Arsenal s’offre le North London Derby

Après avoir patienté deux longues semaines pour cause de trêve internationale, on retrouvait cet après-midi la Premier League et Arsenal. Et quoi de mieux pour lancer ce week-end que de l’entamer par un North London Derby électrique. Arsenal reçoit donc Tottenham à l’Emirates pour un match qui ressemble à un tournant : soit Arsenal s’impose et recolle à 1 point de Tottenham, soit Tottenham l’emporte et prend 7 points d’avance sur les Gunners. Un nul n’arrangerait personne, surtout pas les Gunners.

Pour cette rencontre, Arsène Wenger aligne forcément son équipe type, avec notamment le retour de Mustafi en défense centrale. On retrouve le milieu de terrain habituel ainsi que le trio Özil-Lacazette-Alexis en attaque. Le banc est lui aussi bien garni avec notamment Wilshere, Iwobi et Welbeck. Giroud, blessé, et Walcott, pas retenu, ne sont pas dans le groupe. Tottenham dispose également d’un onze impressionnant : malgré l’absence d’Alderweireld, l’on retrouve tout de même Kane, Alli, ou encore Erriksen en attaque.

 

1ère mi-temps :

Arsenal n’est pas à l’aise lors des cinq premières minutes, gênés par le pressing adverse. C’est finalement une mauvaise relance de Dier qui permet aux Gunners d’entrer dans ce derby. Cette erreur du défenseur des Spurs offre une première occasion à Lacazette, mais sa frappe s’envole dans les tribunes de l’Emirates.

Tottenham réagit par l’intermédiaire de Kane, qui arrive à frapper et à cadrer à la suite d’une mésentente entre Koscielny et Mustafi, mais Cech intervient bien.

Arsenal prend un petit ascendant en étant un peu plus agressif, mais le problème est qu’il n’y a que très peu d’espaces d’un côté comme de l’autre, il est donc difficile de voir de réelles tentatives, si ce n’est sur des erreurs individuelles comme pour le premier tir de Lacazette puis celui de Kane.

Le premier vrai beau mouvement intervient à la 19e et il est en faveur des hommes d’Arsène Wenger. Après plusieurs passes, Ramsey est trouvé dans l’axe aux 40 mètres, il met un superbe ballon en profondeur pour Bellerin. Bien décalé dans la surface, le latéral espagnol centre fort devant le but, où tout le monde se jette (Lacazette, Lloris, et ses défenseurs), mais le ballon file devant le but sans que personne ne puisse le reprendre. Quel dommage.

 

ALLI à terre

 

Arsenal continue en tout cas de pousser en mettant une intensité impressionnante que l’on regrette de ne pas voir plus souvent. Les Gunners multiplient les corners, ne laissent que les contre aux Spurs, mais ne parviennent pas à marquer ce but qui ferait tant de bien.

Tottenham de son côté n’est pas pour autant largué. Eriksen, dans la surface, se met sur son pied droit et frappe au premier poteau. Ça touche l’extérieur du montant gauche de Cech, mais le portier des Gunners  semblait bien parti pour intervenir si le ballon avait été cadré.

Arsenal repart de l’avant et est enfin récompensé à la 36e minute : Alexis obtient un coup franc bien placé après un bon contrôle orienté (quelqu’un d’objectif dirait que la faute de D.Sanchez sur A.Sanchez est loin d’être évidente, mais Mike Dean la siffle et il faut bien respecter cela). Özil frappe ce coup-franc et trouve Mustafi dont la tête croisée laisse tout le monde sur place, y compris Lloris, et le ballon entre après avoir touché le poteau. 1-0. Les Gunners prennent un avantage mérité avec réussite, puisque Mustafi est sans doute en avance de quelques centimètres au départ du ballon.

Ce but libère totalement Arsenal qui accentue encore sa domination : à la 42 Bellerin trouve Lacazette à la limite du hors-jeu. Le Français peut frapper mais décide de centrer fort pour Alexis. Celui-ci parvient à contrôler, ce qui surprend tout le monde puisqu’il se retrouve à littéralement 50 centimètres du but pour fusiller Lloris du droit. 2-0, le Chilien laisse éclater sa joie. Arsenal s’envole juste avant la mi-temps et assomme les Spurs.

Score idéal donc au terme des 45 premières minutes, avec cet avantage mérité pour des Gunners plus entreprenants que jamais. Tottenham n’est pas aussi flamboyant que d’habitude et n’a plus que 45 minutes pour faire basculer le match.

 

mustafi 1-0

 

2e période :

Les débats reprennent et sont toujours aussi rythmés, sauf que cette fois c’est Tottenham qui s’installe dans la moitié de terrain des Gunners, qui préfèrent dès lors opérer en contre. C’est une stratégie qui fonctionne puisque les espaces sont rares derrière et que devant, ça va très vite avec Lacazette, Özil, et Alexis, qui parviennent à bien combiner sur un contre au bout duquel il ne manque pas grand-chose à Özil pour se retrouver en position de marquer.

Il ne se passe pas grand-chose dans cette deuxième mi-temps même si le rythme est élevé. Les Gunners contrôlent bien leurs adversaires et contrent sans prendre trop de risques. Cette volonté de conserver le score se traduit plus nettement à la 73ème minute avec la sortie de Lacazette pour l’entrée de Coquelin, au grand désarroi des supporters présents à l’Emirates, déçu de cette crainte affichée par le manager français.

Le match est toujours aussi fermé même si Alexis se procure une nouvelle occasion à bout portant devant Lloris. Les Spurs eux se montrent impuissants face au bloc mis en place par Arsène Wenger, et ils multiplient les mauvais choix au moment de trouver des espaces. Quand ils trouvent enfin ces espaces, c’est Cech qui se montre décisif, sur une tête croisée de Dier en particulier.

 

KOSSSS

 

Arsène Wenger effectue son deuxième changement à la 84e minute. Özil sort après un bon match, ponctué notamment d’une passe décisive pour Mustafi. Iwobi, double buteur avec le Nigeria face à l’Argentine cette semaine, entre à sa place pour ces dernières minutes.

La fin de match est assez insolite avec des espaces dans la défense de Tottenham qui offrent des occasions, notamment une grosse pour Alexis. Mais le score ne bouge plus et Mike Dean met un terme à cette belle rencontre.

Victoire complètement méritée pour les Gunners qui se sont comportés en patrons, sûrs de leur force dans un stade où ils ont remporté leurs 11 derniers matchs de championnat (ce qui constitue là un record pour le club). Cette victoire et ces trois points relancent les Gunners dans la course aux premières places puisqu’ils reviennent à un point de leurs adversaires du jour, Tottenham, décidément peu en réussite face aux équipes du Top 6.

Il va désormais s’agir de bâtir sur cette victoire pour entamer une série pour pleinement s’installer dans le top 4. Toujours est-il qu’il faut pour l’instant célébrer ce succès dans le derby et la performance de tous les joueurs lors de cette rencontre, sans oublier Arsène Wenger, qui a réussi à totalement neutraliser les joueurs de Mauricio Pocchetino. Place donc à l’Europa League jeudi, avant un déplacement périlleux sur le terrain de Burnley, dimanche prochain.

 

#AntoineP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *