Bilan du mercato 2020

Le marché des transferts a fermé ses portes le lundi 5 Octobre à minuit en Premier League. L’occasion pour Arsenal French Club de faire le bilan de ce mercato automnal. Et il s’en est passé des choses. Entre espoir et résignation, les supporters sont passés par toutes les émotions ces dernières semaines, avant de finir en apothéose, avec la signature de Thomas Partey sur le fil, qui n’est pas sans rappeler le transfert d’Ozil en 2013. La satisfaction est la même et on en vient à se pincer la peau pour savoir si c’est réellement arrivé. Sans Ligue des Champions, sans moyens financiers, la signature d’un joueur de ce calibre était totalement impensable. Il y a de cela quelques mois, Arsenal était encore enlisé dans une crise sportive sans précédent, qui ne laissait pas poindre le moindre signe d’espoir à l’horizon.

Sans trop s’avancer, on peut modestement penser que Mikel Arteta a remis les Gunners sur de bons rails depuis son intronisation à la tête de l’équipe première en décembre dernier. En quelques mois, les effets de son travail se font d’ores et déjà sentir sur l’ensemble du club. La qualité de son travail et son investissement dans l’ensemble du club lui ont valu un changement de statut, puisqu’il n’est plus head coach mais manager. S’il n’est sûrement pas le seul à tirer le club vers le haut, il en est à coup sûr le principal moteur. Sous ses ordres, Arsenal a retrouvé la joie de soulever des trophées et le Basque ne compte pas s’arrêter là. Ses ambitions sont grandes. Il a notamment affirmé à Willian son désir de remporter la Ligue des Champions dans les trois années à venir. Une déclaration qui prête à sourire, car la route est encore longue, mais après ce mercato, Arteta a aujourd’hui les moyens de consolider ses principes, avec en ligne de mire l’objectif de retrouver la Ligue des Champions le plus tôt possible.

Pour mener à bien le projet d’Arteta il était nécessaire de se renforcer mais aussi et surtout de conserver les cadres de l’équipe actuelle. Pour cela, Arsenal a rapidement prolongé les contrats de Bukayo Saka et Gabriel Martinelli en juin dernier. Les deux révélations de la saison dernière sont assurées de rester à Arsenal pour les prochaines années, ils ne leur restent plus qu’à confirmer leur potentiel. David Luiz, en fin de contrat cet été, a prolongé d’une saison son contrat. Pointé pour son irrégularité sur le terrain, le Brésilien est tout de même un joueur d’expérience qui apporte aux jeunes du club.

Une fois ces dossiers réglés, le feuilleton médiatique de l’été concernant les prolongations se nomme bien évidemment : Pierre-Emerick Aubameyang. Le capitaine d’Arsenal a lié son avenir avec le club pour les trois prochaines saisons, après des mois de tractation. Le Gabonais a su se rendre indispensable depuis son arrivée à Londres, en étant le joueur d’Arsenal le plus rapide à atteindre les 50 buts en Premier League. Il s’est également montré décisif dans la victoire en FA Cup et lors du Community Shield remporté face à Liverpool. Afin de devenir une légende du club, Aubameyang devra glaner d’autres titres majeurs avec Arsenal. Pour ce faire, il aura besoin d’être entouré par d’autres joueurs de qualité.

D’abord, mentionnons les retours de prêts de William Saliba, Emile Smith-Rowe et de Mohammed Elneny. Le destin de l’Égyptien est fascinant. Parti en prêt en Turquie l’an dernier, on le croyait indésirable au club. Or il n’en n’est rien puisqu’il s’est finalement installé avec brio dans la rotation du milieu d’Arsenal. Les premiers pas de Willian Saliba en Angleterre sont a contrario plus difficiles qu’on ne le croyait. L’ancien stéphanois n’a toujours pas figuré sur la feuille de match depuis le début de saison. Un retour à Saint Étienne sous forme de prêt a même été envisagé dans les dernières heures du mercato. Finalement, Wilo va rester, au moins jusqu’à janvier. 

Parmi les transferts attendus, il y a la confirmation de la signature de Cédric Soares. L’ancien joueur de Southampton, libre de tout contrat cet été, a signé pour 4 ans au club. Il devrait jouer les doublures à son poste, tout comme Pablo Mari. L’Espagnol est transféré en provenance de Flamengo pour un montant de 8 millions d’euros. Cette somme vient s’ajouter au prix de son prêt payant débuté en janvier dernier. Le gaucher est actuellement blessé et on ne devrait pas le revoir sur les terrains avant le mois prochain.

Autre confirmation et celle-ci fait plaisir. Dani Ceballos revient à Arsenal sous la forme d’un nouveau prêt d’une saison. Le milieu espagnol, déjà prêté par le Real Madrid l’an dernier, était devenu l’un des piliers d’Arteta depuis le restart. Son début de saison ne fait que confirmer sa montée en puissance.

Si ces trois transferts étaient plus ou moins attendus, abordons désormais le plat de résistance avec le renforcement de la colonie brésilienne d’Arsenal. D’abord Willian, l’ancien ailier des blues de Chelsea arrive libre dans le nord de Londres au terme de son contrat. Un transfert qui pose question. Non pas sur les qualités intrinsèques du joueur, puisqu’il s’agit d’un renfort de taille dans le secteur offensif et un concurrent sérieux à Nicolas Pépé. En revanche, la durée de son contrat – 3 ans – pour un joueur âgé de 32 ans, interroge. Seul l’avenir nous dira si ce transfert s’est révélé être un échec ou une réussite.

Cet été, un deuxième brésilien est venu renforcer les rangs d’Arsenal, à un poste très fourni en quantité, mais pauvre en qualité depuis des années. Il s’agit de Gabriel, l’ancien défenseur lillois signe pour une somme de 30 millions d’euros bonus compris. Son impact dans la défense d’Arsenal est immédiat, faisant notamment étalage de ses qualités physiques au duel et de sa qualité de relanceur. Il s’est déjà installé comme titulaire à son poste. On salive déjà à l’idée de le voir aligner au côté de William Saliba dans les années à venir en charnière centrale.

Après ce plat copieux, voici venir le dessert, qui s’est fait attendre. La cerise sur le gâteau de ce mercato se nomme Thomas Partey. Priorité de longue date d’Arsenal pour renforcer son milieu de terrain, il aura fallu attendre les dernières heures du mercato pour voir Arsenal activer la clause libératoire du Ghanéen. Un transfert surprise en Espagne qui aurait mis Diego Simeone, l’entraîneur de l’Atletico, dans tous ses états. Un beau pied-de-nez à l’Atletico qui jusqu’au bout sera resté confiant sur ce dossier, se refusant à toute négociation et ce même si Arsenal a laissé Lucas Torreira faire le chemin inverse. L’Uruguayen rejoint les Colchoneros sous forme de prêt. Le transfert du lyonnais, Houssem Aouar, longtemps courtisé pour renforcer le milieu de terrain d’Arsenal n’a pas abouti.

Matteo Guendouzi, en froid avec Arteta, part lui se relancer en prêt au Hertha Berlin. Arsenal a tenté tout l’été de se débarrasser du Français via un transfert sec, en vain. Espérons que cette parenthèse allemande soit bénéfique à toutes les parties. Dinos Mavropanos, le défenseur grec a lui été prêté à Stuttgart en début de mercato.

Atletico Madrid’s Thomas during the press conference at Anfield, Liverpool. Photo by Icon Sport – Thomas PARTEY – Anfield Road – Liverpool (Angleterre)

Arsenal a presque coché tous ses objectifs en ce qui concerne les arrivées et les départs au milieu de terrain. Le cas de Mesut Ozil est lui au point mort, le joueur souhaite honorer son contrat, bien qu’il ne réponde manifestement pas aux exigences de Mikel Arteta sur le terrain.

Pourtant le manager espagnol sait se montrer persuasif. Il l’a montré à plusieurs reprises, que ce soit avec Granit Xhaka, qu’on annonçait sur le départ en janvier dernier après son coup de sang à Crystal Palace, ou avec Maitland Niles, courtisé tout l’été par des clubs de Premier League. Toutefois un coach ne peut pas toujours aller à l’encontre des envies profondes d’un joueur. Le désir d’Emiliano Martinez d’évoluer en tant que numéro un au poste de gardien n’a pu être assuré par Arsenal. La question de la concurrence au poste de gardien a été un sujet de débat permanent, depuis la blessure de Leno face à Brighton et les superbes prestations d’Emiliano Martinez après le restart. Cette problématique est désormais résolue par Arsenal qui a choisi de faire confiance à l’Allemand dans les cages. L’Argentin, qui souhaitait à tout prix être titulaire après 10 ans passés au club, est transféré à Aston Villa contre un chèque avoisinant les 20 millions d’euros. Pour un joueur dans l’ombre il y a encore quelques mois de cela, c’est une somme colossale.

Son départ acté, Arsenal s’est activé pour remplacer le numéro deux au poste de gardien. Sur les recommandations de l’entraîneur des gardiens, Inaki Cana, les Gunners se sont offert les services de Runarsson. L’international islandais, remplaçant à Dijon, rejoint Arsenal pour un transfert estimé à 2 millions d’euros. Le départ de Martinez a été comblé numériquement mais difficile d’imaginer l’Islandais afficher le même niveau de performance.

Enfin, côté départ, comme Alexis Sanchez, Henrikh Mkhitaryan a lui aussi résilié son contrat avec son ancien club pour rejoindre l’Italie. L’échange entre les deux joueurs en janvier 2018 s’est révélé être un échec pour toutes les parties engagées, Alexis Sanchez en premier lieu. Lui qui a récemment avoué avoir voulu retourner à Arsenal après son premier entraînement à Manchester United.

Au terme de ce mercato plusieurs questions restent en suspens.

Premièrement, un problème se pose car il y a actuellement trop de joueurs étrangers au club. Ainsi, Sokratis et Özil ne sont pas inscrits sur la liste de League Europa. Il pourrait en être de même en Premier League, s’il n’y a pas de départs d’ici le 20 Octobre, deux joueurs ne pourront pas être enregistrés. Si d’ici là il est toujours possible de voir des transactions avec les divisions inférieures, on imagine mal un joueur comme Sokratis partir en Championship. Certains jeunes pourraient trouver du temps de jeu en prêt. Le dégraissage du secteur défensif doit être la priorité d’Arsenal, qui compte aujourd’hui 8 défenseurs centraux en équipe première.

Deuxièmement quelle est la politique sportive de l’académie ? Sous l’égide de Per Mertesacker, la structure de l’académie d’Arsenal a été repensée cet été. Pendant que le transfert de Thomas Partey agitait la sphère médiatique, Arsenal a renforcé ses équipes de jeunes avec l’arrivée de deux nouveaux jeunes joueurs étrangers le 5 Octobre.

Ils viennent s’ajouter aux autres acquisitions réalisées au cours de l’été. L’ailier George Lewis (19 ans) arrive de Norvège, le Marocain Salah (17 ans) débarque en provenance de Feyenoord et Jonathan Dinzeyi (20 ans) capitaine des jeunes à Tottenham, passe chez le rival. Tous ces joueurs viennent dans un premier temps renforcer l’équipe U23. Ces transferts de jeunes joueurs ne sont pas inhabituels mais ils sont particulièrement nombreux cet été. Arsenal également un changement des règles concernant l’enregistrement des joueurs étrangers en Premier League suite au Brexit. (interdiction de recruter des jeunes U18 étrangers) 

Pour conclure cette page mercato 2020, il ne faudra pas oublier tous les sacrifices qui ont eu lieu dans le même temps pour des « raisons économiques ». En effet, malgré les réductions salariales consenties par les joueurs pendant le lockdown, Arsenal a dû se résoudre à d’importantes suppressions d’emplois au sein du club. Le management « à l’américaine » des Kroenke, totalement assumé, met désormais les exigences sportives au premier plan, quitte à bafouer les valeurs du club, pour retrouver au plus tôt les revenues de la ligue des champions. Une gestion froide qui ne laisse pas de place à l’affect. Des employés de longue date dans tous les secteurs du club ont été priés de quitter les lieux du jour au lendemain. Le summum du ridicule de cette vague de licenciements est atteint avec le limogeage de la mascotte Gunnersaurus. L’une des mascottes les plus connues au monde, est incarnée avec brio par Jerry Quy depuis 27 ans. Mesut Ozil, critiqué pour son salaire exorbitant, qu’il aurait refusé de baisser faute de garantie sur la préservation des emplois au club, se propose alors de sauver l’emploi de la fameuse mascotte. Un acte de générosité fort de Mesut, qui renforce l’idée d’un bras de fer entre le joueur et la direction du club qui cherche à se séparer du champion du monde 2014.

Malgré les inquiétudes que l’on peut avoir sur certains sujets, ce marché des transferts reste avant tout une réussite sur le papier. Pour ce premier mercato estival, Arteta a semble-t-il constitué la colonne vertébrale de son équipe. La confirmation de Leno dans les cages, les arrivées de Gabriel en défense, de Thomas Partey au milieu de terrain et la prolongation d’Aubameyang consolident indéniablement le projet d’Arteta. Après son bon début de saison, Arsenal doit désormais répondre aux attentes sur le terrain.

Tableau récapitulatif des arrivées :

Partey (50 millions d’euros – Atletico de Madrid)

Gabriel (26 millions d’euros (+ bonus) – LOSC Lille)

Pablo Mari (8 millions d’euros – Flamengo)

Runarsson (2 millions d’euros – Dijon)

Ceballos (prêt – Real Madrid)

Willian (transfert libre – Chelsea)

Cedric Soares (transfert libre – Southampton)

Tableau récapitulatif des départs :

Emiliano Martinez (18 millions d’euros – Aston Villa)

Mkhitaryan (transfert libre – AS Roma)

Guendouzi (prêt – Hertha BSC)

Mavropanos (prêt – Stuttgart)

Torreira (prêt – Atlético Madrid)

Le bilan du mercato 2019

images: Icon Sport, BR Football, Arsenal.com

#Julien B #COYG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *