Arsenal s’incline et c’est Tottenham qui prend le pouvoir sur le nord de Londres.

C’est sur une série de trois victoires consécutives, dont celle face à Manchester City à Wembley en Cup dimanche dernier, que les Gunners se présentaient cet après-midi à White Hart Lane pour le North London Derby. Cette rencontre face au grand rival de Tottenham revêtait en plus de l’enjeu symbolique, un fort enjeu sportif : les Spurs devaient gagner pour revenir à quatre points de Chelsea et maintenir l’espoir de titre, et ils avaient l’occasion en l’emportant, d’officialiser le fait qu’ils termineront devant Arsenal à la fin de la saison : une première sous l’ère Arsène Wenger. Quant aux Gunners, ils avaient une superbe occasion de se relancer dans la course au top 4 après les matchs nuls plus tôt dans l’après-midi de City et United et avant le déplacement de Liverpool à Watford demain soir. 

Pour cette rencontre, Arsène Wenger reconduit son système en 3-4-3 avec lequel il n’a pour l’instant connu que la victoire. Par rapport au match de mercredi dernier face à Leicester, Oxlade remplace Bellerin, Coquelin cède sa place à Ramsey et Giroud est préféré à Welbeck en pointe. Gibbs occupe lui toujours le côté gauche tandis que Monreal est en défense avec Koscielny et Gabriel. Côté Spurs, une composition assez classique bien que et Kyle Walker et Moussa Dembélé prennent place sur le banc.

 

1ère mi-temps: 

 

Le match débute très fort puisqu’après à peine 40 secondes de jeu, Kane frappe en angle fermée et oblige Cech à se coucher pour capter le ballon en deux temps. Les Spurs mettent une grosse pression d’entrée et à la 6ème minute, sur corner, Alderweireld, seul au premier poteau, place une tête juste au-dessus.

Malgré un bon ballon de Sanchez pour Gibbs dans la profondeur qui oblige Lloris à intervenir, c’est bien Tottenham qui domine ce début de rencontre. Cette domination s’amplifie après les premières vingt minutes avec deux occasions énormes pour les Spurs. À la 22ème, Kane, trouvé en profondeur, voit sa frappe contrée. Tout le monde est pris à revers, sauf Dele Alli qui seul face au but vide, manque inexplicablement son coup de tête, qui passe à côté. Ouf. Trois minutes plus tard, c’est cette fois Son qui est bien lancé en profondeur. Il enrhume Oxlade, entre dans la surface et enroule du droit. Là encore, le tir est contré et le ballon revient cette fois sur Eriksen qui reprend de volée. Malgré la cage à nouveau désertée, le Danois trouve le haut de la barre transversale. Ouf. Deux miracles ont coup sur coup sauvés les Gunners du premier but.

 

NOUVELLE

 

Arsenal souffre en cette première demi-heure. Devant, on ne voit qu’Alexis. Özil est absent tout comme Giroud. Oxlade quant à lui est contraint de défendre et a parfois des difficultés.

Il faut attendre la 38ème pour assister à la première occasion des Gunners. Elle est l’œuvre de Ramsey qui frappe à l’entrée de la surface et oblige Lloris à repousser en corner. À la suite de ce corner, Arsenal frappe une nouvelle fois via Gibbs mais ce n’est pas suffisant pour de nouveau inquiéter Lloris. Toujours est-il que les Gunners sont mieux dans cette fin de première période. Après un nouveau corner, le ballon revient sur Alexis dont la frappe dans la surface est malheureusement contrée.

Les trois minutes de temps additionnel de cette première période sont à l’avantage des Spurs qui multiplient les corners et qui parviennent à inquiéter Cech sur une frappe à l’entrée de la surface de Verthongen.

Ainsi s’achève cette première période très rythmée. Tottenham domine mais les joueurs d’Arsenal résistent bien et montrent des capacités à se montrer dangereux, ce qui laisse aux Gunners de l’espoir pour la deuxième moitié du match.

 

Sanchez tête dans T shirt

 

2ème mi-temps :

La seconde période débute aussi fort que la première. Après une première incursion des Gunners, les Spurs réagissent avec une grosse frappe de Wanyama que Cech claque en corner. À la suite de ce corner, Son, au premier poteau, frappe dans le petit filet extérieur.

Arsenal réagit à la 52ème. À la suite d’un corner, le ballon revient sur Giroud qui au milieu d’une forêt de joueur reprend de volée mais frappe au-dessus. Quel dommage !

Dans cette rencontre toujours aussi rythmée, ce sont les Spurs qui finissent par faire craquer la défense adverse. Eriksen, dans la surface, s’offre un petit slalom avant de frapper en angle fermée. Sa frappe est contrée par Cech mais le ballon revient sur Dele Alli qui est le plus prompt pour reprendre et ouvrir le score (57ème).

C’est un véritable coup de massue pour les Gunners, d’autant plus qu’à peine 60 secondes plus tard, Gabriel fauche Kane dans la surface et provoque un penalty. Le buteur des Spurs le transforme lui-même et fait le break (59ème). Il devient du même coup le premier joueur à marquer dans cinq derbies du nord de Londres consécutifs.

Abattus, les Gunners se doivent de réagir. Les Spurs commettent deux erreurs de relance qui aboutissent à deux frappes de Giroud puis de Gibbs. La première est captée par Lloris tandis que la seconde est contrée et finit en corner.

Devant au score, les fans de Tottenham s’en donnent à cœur joie. Ils chantent à la gloire de Dele Alli et reprennent le désormais répandu « Arsène Wenger we want you to stay ». L’entraineur français réagit et à la 65ème, il remplace Xhaka par Welbeck.

Mais les occasions restent du côté des Spurs. De nouveau à la suite d’un corner, Verthongen envoie un missile du gauche à l’entrée de la surface que Cech détourne. À la suite d’un nouveau corner, Eriksen trouve Kane seul au premier poteau qui, par bonheur, ne cadre pas sa tête.

Les Gunners n’ont d’autres choix que d’attaquer pour revenir. Wenger fait entrer Bellerin à la place de Gabriel. Pourtant ce sont encore les Spurs qui se montrent les plus dangereux. À la 77ème, Wanyama trouve magnifiquement Kane qui perd son duel face à Cech. Sur le corner qui suit, Alderweireld reprend de la tête et oblige le gardien d’Arsenal à une nouvelle parade spectaculaire.

 

Wenger tête basse

 

Arsène Wenger abat sa dernière carte offensive à la 80ème avec la sortie de Giroud, décevant, remplacé par Walcott. C’est lui qui va enfin permettre aux Gunners de se montrer dangereux. Bien servi par Ramsey dans la surface, il frappe, mais ne place pas suffisamment son ballon, qui atterrit directement dans les bras de Hugo Lloris. Les dernières minutes de la rencontre sont davantage spectaculaires dans les tribunes où les fans de Tottenham savourent ce succès.

C’est donc finalement une défaite sans appel pour les hommes d’Arsène Wenger. Face à une équipe de toute évidence plus forte, les Gunners ont rappelé à tous ceux qui les suivent les limites qui sont les leurs cette saison. Après plus de vingt ans de domination des Gunners, ce sont bien les Spurs qui finiront devant cette saison. Si cela peut sembler anecdotique, c’est là un des derniers bastions du « Wengerisme » qui tombe. Dans quelques semaines c’en est un autre, la qualification en ligue des champions, qui risque bien lui aussi de s’effondrer.

#AntoineP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *