Arsenal s’impose péniblement face aux Saints et poursuit sa bonne série

Après un match convaincant en Europa League, Arsenal retrouvait Southampton en Premier League, compétition dans laquelle les Gunners n’ont plus grand chose à jouer. Arsène Wenger en a donc logiquement profité pour procéder à un large turn-over, se permettant ainsi de reposer Ramsey, Wilshere, Özil, Koscielny, Monreal et Lacazette, permettant de fait à certains joueurs de glaner du temps de jeu, et en particulier le jeune Reiss Nelson, qui honorait  aujourd’hui sa première titularisation en Premier League.

Face à une équipe de Southampton à la lutte pour ne pas descendre en Championship et qui jouait dans un schéma très défensif, le début de la rencontre a ressemblé à ce à quoi on s’attendait : une équipe d’Arsenal qui joue haut avec une forte possession face à des Saints regroupés autour de leur surface.

Malgré une volonté d’être propres techniquement et quelques tentatives de jeu en profondeur, les Gunners sont incapables d’amener du danger sur la cage de McCarthy et se sont bien les visiteurs qui se mettent en évidence : bien aidé par un Chambers passif, Tadic parvient à s’infiltrer dans la surface de réparation avant de glisser un bon ballon vers Long. L’Irlandais réussit à placer une frappe qui trompe Čech… mais Bellerín a heureusement bien suivi et dégage sur sa ligne (7ème).

Ce premier avertissement ne sert pas de leçon aux locaux qui continuent de jouer sur un rythme mou et sans grande inspiration, et c’est fort logiquement qu’Arsenal se fait punir sur la deuxième occasion de Southampton : bien décalé par Tadic sur son côté droit, Cédric résiste à Kolasinac et envoie un centre vers Shane Long, qui profite d’une incroyable apathie de Mustafi pour être le premier sur le ballon et tromper Čech d’une belle frappe croisée (0-1, 17ème).

Cette ouverture du score méritée décide enfin les Gunners à accélérer et à mettre un peu de vitesse dans leur jeu, même si rien n’est simple face à un adversaire conforté dans son schéma de jeu très défensif. La lumière viendra de la recrue la plus chère de l’histoire du club : sur une action anodine, Aubameyang se permet de décrocher avant de passer à Iwobi, qui lui rejoue vers Welbeck. Danny remet en une touche vers Aubam qui a parfaitement suivi l’action, et le Gabonais peut surgir dans le dos de la défense adverse pour finir l’action tout en douceur (1-1, 28ème).

aubasouth

Cette égalisation confirme le réveil des locaux, qui prennent enfin le jeu à leur compte, bien aidés par un Aubameyang étonnamment impliqué dans le jeu de son équipe. Et après une nouvelle longue phase de possession, Arsenal parvient à prendre l’avantage grâce au grand bonhomme de cette partie : bien lancé dans la profondeur par Iwobi, Danny Welbeck parvient à éliminer un défenseur avant d’expédier une lourde frappe qui trompe McCarthy, certes grâce à une déviation de Yoshida (2-1, 38ème).

Arsenal parvient donc à se remettre dans le bon sens dans la fin de cette première période. Après un début poussif, nos Gunners ont su, sans proposer un jeu brillant, se ressaisir pour prendre l’avantage au score.

wélé

La seconde période est repartie sur de très bonnes bases, et l’on a un temps cru qu’Arsenal allait rapidement plier le match : dès la reprise, l’insaisissable Aubameyang est trouvé dans la surface par Iwobi, mais McCarthy parvient cette fois à repousser la frappe du Gabonais. Le ballon revient ensuite sur Xhaka, dont la lourde reprise de l’extérieur de la surface est une nouvelle fois repoussée par le portier des Saints (47ème). Arsenal continue de pousser et c’est ensuite à Iwobi de s’illustrer avec une belle frappe placée depuis l’extérieur de la surface, mais McCarthy est définitivement très chaud et claque une nouvelle fois en corner (52ème).

Et puis… Plus rien. Alors que l’on commençait à voir du jeu plaisant et des occasions, les Gunners se sont soudainement relâchés, alors que les Saints ont probablement dû se rendre compte qu’une défaite rendrait leur situation au classement compliquée. Soton s’est mis à pousser, et est passé à de nombreuses reprises proche de l’égalisation : d’abord sur une tête de Hoedt suite à un corner sauvée sur sa ligne par Elneny (56ème), puis à nouveau par Long, signalé hors-jeu d’un rien alors qu’il avait réussi à tromper Čech (63ème), ou encore  par Hoedt sur une frappe lointaine (68ème)

Arsenal a longtemps souffert sans craquer, bien aidé par un Čech des grands jours (mais malheureusement loin d’être aidé par une charnière Chambers-Mustafi des plus poreuses), avant que l’inévitable ne se produise : sur un coup-franc botté par Tadic, Chambers manque de se trouer devant Long mais parvient à dégager en catastrophe. Le ballon revient finalement vers Cédric, qui percute et élimine trop facilement…Chambers avant de centrer au second poteau pour Charlie Austin, qui n’a plus qu’à conclure à bout portant. Southampton égalise, et c’est mérité (2-2, 73ème).

Au vu de la physionomie du match, on a cru qu’on allait devoir se contenter de ce point. Impression qui s’est faite d’autant plus forte à la 78ème minute quand Danny Welbeck a manqué une incroyable occasion à bout portant, expédiant le ballon au dessus du cadre alors que le but était vide… Mais le football est capricieux, et ces derniers temps tout sourit à Arsenal. Trois petites minutes après ce raté incompréhensible, Alex Iwobi hérite du ballon sur la droite de la surface des Saints et envoie un ballon exquis au second poteau vers… Danny Welbeck, qui cette fois ne se trompe pas et crucifie McCarthy d’une tête puissante. Welbeck in a nutshell, Danny is a true legend (3-2, 81ème) !

welb2

La fin de cette partie fut des plus confuses :Southampton tente de réagir pour prendre un point précieux, mais l’équipe de Mark Hughes semble avoir pris un vrai coup derrière la tête et n’arrive plus à se montrer réellement dangereuse. La partie se tend dans le temps aditionnel quand Stephens, accroché par Wilshere, prend un carton rouge pour avoir réagi trop violemment au goût de l’arbitre. Un deuxième carton rouge sera donné à Mohamed Elneny, accusé d’avoir été provoquer le tireur du dernier coup-franc de la partie, consécutivement à la faute de Wilshere (ça va, vous suivez ?). Les deux sanctions semblent en tous les cas sévères et disproportionnées, et la partie se termine bêtement dans un climat très tendu.

elnenysouth

Avec cette victoire des plus poussives, la sixième d’affilée, Arsenal poursuit sa bonne série en cours et garde la confiance avant le déplacement à Moscou. Si l’on pourra saluer la capacité de réaction de l’équipe ainsi que quelques bonnes performances individuelles (Welbeck, Iwobi, Čech, Aubameyang), on retiendra surtout la grande fébrilité montrée par les Gunners aujourd’hui, et en particulier par une charnière Chambers-Mustafi qui n’aura cessé de prendre l’eau.

Prochaine escale à Moscou pour le quart retour d’Europa League, afin de confirmer la belle performance du match aller et de valider le ticket pour les demi-finales !

#COYG

#Antoine L

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *