasiment rien à se mettre sous la dent d’un côté comme de l’autre. À la demi-heure de jeu, chaque équipe compte un tir chacune seulement. Celui d’Arsenal est l’oeuvre de Mohamed Elneny, dont la frappe lointaine passe au-dessus.

Malgré tout, les hommes d’Arsène Wenger commencent à un peu mieux se trouver. À la 39ème minute, sur un corner, la délivrance intervient. Xhaka le frappe et il trouve la tête de Mertesacker aux six mètres. Le capitaine, titulaire en Premier League pour la première fois depuis plus de 500 jours, ouvre le score et soulage tout le monde. Arsenal mène 1-0, et si ce n’est pas forcément mérité, l’on se réjouit tout de même que les Gunners aient fait le plus dur face à une équipe de Watford désormais obligée de se découvrir.

merte true goal

 

Les espaces s’ouvrent en effet et Arsenal manque de doubler la mise sur une double occasion: la frappe de Xhaka est repoussée par Gomes, puis c’est Bellerin, servi en retrait, qui loupe le cadre alors qu’il avait la possibilité de marquer.

Arsenal regagne donc les vestiaires avec cet avantage d’un but. Sans faire un grand match et en souffrant par moment, les Gunners disposent d’une avance précieuse avant les 45 dernières minutes. Il va désormais s’agir d’inscrire un second but face à une équipe qui risque de laisser des espaces derrière.

 

2ème mi-temps:

La seconde période débute comme la première, avec une équipe de Watford un peu plus offensive mais qui ne parvient pas à se procurer d’occasions, à cause aussi, il faut le souligner, d’une défense d’Arsenal sérieuse et appliquée. Les Gunners sont moins inspirés offensivement, à l’image de Lacazette qui négocie mal plusieurs contres.

À l’heure de jeu, Welbeck reste au sol et est obligé de céder sa place à Özil. L’attaquant anglais, tout juste revenu de blessure, semble avoir rechuté, même s’il n’a pas semblé en trop mauvais état au moment de sa sortie.

Özil se met en évidence immédiatement, il sert parfaitement Iwobi, en très bonne position dans la surface, mais son petit enroulé du droit est détourné en corner par Gomes.

Sur un nouveau contre à la 69ème, c’est cette fois Iwobi qui sert Özil, en position idéale, seul dans la surface et sur son pied gauche. Mais l’Allemand tergiverse et sa frappe molle est arrêtée par Gomes. Watford par en contre et de l’autre côté du terrain, obtient un penalty sur une faute peu évidente de Bellerín. Troy Deeney transforme et Watford égalise.

deeney

Le raté d’Özil fait donc complètement basculer le match, puisqu’Arsenal, au lieu de mener 2-0, n’a désormais plus que 20 minutes pour inscrire un second but.

C’est pourtant Watford qui domine clairement cette fin de match, Arsenal ne voit pas le ballon et est tout prêt d’être puni sur une frappe contrée par Mertesacker qui atterrit sur le poteau de Cech.
Arsène Wenger choisit de lancer Wilshere pour relancer les Gunners, mais c’est finalement Holding qui entre et qui remplace Koscielny, qui ne peut plus continuer, sans doute gêné à nouveau par son tendon d’achille. Nouveau coup dur pour Arsène Wenger avec la blessure d’un autre défenseur, son plus indispensable cette fois.

Mais ce n’est malheureusement pas la dernière mauvaise nouvelle de la soirée. Watford continue de pousser et finit par faire céder les Gunners. Après une première puis une deuxième frappe contrée, le ballon arrive sur Cleverley en retrait. L’ancien joueur de Manchester United place une frappe imparable sous la barre et fait exploser le stade et le banc de Watford.

C’est un scénario terrible pour Arsenal mais pour autant pas immérité tant les Gunners ont perdu pied après le penalty concédé. Pour Arsène Wenger, nul doute qu’il s’agit aussi d’un gros coup dur, surtout au regard des résultats favorables de l’après-midi. L’entraineur français n’a pas su non plus trouver la solution avec ses changements. Mais le véritable symbole de cette défaite restera sans doute Mesut Özil, dont l’entrée résume parfaitement le joueur qu’il est. D’abord brillant sur sa passe vers Iwobi puis sur son déplacement sur l’occasion qu’il se procure, l’Allemand a ensuite totalement flanché en n’inscrivant pas le but du 2-0 en position idéale, ce qui a amené au penalty dans la foulée, puis en disparaissant totalement lors des vingt dernières minutes.

Hector déçu

Arsenal n’a donc toujours pas gagné à l’exterieur cette saison et loupe l’occasion d’intégrer le top 4 et de doubler Chelsea. Les Gunners, 6ème ce soir, se font même doubler par leur adversaire du jour, qui monte à la 4ème place.

Il faudra vite rebondir, d’abord en Ligue Europa jeudi face à l’Étoile rouge de Belgrade, mais surtout dans 8 jours, à nouveau à l’extérieur, cette fois sur le terrain d’Everton.

#AntoineP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *