Les Gunners sombrent face à Chelsea et laissent déjà s’envoler leurs rêves de titre. 

Dans un article paru sur notre site hier, mon collègue Antoine présentait le mois de février comme le mois de tous les dangers. 24h et un match disputé plus tard, cette tendance s’est confirmée et l’on peut dire que février est déjà le mois où Arsenal peut abandonner l’idée d’être champion, une nouvelle fois bien trop tôt dans la saison.

Avant même le coup d’envoi, il y avait lieu de s’inquiéter. Chelsea arrivait avec son onze type et plein de confiance suite à son bon match nul sur le terrain de Liverpool plus tôt cette semaine tandis que les Gunners étaient décimés au milieu de terrain: Xhaka toujours suspendu, Elneny à la veille de disputer la finale de la CAN avec l’Egypte et Ramsey blessé pour trois semaines, sans parler de Cazorla absent pour encore de longues semaines, c’était donc un milieu expérimental qu’Arsène Wenger avait décidé d’aligner. Oxlade-Chamberlain prenait place aux côtés de Coquelin à la récupération. Derrière et devant, on retrouvait l’équipe type de la première moitié de saison avec Alexis en pointe soutenu par Iwobi et Walcott. Arsène Wenger quant à lui était toujours contraint de suivre le match depuis les tribunes.

1ère mi-temps :

Le match débute sur un gros rythme et les Gunners semblent capables de poser des soucis aux hommes d’Antonio Conte. Ils pressent plutôt haut et dès la 2ème minute, une passe risquée de Courtois est interceptée par Özil. Celui-ci sert Iwobi dont la frappe à l’entrée de la surface est contrée et échoue juste à côté du poteau gauche du gardien de but belge. Sur le corner qui suit, c’est Chelsea qui récupère, contre, et obtient un corner à son tour. Le match démarre donc fort avec deux équipes portées vers l’offensive.

Les débats continuent d’être plutôt équilibrés et les Gunners semblent assez à l’aise dans leur match et capables de mettre en place leur jeu. Mais la rencontre va basculer dès la 13ème minute avec l’ouverture du score des Blues. Suite à un bon travail côté droit, Moses décale Pedro, dont le centre est repris par la tête de Diego Costa, qui trouve la transversale. À la retombée du ballon, aux 5 mètres et face à un but vide, Marcos Alonso remporte son duel de la tête avec Bellerín et inscrit le premier but du match. Au ralenti pourtant, l’on voit clairement que Alonso saute le coude en avant et heurte Bellerín en pleine tête. Si la faute est sans doute involontaire, elle n’en est pas moins réelle, et l’on peut penser que le but aurait dû être refusé. Suite à ce contact, le défenseur d’Arsenal reste d’ailleurs au sol, sonné, et est finalement obligé de céder sa place à Gabriel, dont l’apport offensif est malheureusement à des années lumières de celui de l’international espagnol.

Cette ouverture du score semble avoir mis tous les Gunners KO, et leur manque de réaction est assez inquiétant. Pendant les vingt minutes qui suivent, il n’y a qu’une équipe sur le terrain. Chelsea montre plus d’envie, de détermination, les Blues remportent tous les duels, et Eden Hazard virevolte sur le terrain. Sans se montrer réellement dangereux (si ce n’est une frappe de Costa en angle fermé à la 18ème), les partenaires du toujours omniprésent N’Golo Kanté ne laisse aucun espace aux Gunners.

La dynamique change à la 35ème lorsque le pressing des Blues se fait un peu moins intense. Arsenal va profiter de cette fin de première période pour se procurer deux grosses occasions. À la 38ème, suite à un corner, Oxlade, à l’entrée de la surface, dépose le ballon sur la tête de Gabriel. Celui-ci ne place pas suffisamment son ballon et permet à Courtois de réaliser un bel arrêt. Dans le temps additionnel (45ème+2), c’est cette fois Özil, bien servi par Coquelin, qui se retrouve en bonne position sur la droite de la surface. Il prend son temps avant de frapper, mais son tir ne surprend malheureusement pas Courtois qui avait parfaitement anticipé le choix du premier poteau. Ainsi s’achève une première période frustrante et qui laisse le sentiment que les Gunners peuvent et doivent faire mieux.

CHEARS 2

2ème mi-temps :

 Au retour des vestiaires, ce sont pourtant bien les joueurs de Chelsea qui reprennent leur marche en avant et leur pressing permanent qui leur permet de confisquer tous les ballons. Ils sont récompensés de leurs efforts dès la 53ème par un superbe but d’Eden Hazard, qui, depuis le milieu de terrain, accélère, dribble et humilie littéralement la défense des Gunners pour s’en aller inscrire le but du K.O.

En effet, les hommes d’Arsène Wenger ne vont pas se remettre de cette chevauchée de l’attaquant belge. C’est au contraire Chelsea qui va dérouler tranquillement, en contenant parfaitement les possessions stériles des Gunners et en se montrant à tout moment capable de porter le danger dans la surface de Petr Cech.

Le match perd en intensité et il ne se passe plus grand chose. Steve Bould fait entrer Giroud à la place de Coquelin (et laisse donc un duo Iwobi-Oxlade à la récupération) puis Welbeck à la place de Walcott (65ème et 70ème). Des deux nouveaux entrants, c’est l’international anglais qui va se mettre en évidence le premier. Tranchant et puissant dans ses accélérations, il se signale surtout par une belle tête que Courtois repousse du bout des doigts en corner. Sur ce même corner, c’est cette fois Mustafi qui est à la réception du ballon. Seul au premier poteau, il rate sa tête et ne cadre pas cette occasion en or.

C’était là le dernier espoir d’une remontée miraculeuse puisque Chelsea va corser l’addition cinq minutes plus tard. Tout juste entré en jeu, Cesc Fabregas, l’ancien gunner, exploite parfaitement la passe complètement loupée de l’ancien gardien de Chelsea Petr Cech pour inscrire le but du 3-0 (85ème). L’international espagnol fait le choix de ne pas célébrer mais il y a peu de chances que cela apaise les fans d’Arsenal qui en plus d’une défaite humiliante, voient leur ancienne gloire et capitaine les crucifier.

La fin de match est débridée. Costa frappe dans un angle impossible alors qu’un peu plus d’altruisme aurait surement amené à un quatrième but. Une minute plus tard, sur un centre de Monreal, c’est Giroud qui place sa tête et sauve l’honneur en ramenant le score à 3-1 (91ème).

CHEARS 3

Ce but ne permettra sans doute pas de relativiser cette défaite qui sonne le glas des espoirs de titre. Arsenal doit désormais regarder derrière et tout faire pour conserver sa place parmi les prochains qualifiés pour la ligue des champions. Cette lutte s’annonce âpre tant les écarts en termes de points sont minimes et il faudra vite se remettre de cette défaite pour ne pas laisser trop de plumes en route. Heureusement, le retour de la ligue des champions dans dix jours devraient permettre une remobilisation rapide et la naissance de nouveaux espoirs fous chez les joueurs et chez les supporters.

#AntoineP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *