Arteta : La reprise, Manchester City et Aubameyang

Une conférence de presse comme vous n’en aviez jamais vu! Mikel Arteta s’est exprimé lundi après midi face au médias, via Zoom.
Son état d’esprit avant la reprise…

Tout d’abord, j’espère que vous tous (journalistes) allez bien, je n’arrive pas à voir tout le monde! Vous m’avez manqué. Le processus de reprise a été très long, nous sommes passés par beaucoup d’étapes mais aujourd’hui nous sommes excités à l’idée de reprendre la compétition. J’espère que nous arriverons à le faire correctement, et pour ça il faut que chacun accomplisse ce qui lui est demandé.

Lors du travail de préparation, quel est l’équilibre entre la préparation physique et tactique?

Nous avions besoin de réapprendre à travailler, avec toutes ces nouvelles contraintes. nous avons fait au mieux. Je pense que nous avons trouvé le bon équilibre, et la chose la plus importante était de fournir aux joueurs un environnement sûr, avec un risque de contamination limité, afin qu’ils exercent au mieux leur métier. Je pense que l’on a réussi cela, la forme physique du groupe est bonne, la forme mentale ayant été la plus dure à entretenir au cours des trois derniers mois. Voyons désormais si nous sommes prêts à jouer!

Quel est l’état de forme générale de l’équipe?

Jusqu’ici tout le monde va bien, Nous verrons comment se passent les prochains entrainements afin de sélectionner la bonne équipe. Ce match sera différents aussi à cause du nombre de remplaçants que l’on peut avoir et que l’on peut utiliser.

Quelle influence a eu Pep Guardiola sur lui?

Il a une influence sur moi depuis mes 15 ans, quand nous nous sommes rencontrés à Barcelone, en tant que joueurs. Dans ma vie personnelle et de coach, il a aussi eu une énorme influence. C’est quelqu’un de phénoménal, autant pour ses valeurs que sa façon de traiter les gens autours de lui et ses joueurs. En tant que coach, j’ai énormément appris avec lui, nous avons vécu des moments intenses, bon et mauvais. Vivre ces choses là avec lui a été incroyable.

Quel futur pour Pierre-Emerick Aubameyang?

Il est de notre devoir de le mettre dans les bonnes conditions pour qu’il reste avec nous. Pour cela, il a besoin de se sentir important, de se sentir désiré par le club, et il a besoin de croire que le club peut atteindre ses objectifs, et qu’il nous y aide. Je suis très heureux de son comportement et de ses performances en ce moment, j’ai une très bonne relation avec lui et on parle de tout. De mon point de vue, il est très heureux au club.

Et au niveau du contrat?

Je pense que dans un autre contexte, les choses se seraient passées plus rapidement et facilement, mais le timing et la communication ont été très compliqués ces derniers temps. Ces temps troublés amènent beaucoup d’incertitudes et de flou, mais nous y voyons plus clair de jour en jour, on se rapproche des terrains et de la direction que l’on veut prendre.

A propos des matchs amicaux face à Charlton et Brentford?

C’était très agréable de pouvoir jouer et de pouvoir ressentir à nouveau l’énergie d’un match compétitif. Nous avons aussi appris à jouer sans le public, ainsi que respecter les protocoles d’hygiènes en place. Nous n’avions pas joué depuis trois mois, nous voulions du temps de match pour tout le monde. Nous avons réussi à le faire sans contracter aucune blessure, c’est un bon point.

Quel effet sur les joueurs qui était en forme avant la coupure, comme Eddie Nketiah?

Eddie est un membre important de l’équipe, nous avons pris la décision importante de ne pas le renvoyer en prêt à son retour de Leeds. Je l’ai regardé s’entrainer, et je suis convaincu qu’il est un joueur primordial pour l’équipe. Il fait du très bon travail.

Est-ce que les nouvelles règles de la Premier League vont laisser plus de place aux jeunes?

Je pense que oui. Dans notre cas, nous avons 5 matchs en 15 jours, soit un tous les trois jours. Nous ne savons pas comment les joueurs vont tenir le coup physiquement car notre préparation a été très courte. Nous devons faire appel aux jeunes, nous en avons de très talentueux qui ne demandent que ça. La situation va être la même pour tout le monde, je pense que beaucoup de jeunes vont avoir du temps de jeu dans les prochaines semaines.

Quels enseignement tirer du retour de la Bundesliga?

J’ai noté quelques remarques dont on va se servir, mais il n’y a rien de mieux que de le vivre soi même. Mais quand il n’y a pas de public à l’Emirates, on ne peut pas se servir de cette énergie, cela rend le match différent. L’intensité des matchs n’est pas la même qu’il y a trois mois, le physique des joueurs non plus. La pression du public n’est plus là pour motiver les joueurs non plus, et quand on connait l’ambiance des stades en Angleterre, c’est forcément déroutant. Nous devons nous y faire et trouver de nouvelles façon de motiver les joueurs!

Être invaincu à domicile en 2020, cela va continuer après la coupure?

J’espère que oui. Nous avons travaillé pour maintenir et améliorer notre niveau de jeu, mais il y a beaucoup d’incertitudes. Tout ce que je peux vous dire c’est que nous avons fait le maximum pour maximiser nos chances de victoire.

Se qualifier en Ligue Des Champions peut convaincre Aubameyang de rester?

Je pense que cela peut convaincre n’importe qui de rester. Il ne s’agit pas seulement des joueurs que l’on pourrait recruter, mais surtout de convaincre les joueurs déjà présent qu’ils sont dans le bon club, capable d’atteindre leurs objectifs, de jouer la Ligue Des Champions et de se battre pour les trophées.

Vous en avez parlé avec lui?

Nous avons eu beaucoup de discussions avec Pierre, sa famille et son agent, et je suis confiant de notre capacité à trouver un accord qui conviendra à toutes les parties.

Cela va-t-il être difficile d’atteindre la Ligue Des Champions?

C’est un challenge. C’est le cas depuis ma prise de fonction, et je pense que nous avons progressé dans ce sens. Nous avons essayé de changer l’ambiance et l’énergie autour du club, je suis très positif quand à notre manière de faire avancer les choses. Évidemment le coronavirus a tout changé et nous a séparé pendant 3 mois, mais nous nous sommes efforcés à rester en contact et à travailler individuellement dans la bonne direction. Il y a des aspects que nous ne pourrons pas contrôler et nous ne savons pas dans quelles conditions les joueurs vont évoluer en jouant tout les 3 jours après une pause de 3 mois. Mais c’est pareil pour beaucoup de clubs. Nous allons devoir nous adapter, tout cela ne constitue pas une excuse. Nous allons jouer à fond car le football nous as manqué et nous allons prendre du plaisir.

Est-ce que cette coupure s’apparente à une pré-saison?

Pas vraiment! Je n’ai pas vu les joueurs pendant 6 semaines! Si vous me demandez ce que j’ai appris pendant cette coupure, je dirais l’usage de la technologie pour la communication! Pour moi c’est dur de communiquer avec les joueurs et de leur transmettre ma motivation lorsqu’ils ne sont pas en face de moi. Mais nous avons fait tout notre possible pour leur faire comprendre mes envies et mon point de vue. Nous verrons si nous avons bien travaillé.

Quelle est la situation contractuelle de Bukayo Saka?

Nous essayons de conclure les discussions qui sont importantes, et clore convenablement les discussions de contrats en cours. Ceux de Pierre-Emerick et de Bukayo en font parties. Lorsque le club aura quelque chose à annoncer, il le fera au moment opportun.

Cette série de match est-elle une occasion pour les jeunes de se montrer?

Ils continuent de se développer, et le plus gros challenge pour eux est d’être régulier. Être régulier tous les 3 jours pendant plus de 90 minutes, c’est un vrai challenge. Pour se développer correctement, ils ont besoin de joueurs confirmés  à leurs cotés, avec de bonnes mentalités. Notre travail est de les mettre dans cette situation pour qu’ils se développent correctement. Nous évitons de leur donner trop de responsabilités, cela procure beaucoup trop de stress et le risque de craquage est présent.

Allez vous garder vos principes de jeu à l’extérieur face aux gros clubs?

Nous devons aborder chaque match de la même manière, avec l’envie d’y aller pour gagner. Nous savons que chaque stade et chaque adversaire est différent. Je dois me concentrer pour transmettre les bonnes consignes aux joueurs, qu’ils sachent quoi faire et quand le faire. On ne peut pas contrôler tout ce que fait Manchester City. Si nous essayons de tout contrôler, les joueurs vont devenir fous. J’essaye donc de trouver les bons mots pour les motiver et trouver les failles que l’on peut exploiter, pour tenter de gagner ce match. Nous verrons comment cela se joue, le dire est facile mais le faire sur le terrain pendant 90 minutes est une autre histoire!

 

propos originaux recueillis sur www.arsenal.com, traduit de l’anglais par Matthieu Rolland.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *