Avant-match de Sunderland-Arsenal (26ème journée de Premier League).

Image

 Retour dans le top five?

A un peu moins d’un mois du match le plus important de la saison, voire des dernières années, les Gunners auront ce week-end l’occasion de retrouver une place dans les cinq premiers. Effectivement, si le 3 mars prochain, l’issue de ce Tottenham-Arsenal sera primordiale dans la course à la C1, les hommes de Wenger auront la possibilité au terme de cette 26ème journée de retrouver le top five. Alors que ces derniers se déplacent à Sunderland, les Toffees, cinquièmes, iront à Old Trafford. Il y a du grabuge dans l’air, comme dirait l’autre !

Des éclaircies à Sunderland.

Les Black Cats, éternels candidats au ventre mou et pourtant phobie récurrentes de quelques « gros » de Premier League, dont Arsenal, accueilleront donc demain leurs adversaires demain au Stadium Of Lights. Menacés par la zone rouge début janvier suite à deux défaites consécutives face aux Spurs et aux Reds, les hommes de O’Neill semblent s’être refait une petite santé. Quatorzièmes aux lendemains de la nouvelle année, ces derniers pointent maintenant à la douzième place, fiers de leurs deux victoires toutes deux concoctées par trois pions contre West-Ham (3-0) et Wigan (2-3). Et si les Black Cats avaient arraché un nul très satisfaisant contre Swansea, cela ne les a pas empêchés de retomber dans leurs travers en échouant face à Reading (2-1) le week-end dernier. Spécialistes des parcours en dent de scie, les résidents du Stadium Of Light, capables un jour de tenir tête à Liverpool ou Arsenal et de gagner face à City, s’effondrent le lendemain contre une équipe qui flirt avec la zone rouge. Sunderland est l’exemple paroxystique de ce genre d’équipe capable de créer la surprise, en bien ou en mal, à chaque journée. Et parmi ces grosses écuries qui semblent sourire au club du nord de l’Angleterre, Arsenal figure probablement en tête de liste. En effet, les Gunners comptabilisent cinq nuls, trois victoires (dont deux difficilement arrachées la saison dernière) et deux défaites (dont l’élimination l’an passé en Cup) depuis 2008/2009 toutes compétitions confondues. De quoi faire frémir les hommes de Wenger, qui n’étaient pas parvenus à se défaire de leurs opposants à l’aller, lors de l’ouverture de l’exercice 2012/2013 en août dernier.

Et nul doute qu’O’Neill fera en sorte que son équipe tente de retrouver les résultats connus en janvier, pour s’éloigner d’une zone rouge qui n’est jamais aussi loin qu’on ne le pense, et parallèlement essayer de prendre l’ascendant sur West Ham et Stoke City, tous deux un petit point devant l’équipe de l’entraineur Irlandais. Pour cela, ce dernier ne pourra selon toute vraisemblance pas compter sur ses statistiques à domicile. Longtemps force des Black Cats, l’antre du Stadium Of Light n’a vu la victoire qu’à quatre reprises cette saison, soit le pire bilan du championnat (tenu également par Swansea et Reading) si l’on exclue la zone rouge. Et pourtant, en parallèle, Sunderland est l’équipe qui a encaissé le moins de buts à domicile parmi toutes les équipes de seconde partie de tableau. Défense de fer, gardien d’enfer, le perpétuel programme de ces Sunderland-Arsenal ?

Prendre une option.

Arsenal peut frapper un grand coup ce week-end. Alors que le Bayern, puis la FA Cup, et enfin ce match crucial face à Tottenham sont dans toutes les têtes à l’heure qu’il est, Sunderland devrait être considéré comme un match d’une importance quasi-similaire. En effet, les Spurs auront fort à faire face à la fraiche vague de Frenchies de Newcastle, tout comme les Toffees qui se déplaceront à Old Trafford dimanche. Quant aux Reds de Liverpool, ils recevront WBA, ce qui ne s’annonce pas comme une promenade de santé. Tous les ingrédients sont réunis pour qu’Arsenal prenne une sérieuse option sur la course poursuite qui s’annonce entre les équipes se trouvant de part et d’autre de la position des Gunners au classement. Alors que la cinquième place pourrait leur revenir au terme de cette 26ème journée, ces derniers pourraient également semer Liverpool, tout en se rapprochant sérieusement des Spurs,  et ceci à trois semaines d’une confrontation directe du feu de dieu.

Si les hommes de Wenger n’ont quasiment jamais su tirer profit des faux pas de leurs adversaires directs, ce très séduisant week-end de Premier League semble être l’occasion rêvée. Ces derniers restent sur un très bonne dynamique en championnat grâce à ces victoires importantes face à Stoke et à West Ham, et réalisent un très bon parcours en FA Cup, ce qui n’est surement pas un facteur étranger à la confiance affichée par l’équipe ces derniers temps. Mais le manager alsacien doit faire face à une épidémie de blessure, notamment et surtout en défense. Vermaelen et Gibbs sont toujours blessés, alors que Koscielny est incertain (mais les dernières nouvelles semblent positives), ce qui pourrait obliger Wenger à envisager Squilacci ou Miquel titulaire. Si l’arrière garde était un atout non négligeable à l’extérieur pour les canonniers (2ème meilleure défense en déplacement avec 11 buts encaissés, derrière City et Swansea, 10 buts), cette dernière pourrait souffrir demain face à Fletcher, Sessegnon, Johnson ou encore Danny Graham, recrue toute fraiche des Black Cats, et qui a fait d’Arsenal sont péché mignon lors de sa période à Swansea.

Cela sera une bataille de tous les instants sur plusieurs terrains de Premier League ce week-end. Liverpool-WBA, Tottenham-Newcastle, Manchester United-Everton, et enfin Sunderland-Arsenal, ou quatre rencontres qui illumineront cette 26ème journée. A douze matches de la fin de cet exercice 2012/2013, Londres est prêt à vivre une guerre sans merci pour au bout désigner les heureux détenteurs des droits européens. Aux Gunners de faire parler la poudre, et ceci dès demain.

Image
Theo Walcott aux prises avec la solide défense des Black Cats.

Joueurs clés :

Sunderland: Steven Fletcher (23 matches, 10 buts, 4 assists, 1916mn de jeu).

L’ex-Wolve a les crocs aiguisés pour sa première saison avec Sunderland. Auteur d’un début de saison tonitruant,  Fletcher a claqué un doublé il y a deux semaines contre Wigan, et avec dix buts et quatre passes décisives à son actif, il est impliqué dans la moitié des buts de son équipe (14 sur 28), ce qui fait de lui un danger à ne pas négliger demain. Véritable attaquant complet, il posera surement quelques problèmes à Mertesacker.

Arsenal: Jack Wilshere (15 matches, aucun but, 5 assists, 1274mn de jeu).

Il est l’homme du moment en Angleterre. Encensé par les plus grands du Royaume suite à son récital face au Brésil mercredi, Jack Wilshere est indéniablement l’un des meilleurs du monde à son poste. Si ses quatre-vingt-dix minutes en sélection n’ont pas de répercussion sur sa forme physique, nul doute que le jeune Anglais usera la défense des Black Cats demain. C’est d’ailleurs lui qu’il manquait à l’aller pour faire la différence : un perforateur de lignes qui troublerait une défense bien en place.

Informations équipes :

Sunderland :

Infirmerie : Wes Brown.
Incertains : Cuellar, McClean, Cattermole.
Suspendu : /
Forme : DNVVD
Casier disciplinaire : 39 jaunes, aucun rouge.
Meilleurs buteurs : Fletcher (10), Gardner, Johnson (4).

Arsenal :

Infirmerie : Vermaelen, Gibbs.
Incertains : Coquelin, Koscielny.
Suspendu : /
Autre indisponibilité : Gervinho (choix de l’entraineur)
Forme : VNVDD
Casier disciplinaire : 23 jaunes, 2 rouges.
Meilleurs buteurs : Walcott (11), Giroud (9), Cazorla, Podolski (8).

Les clés du match :

Face-à-face :

-Sunderland n’a gagné qu’une fois (en novembre 2009) sur les 18 derniers matches de PL opposant les deux formations.

-En vingt-trois confrontations en PL, Sunderland n’a marqué que deux fois un but en première mi-temps. Et ces derniers n’ont jamais été menés à la mi-temps.

-Lors du nul au match aller, Arsenal a frappé vingt-trois fois au but et n’a jamais réussi à marquer. Il faut remonter à avril 2007 contre West Ham pour retrouver une telle inefficacité.

– Wenger n’a perdu qu’un des dix-huit derniers matches contre une équipe entrainée par O’Neill.

Sunderland :

-Sunderland a gagné la moitié de ses huit derniers matches en PL, perdant trois fois et faisant match nul une fois.

-Ils ont gardé leurs cages inviolées quatre fois lors de leurs cinq derniers matches au Stadium Of Light.

-Leur bilan de neuf clean sheets n’est battu que par City (11)

-Fletcher a ouvert le score pour son équipe à six reprises. Aucun autre joueur de PL n’a fait mieux.

Arsenal :

-Les Gunners ont gagné onze matches de PL en vingt-cinq journées. Le plus mauvais bilan sous l’ère Wenger.

-Février sourit aux hommes de Wenger : ils sont invaincus lors de ce mois depuis une défaite contre Chelsea en 2010.

-Arsenal n’a mené aucune fois à la mi-temps sur ses huit derniers matches. Dix-sept des buts des Gunners ont été marqués en seconde période.

-L’équipe de Wenger serait au top de la PL si seulement la seconde mi-temps comptait.

-Selon Opta, Arsenal a fait un total de treize erreurs qui eurent pour conséquence un but. Aucune équipe ne fait pire en PL actuellement.

-Lukas Podolski a marqué douze buts et fait onze passes décisives en trente et un matches pour Arsenal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *