Bilan de mi-saison : que dire de nos recrues estivales ?

Arsenal vient d’achever, non sans difficulté, la première partie de cette saison 2020-2021. Le bilan comptable est pour le moins contrasté, puisque les Gunners ont éprouvé de grandes difficultés à amasser les points en championnat. Comme l’an passé, Arsenal a couru après la victoire pendant 7 matchs de championnat, avant de se relancer face à Chelsea lors du Boxing Day. Arsenal a ensuite enchaîné 4 victoires et 2 nul avant de chuter de nouveau face à Wolverhampton. 

Pour expliquer ces résultats en demi-teinte, la gestion du mercato a souvent été pointé du doigt. Il faut dire que l’été dans le nord de Londres a été très mouvementé en coulisses avec les départs de Raul Sanllehi et d’une partie de la cellule de recrutement. Toutefois, malgré les coups de balais en interne et la crise sanitaire tout n’est pas à jeter dans le mercato des Gunners. En effet, outre quelques déceptions, certains coups réalisés cet été ont donné pleine satisfaction et les ajustements réalisés cet hiver donnent des motifs d’espoir pour la deuxième partie de saison.

Alex Runar Runarsson (Gardien, 25 ans, acheté 2 millions d’euros en provenance de Dijon)

Arrivée pour pallier le départ d’Emiliano Martinez à Aston Villa, le nouveau n°2 des Gunners n’a pas rassuré. Loin des standings de son homologue argentin, le portier islandais peine à convaincre et n’a disputé que 5 des 8 matches de coupes de son équipe. Leno lui étant préféré dans les matches couperets. Acheté sur les conseils de l’entraîneur des gardiens Inaki Cana, Runarsson semble avoir été recruté pour son prix, afin de faire le nombre. Partant de là, difficile d’être exigeant avec ce joueur qui n’a manifestement pas le niveau pour jouer en Premier League. De ses premiers mois en Angleterre, on ne retiendra malheureusement que sa piètre prestation face à Manchester City en Coupe de la ligue. Le prêt de Mat Ryan en provenance de Brighton jusqu’à la fin de saison devrait rebattre les cartes dans la hiérarchie des gardiens.

Gabriel (défenseur central, 23 ans, acheté 26 millions d’euros en provenance du LOSC)

C’est incontestablement la satisfaction de ce début de saison. Élu à trois reprises joueur du mois par les supporters, le défenseur brésilien s’est rapidement intégré dans le onze de départ. Indéboulonnable à gauche de la défense, il a su apporter la dimension physique qui manquait depuis des années à la charnière des Gunners, même si son agressivité peut lui jouer des tours (exclu contre Southampton). De plus, il est doté d’une bonne qualité de relance avec son pied gauche et n’hésite pas à se projeter quand il le faut. En bref, son arrivée est une bouffée d’oxygène dans un secteur de jeu longtemps surchargé en nombre mais dépourvu en qualité. Absent ces dernières semaines, testé positif à la Covid-19, le Brésilien devrait reprendre sa place de titulaire très rapidement.

Pablo Mari (défenseur, 27 ans, acheté pour 12 millions d’euros en provenance de Flamengo)

Débarqué en janvier 2020 dans le nord de Londres sous forme de prêt, l’Espagnol s’est engagé définitivement cet été avec son nouveau club. Cela fait un an qu’il est au club, mais le gaucher a dû attendre le mois de décembre pour commencer à enchaîner les matches, avant d’être de nouveau écarté des terrains sur blessure. Sur le peu de matches qu’il a joués, Mari s’est montré efficace associé à Rob Holding. Il a notamment fait la démonstration de son jeu de tête et de sa sérénité balle au pied. Après les nombreux départs en défense cet hiver, il devrait avoir un rôle à jouer dans la rotation.

Cédric Soares (défenseur latéral, 29 ans, arrivée libre en provenance de Southampton)

Comme Pablo Mari, Cédric est arrivé à Londres il y a un an, avant de s’engager libre cet été. Considéré comme une doublure de Bellerin, le Portugais a pris part à l’ensemble des matches de poule en Europa League. Depuis le mois de janvier il profite de la blessure de Tierney pour se faire une place dans le onze de départ d’Arsenal en Premier League. Cédric s’est révélé être une solution viable à un poste peu fourni. Sa polyvalence lui garantit à coup sûr un temps de jeu convenable pour la suite de la saison.

 

Thomas Partey (milieu, 27 ans, acheté 50 millions d’euros en provenance de l’Atlético de Madrid)

La recrue phare de ce mercato, arrivée sur le gong, n’a pour le moment pas eu l’occasion de faire étalage de ses qualités. Si l’on retiendra forcément son match à Old Trafford, ses débuts en Angleterre sont surtout marqués par les blessures. Blessé pendant la trêve internationale de novembre, le Ghanéen a rechuté quelques semaines plus tard face à Tottenham. Il fait son retour comme titulaire contre Newcastle en championnat (victoire 3-0 le 18 janvier). Partey monte en puissance au fil des matchs et l’on peut déjà saluer sa capacité à fluidifier le jeu des Gunners. On espère le voir en forme pour la 2e partie de saison. 

 

Dani Ceballos (milieu, 24 ans, prêté par le Real Madrid)

Pour la deuxième année consécutive, l’Espagnol est prêté par le Real Madrid de Zidane. En pleine forme lors du restart au côté de Xhaka, on pensait que Dani allait s’imposer définitivement dans le onze d’Arteta, or il n’en est rien. Son début de saison ressemble étrangement à celui de l’an dernier. Moins actif sur le terrain, il a également perdu en efficacité dans son jeu. Une chose est sûre, s’il ne se relève pas les manches d’ici la fin de saison, l’Espagnol ne devrait pas s’éterniser à Londres.

 

Willian (ailier, 32 ans, arrivée libre en provenance de Chelsea)

Assurément la grosse déception de ce début de saison. Arsenal avait besoin de créativité, et Willian n’a pas du tout répondu aux attentes. Pire encore, le Brésilien fait peine à voir depuis la première journée du championnat. Joueur d’expérience qui a connu le très haut niveau avec Chelsea pendant des années, il n’a pas du tout assumé son rôle sur le terrain et son attitude en dehors des terrains laisse à désirer (voyage non autorisé à Dubaï pendant la trêve internationale). Le protégé de Kia Joorabchian, qui a signé pour 3 ans, s’annonce comme LA grosse erreur de casting de cet été 2020.

 

Si vous souhaitez vous replonger dans l’histoire récente d’Arsenal, vous pouvez toujours lire et relire les bilans de mi-saison du recrutement des années 2018 et 2019.

#Julien B (@JulienBenesteau) #COYG