Arsenal stagne en tombant dans la gueule du loup

Arsenal recevait ce dimanche les Wolves, avec pour objectif de se relancer après deux matchs de suite sans victoire en Premier League. Si l’adversaire du jour ne pointait qu’à une modeste 11ème place au coup d’envoi, ce match n’avait rien de simple sur le papier : les hommes de Nuno Espirito Santo avaient en effet l’une des meilleures défenses de Premier League, ce que les Gunners ont malheureusement constaté par eux-même.

Pour faire sauter le verrou des Loups, Unai Emery reconduit l’équipe qui avait réussi à accrocher Liverpool, à une exception près puisqu’Alex Iwobi, décisif face aux Reds, remplace Henrikh Mkhitaryan. Sur le banc, on peut noter les retours de Guendouzi, Sokratis ou encore la présence d’Eddie Nketiah qui “profite” de la blessure de Danny Welbeck pour se faire une place. Après une minute de silence en mémoire des victimes de la Première Guerre Mondiale, la partie pouvait débuter.

Dès le coup d’envoi, le schéma de jeu qui se dessine est le même qui va animer toute la partie : Wolverhampton disposé en bloc bas, prêt à subir et à laisser la possession aux locaux. Cet attaque-défense dure bien dix minutes sans que rien de notable ne se produise, et petit à petit les visiteurs osent finalement sortir de leur camp : dans un premier temps Moutinho parvient à trouver Jonny Castro dans la surface, mais Mustafi se montre vigilant et dégage. Neves récupère, mais sa tentative est facilement captée par Leno (12ème). Un premier petit avertissement sans frais que les Gunners ne prennent pas vraiment au sérieux, puisqu’à peine le ballon récupéré qu’il est perdu : Xhaka rate assez inexplicablement un contrôle pourtant simple sur une passe de Kolasinac, et Cavaleiro en profite pour récupérer, accélérer et jouer un une-deux avec Jiménez avant de finir de près dans la surface. C’est rapide et efficace, et Wolverhampton mène au score (0-1, 13ème).

Après cette ouverture du score aussi bête que surprenante, on s’attend à voir une réaction des hommes d’Emery, à ce qu’ils rentrent enfin dans leur match. Cela ne se produit pas vraiment et les rouges et blancs mettent bien dix bonnes minutes à sortir de leur torpeur avec un bon centre en retrait d’Özil vers Lacazette, dont la reprise, contrée à bout portant, revient sur Iwobi qui se fait également contrer. Les Wolves profitent de ces ratés pour partir en contre avec Helder Costa qui dépose Holding et vient jouer un duel avec Leno, heureusement remporté par l’Allemand (22ème).

afcwolves

Passés tout proche de la correctionnelle, les Gunners semblent enfin mettre l’intensité nécessaire et mettent un peu plus de vitesse dans leur jeu, mais le manque d’inspiration est présent et l’équipe des West Midlands fait preuve d’une application exemplaire en défense. Le jeu de transition des visiteurs fait même des ravages et le 2-0 est une nouvelle fois proche sur une frappe de l’extérieur de la surface par Costa (26ème), consécutive à une récupération dans les pieds de Torreira.

Plus d’une demi-heure après le début de la partie, Wolverhampton mène donc très logiquement sur la pelouse d’un Arsenal absolument pas dans son match. Les joueurs sont nerveux et commettent des erreurs inhabituelles, à l’image d’une nouvelle bourde de Kolasinac qui rate un contrôle pourtant relativement simple et rend le ballon à Doherty : le latéral décale un Jiménez lancé dont la reprise passe heureusement bien à côté de la cage de Leno (36ème). C’est donc dans ce climat tendu que les Gunners regagnent leurs vestiaires, à l’issue d’une première mi-temps assez inquiétante durant laquelle ils n’ont pas cadré la moindre frappe.

À la reprise, Unai Emery décide de procéder à son premier changement et revoit sa tactique : Matteo Guendouzi remplace Alex Iwobi, un choix plutôt étonnant dans la mesure où le Nigérian n’était pas le joueur le plus en dedans. Les débats reprennent en tout cas sur le même schéma qu’en première période : le ballon est laissé aux Londoniens, et les visiteurs se disposent en bloc bas pour mieux exploser en contre. Les minutes s’égrainent et nos Gunners ne trouvent toujours pas la faille dans le dispositif de Nuno Espirito Santo même si on sent un peu plus de conviction dans le pressing et un peu moins de déchet technique. Il faudra bien attendre l’heure de jeu pour que le public de l’Emirates ait quelque chose à se mettre sous la dent avec une belle frappe de Torreira repoussée par Patricio suite à un corner (enfin) bien joué à deux entre Özil et Xhaka (60ème).

Cette première frappe cadrée n’est néanmoins qu’une étincelle dans un ciel gris et le plan de jeu de nos adversaires semble trop difficile à contrer aujourd’hui. On devra attendre encore dix bonnes minutes avant de voir une nouvelle opportunité, avec un bon centre tendu de Xhaka qui trouve Bellerín dans la surface : l’Espagnol ouvre un rien trop son pied et voit sa reprise filer au dessus de la barre d’un Patricio qui n’avait cette fois pas bougé. Cette nouvelle occasion sert (enfin) de déclic à Arsenal, et on voit enfin quelques séquences de jeu rapide, à l’image de cette offensive initiée par Xhaka à la 73ème qui bascule vers Torreira : l’Uruguayen décale Bellerín qui envoie un amour de centre pour Aubameyang, mais le Gabonais rate le cadre à bout portant alors qu’il était parfaitement placé… Quand rien ne va…

aubawolves

Unai Emery réagit lui aussi et effectue ses deux derniers changement en faisant entrer Mkhitaryan et Ramsey à la place de Kolasinac et Özil, tous deux hors du coup aujourd’hui. Les Gunners intensifient leur pression sur le but adverse et multiplient les tentatives de centres, mais manquent de précision et la défense des Wolves parvient toujours à se dégager, et à créer du danger ! Sur un énième dégagement de la défense de Wolverhampton, Traoré est trouvé lancé et sert Jiménez. Ce dernier envoie un centre parfait vers le nouvel entrant Jota au second poteau : Leno intervient une nouvelle fois parfaitement pour empêcher le Mexicain de doubler la mise à bout portant (84ème). Une occasion que regretteront nos adversaires puisque dans la foulée, Guendouzi envoie un amour de ballon sur Ramsey dans la surface, qui réalise un enchaînement contrôle-frappe envoyé en corner par Patricio. Xhaka le joue rapidement avec Mkhitaryan, et l’Arménien enroule un excellent ballon au second poteau que n’anticipe pas Rui Patricio de manière surprenante : le cuir file tranquillement dans le but du gardien Portugais, et Arsenal égalise (1-1, 86ème).

mkhiwolbes

Ce premier but enfin inscrit, on s’attend à voir les hommes d’Emery pousser pour tenter de prendre les trois points sur le peu de temps restant : ce sont au contraire les Wolves qui mettent un dernier coup de collier et passent très proches de reprendre l’avantage dans le temps additionnel, grâce à un Adama Traoré intenable. L’ailier Espagnol dépose une première fois Holding en vitesse avant de perdre un un-contre-un avec Leno (92ème), avant de récidiver sur un dernier contre où il préfère cette fois servir Gibbs-White en retrait. Le jeune milieu Anglais envoie une puissante frappe sur laquelle Leno est battu, mais qui heurte miraculeusement la barre (95ème). L’arbitre siffle la fin du match sur cette dernière occasion.

lenowolves

Arsenal perd donc deux nouveaux points en enchaînant un troisième match nul consécutif. Après un excellent match joué contre Liverpool, les hommes d’Emery ont été méconnaissables et ont proposé une prestation indigne de leur qualité face à une équipe de Wolverhampton qui aurait sincèrement mérité de l’emporter. Une contre performance qui fait stagner les Gunners au classement, avec désormais trois points de retard sur le rival de Tottenham, 4ème.

Unai Emery devra tirer des enseignements de ce non-match et profiter de la trêve hivernale pour faire les réglages qui s’imposent avant d’enchaîner une série de match dantesque : Bournemouth, Tottenham et Manchester United seront nos trois prochains adversaires en Premier League…

#COYG

#Antoine L

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *