Arteta, parcours et philosophie (partie 1/2)

Il en dit long sur Mikel Arteta que dans son entourage, certaines personnes se demandent si les dernières étapes de son recrutement ne pouvaient pas être décrites comme lui qui faisait passer un entretien au club plutôt que l’inverse.

Arteta avait ses propres questions pour le board, tout comme en 2018 quand il avait passé un entretien pour une éventuelle succession d’Arsène Wenger, et encore deux ans plus tôt lorsqu’il hésitait entre trois différentes offres pour démarrer sa carrière d’entraîneur.

La première venant d’Arsène Wenger, pour prendre en charge l’académie d’Arsenal, une autre pour s’associer à Mauricio Pochettino à Tottenham Hotspur, et la dernière pour rejoindre le staff de Pep Guardiola à Manchester City.

Ensuite, comme à City maintenant, il y avait une part importante d’introspection et de vérifications préalables avant qu’Arteta ne décide qu’il était temps de quitter Arsenal. Non pas parce qu’il n’aimait pas ce qu’ils proposaient, mais plutôt parce qu’il était trop difficile de résister au « Project Pep ». Même si c’était synonyme de séparation d’Arsène Wenger, le manager qui lui a tant appris, et du club où il a passé ses plus heureux moments.

Arteta, cela se voit assez vite, n’est pas du genre à placer les sentiments ou la nostalgie au-dessus de la lucidité. Son retour à Arsenal sera toujours associé au récit facile d’un ancien favori revenant au club où il portait le brassard de capitaine. En réalité, c’est bien plus que ça – et il n’aurait jamais franchi le pas s’il n’était pas convaincu d’abord qu’Arsenal était fait pour lui. Arteta a l’habitude de monopoliser la parole dans ces occasions, et c’est lui qui pose la plupart des questions.

Certaines sources pensent qu’il est plus complet et plus expérimenté que lorsqu’il avait été candidat 18 mois plus tôt, et que sa réputation de tacticien compte plus, finalement, que son statut d’ancien joueur.

Pour cette occasion, Arteta a laissé l’impression qu’il n’irait pas au club avec l’intention de remanier toute l’équipe. En effet, sa conviction exprimée fermement, était que l’équipe d’Arsenal, joueur par joueur, ne devait pas se sentir inférieure à celle de City – et il était parfaitement sérieux en disant ça.

Arsenal a surveillé son évolution depuis qu’il est parti, et, bien qu’il fut terriblement déçu d’avoir été négligé la fois précédente, des sources suggèrent qu’il a finalement bénéficié du fait de ne pas arriver directement après Wenger, ce qui aurait probablement été un défi supplémentaire pour quiconque aurait pris le poste.

De la même manière, il y a forcément un attachement émotionnel pour Arteta étant donné toutes les expériences qui l’ont mené à faire un adieu en larmes sur le terrain de l’Emirates lors de la dernière journée de la saison 2015-2016.

Arteta quittant en larmes le terrain lors de son dernier match à l’Emirates Stadium

Arteta a été le capitaine de l’équipe qui est revenue d’un 2-0 contre Hull City pour gagner la finale de la FA Cup 2014 et s’est tenu aux côtés de Wenger pour soulever le trophée.

Douze mois plus tard, Arsenal était de retour à Wembley, cette fois-ci avec Aston Villa en opposant. Arteta a manqué le match à cause d’une blessure qui l’avait écarté des terrains pour la seconde partie de la saison. Cependant il était là pour les célébrations dans les vestiaires – et s’est même un peu moqué de ceux qui viennent de le rendre le plus jeune entraîneur de Premier League.

Stan Kroenke, l’actionnaire majoritaire du club, est entré dans les vestiaires quand le champagne était versé. Ivan Gazidis, le directeur général, était là aussi. Arteta avait le genre d’air grave qui venait naturellement du fait d’être un des seniors du club. « Hey Ivan », a-t’il crié, « où sont nos bonus ? » Et Gazidis a joué le jeu, pointant du doigt son coeur, comme pour montrer que c’était ce qui comptait réellement.

Arteta avait 33 ans à l’époque. Les blessures avaient commencé à l’affaiblir. C’est le genre d’âge où, pour beaucoup de joueurs, l’insécurité peut s’insinuer. Même avant ça, cependant, il y avait un sentiment collectif dans les coulisses à Arsenal qu’il était un entraîneur en devenir.

Arteta soulevant la FA cup 2014

Peut-être était-ce à cause de son léger air de détachement qui signifiait qu’il était toujours un peu en retrait des autres joueurs.

Arteta était populaire, à un certain niveau, et certainement respecté pour ses habilités et ses connaissances. Mais il ne participait pas vraiment à l’immaturité dans les vestiaires et il pouvait parfois diviser l’opinion à cause de ses manières réservées. Arteta était vif, sérieux et déterminé. Il pouvait participer aux blagues si l’humeur le prenait mais il avait aussi un air un peu froid qui pouvait calmer ses coéquipiers. C’était un leader naturel, un capitaine évident, mais il s’était positionné différemment des autres joueurs – et il était plutôt content comme ça.

Une de ses frustrations à Arsenal était que Wenger ne parlait pas beaucoup à la mi-temps. Arteta assumait souvent cette responsabilité pendant la pause, transmettant lui-même des instructions tactiques à ses coéquipiers.

A l’entraînement, il parlait plus à quelques membres du staff qu’à certains joueurs. C’était plutôt normal pour lui de passer du temps avec les analystes des vidéos, discutant des forces et des faiblesses des adversaires à venir. Il était même connu pour prendre le contrôle de leur iPad pour parcourir le logiciel et faire ses propres suggestions.

Ce peut être parfois une industrie égoïste et la majorité des footballeurs ont tendance à ne se préoccuper que d’eux-mêmes. Arteta était plus heureux en s’impliquant dans tout. Il le voyait comme une responsabilité de penser comme ça, et il était peut-être vrai aussi qu’il trouvait difficile d’apprécier d’être juste un footballeur.

Arteta l’a avoué, c’est un de ses regrets: il ne pensait pas à assez à sa chance de pouvoir vivre du football, avec toutes ces habilités extraordinaires, les clameurs du public, et tout ce qui vient avec cette position.

Lui, comme Guardiola, peut donner l’impression parfois que le football est une cause de stress intense, peu importe comme ce peut être enivrant. « Il a un côté joyeux », déclare une personne connaissant Arteta. « Il est quelqu’un auprès de qui tu as envie d’être – ce n’est pas comme s’il était un monstre. Mais en même temps il est vraiment très sérieux sur son travail et son maintien des gens et des joueurs autour de lui à un haut niveau d’exigence.

« Les gens disent toujours à Mikel qu’il a une vie fantastique – femme, enfants, millionaire, footballeur, athlète professionnel, sa vie semble parfaite. Ils lui disent « Wow, tu dois vraiment aimer jouer pour Arsenal » et pourtant, il ne sentait pas qu’il pouvait honnêtement dire qu’il aimait ça. Il sait que c’est criminel. Il en est totalement conscient et se dit, « Tout va bien dans ma vie, comment ne pas apprécier ?» En fait, il est totalement obsédé par essayer d’améliorer son esprit de compétition extrême. »

Tous les grands entraîneurs ont tendance à avoir ce côté obsessionnel. Dans le cas d’Arteta, ça s’est manifesté par un footballeur qui voulait absorber tous les détails des préparations. Ce n’est pas tout le monde qui se serait satisfait de la sorte, et certaines personnes à Arsenal peuvent confirmer que, parfois, certains membres du staff se disaient qu’il devait plutôt s’occuper de ses affaires.

Pour la plupart cependant, ils respectaient la manière dont il voulait apprendre et contribuer et voyaient sa nature curieuse comme un signe de maturité et d’intelligence.

Arteta traitait son rôle de capitaine avec extrêmement de sérieux, sur et en dehors du terrain. Il s’est fortement aligné sur Wenger, si bien que certains joueurs plaisantaient et pouvaient l’appeler « le chouchou de Wenger ». Néanmoins, c’est arrivé à un tel niveau d’engagement qu’il a obtenu certains privilèges.

Il a aussi eu Guardiola qui l’a soutenu plus longtemps, peut-être, que beaucoup de personnes ne réalisent.

En effet, de retour en 2012, c’est quand Barcelone a joué contre Chelsea en demie-finale de Ligue des Champions, que Guardiola a passé le coup de fil qui a mis en place la chaîne d’événements qui entraînera le départ d’Arteta d’Arsenal à City 4 ans plus tard.

Guardiola connaissait Arteta, de 11 ans plus jeune que lui, quand le jeune homme était dans l’académie de Barcelone. Les débuts d’Arteta au Barça B, à 16 ans, a été pour remplacer Guardiola dans le milieu de cette équipe. Ils étaient restés vaguement en contact, et il y avait un respect mutuel qui venait facilement en tant qu’anciens du programme de La Masia. Arteta vivait dans le même quartier à Londres que le petit frère de Pep, Pere, et il y avait une bonne raison pour laquelle Pep lui a téléphoné: il voulait les dernières informations sur Chelsea.

Les informations d’Arteta, le niveau de détail tactique et la manière concise avec laquelle il expliquait tout, a laissé Guardiola avec l’impression claire qu’il était en train de parler à quelqu’un avec une compréhension aiguë du sport. En remerciant Arteta pour ses conseils, Guardiola a fait une note mentale pour se dire qu’ils devraient parler plus souvent.

Article d’origine à retrouver ici.

Traduit de l’Anglais par #Eliott

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *