Bilan financier d’Arsenal portant sur la saison 2012/13, par l’AST

Le rapport suivant est une courte analyse effectuée par les membres du Board de l’Arsenal Supporters’ Trust (AST) examinant les états financiers d’Arsenal Football Club, concernant l’exercice qui s’est clôt le 31 mai 2013. Nous publions une version simplifiée des comptes du Club, compte tenu de la recommandation des membres par le passé. Les chiffres ci-dessous sont tirés directement des comptes du Club ouverts au public, une source consultable sur Arsenal.com. Dans l’analyse qui va suivre, nous expliquerons quelques uns des éléments clés se cachant derrière ces chiffres.

£millions Clôture Mai 2012 Clôture Mai 2013
Produits :
Jours de match 95 93
Diffusion TV – PL & autres 61 60
Diffusion TV – UEFA 24 26
Sponsors 34 44
Ventes 18 18
Prêts de joueurs 3 2
Recettes liées au football 235 243
Revenus immobiliers 8 37
Recettes totales 243 280
Charges :
Salaires (football) 143 154
Charges autres (football) 57 62
Amortissement équipe 42 47
Dépréciation 12 12
Immobiliers 5 33
Totales Charges 259 308
Résultat d’exploitation (16) (28)
Ventes de joueurs 66 48
Intérêts (13) (13)
Bénéfice avant impôts 37 7
Perte avant ventes de joueurs & immobiliers (35) (41)

Comparaison avec les estimations précédentes ; provisions sur des ruptures de contrat & bonus de ventes

Dans notre analyse à la moitié de l’exercice, l’AST avait estimé un profit avant impôts de £11m pour cet exercice. Il fut finalement de £7m. La principale raison de ceci provient des provisions exceptionnelles engagées par Arsenal à la fin de l’année dernière, afin d’annuler les contrats de (et donc de libérer) certains joueurs qui n’étaient plus jugés suffisamment bons pour apporter quelque chose à l’équipe première. Le coût total de ces opérations s’éleva à £10m. Le Club a également bénéficié de recettes supplémentaires en provenance de ventes de joueurs (£4m), qui concerneraient les ventes de Cesc Fabregas et Van Persie (bonus liés à sa contribution au championnat remporté par Manchester United).

Recettes du stade (jour de match)

Lors de la saison 2011-12, Arsenal évolua à vingt-neuf reprises, accueillit l’Emirates Cup, mais aucun concert. En 2012-13, Arsenal a joué vingt-six rencontres à domicile, il n’y eut pas d’Emirates Cup (en raison des Jeux Olympiques) mais cinq concerts furent accueillis, et une tournée asiatique (juillet 2012) fut organisée.

Le peu de rencontres jouées à domicile nécessita le remboursement équivalent au prix d’un match « B » pour les abonnés annuels – ce qui expliquer une baisse de revenus à hauteur de £2m.

L’AST espère qu’avec les revenus télévisuels et les prolongations des sponsors (et avec le surplus de  liquidités que détient Arsenal), les prix des tickets, de manière générale, seront revus à la baisse. Ceci récompenserait les actions réalisées par l’AST & d’autres groupes de supporteurs afin que cela puisse profiter aux plus jeunes supporteurs et à ceux effectuant les déplacements.

Recettes des retransmissions TV

Ces recettes restent plus ou moins identiques, enregistrant toutefois une hausse de £1m résultant des retransmissions TV supplémentaires. Nos revenus concernant la Ligue des Champions furent moins importants que prévus en raison de la victoire finale de Chelsea, ce qui réduit de 5% nos revenus.

Concernant ceux de Premier League (que ceci concernant les droits TV anglais ou étrangers), ils devraient augmenter d’environ 50% (£29m) en 2013-14 – une importante source de revenus, qui devrait en grande partie réduire les pertes d’exploitation avant les ressources liées aux ventes de joueurs..

Recettes de sponsors

Comme notifié dans notre précédent rapport de mi-exercice, Arsenal a informé un important bond dans ses revenus commerciaux durant la seconde partie de l’exercice financier grâce au nouveau contrat avec Emirates. Nous estimons que sur la hausse enregistrée de £10m, £8m proviennent d’Emirates. Arsenal va répartir ses recettes sur une période de six ans et demi. Les revenus commerciaux du prochain exercice financier montreront l’étendue des nouveaux accords de ce partenariat.

Un nouvel accord est en cours de négociation concernant la fabrication des maillots (équipements en général) pour 2014-15. Ce nouvel accord devrait s’adjuger à £15m par an au lieu des £11m fournis par Nike actuellement.

Toutefois, nos revenus commerciaux et des ventes de produits dérivés n’atteignent seulement que 40% des £153m de Manchester United. Nous devons augmenter nos partenariats secondaires, afin de rester compétitif.

Immobilier et prêts des joueurs

Comme expliqué dans notre dernier rapport, plusieurs « parties » autour de l’ancien Highbury furent vendues, tout comme les paiements différés du site Queensland Road.

Il ne reste donc que sept « parties » immobilières à vendre, il ne restera ensuite au Club que les sites d’Holloway Road et  d’Horney Roads. Il réside encore une source de revenus dans les actifs du bilan durant les deux prochaines années (£20m débiteurs en 2013-14 et £13m de stock sur les deux-trois prochaines années). Nous estimons qu’il reste encore £60m à générer de nos actifs immobiliers, incluant Highbury Square, et nous pensons que cette somme sera disponible pour la partie « football » du Club.

Salaires

Les salaires ont augmenté selon nos estimations pour atteindre £154m, quoique les £4m de provisions concernant les ruptures de contrat furent une surprise. Les salaires, en dehors de ceux exceptionnels, furent donc à la fin mai de £150m. Une augmentation liée principalement aux prolongations du « British Core».

Cependant, depuis la fin de cet exercice financier, de considérables changements ont été effectués avec les ventes de plusieurs joueurs et des libérations de contrat opérées. A l’inverse, peu de joueurs ont rejoint l’équipe, et nous pensons qu’il n’y aura qu’une légère hausse de salaires pour l’exercice en cours.

Dans notre dernier commentaire, nous exprimions notre souhait continu que la politique du Club concernant la rémunérations des joueurs ne soit plus effectuée égalitairement (modèle socialiste), mais plutôt sur le même style pyramidale appliqué par les meilleures équipes de football. Le modèle du Club implique des difficultés lorsque le joueur ne souhaite pas partir.

Ivan Gazidis a eu l’occasion de répondre à nos inquiétudes sur cette problématique en concédant qu’un changement de cette structure est requis et que la signature de Mesut Özil, un joueur qui devrait gagner environ £12m par an à Arsenal en intégrant les droits d’image et autres bonus, est un exemple de cette volonté de changement.

Salaires non liés à la partie « football »

Ces charges couvrent la gestion de l’équipe, les déplacements et les coûts médicaux, la gestion du stade, les assurances et les coûts des ventes de produits dérivés (stock et gestion de The Armoury, etc.). Elles ont été remarquablement constantes ces dernières années, changeant seulement de manière marginale selon le nombre de rencontres à domicile ou évènements organisés. Cette année, les coûts supplémentaires de la tournée,  les provisions supplémentaires immobilières (£1,7m) et les pertes de change sur l’Euro ont contribué, plus que prévu, à la hausse de ces charges à hauteur de £62m. Une légère réduction est attendue dans les prochaines années, vu que de plus en plus de dépenses seront engagées pour obtenir ou assurer nos partenariats et la présence d’évènements extra-sportifs.

Amortissements

L’amortissement consiste à reverser les indemnités de recrutement selon la durée du contrat des joueurs, en incluant en plus du prix de transfert, les commissions de leurs agents, les taxes de Premier League et les coûts supplémentaires incombant aux prolongations de contrat.

Au minimum, nous nous attendons à ce que le Club dépense, chaque saison, le montant de ces dotations aux amortissements sur de nouveaux joueurs, en utilisant les fonds supplémentaires pour remplacer les joueurs vendus à un prix suffisamment supérieur à leur valeur dans les comptes du Club. Durant les deux dernières saisons, Arsenal a dépensé environ £120m sur de nouveaux joueurs qui sont toujours présents, et les dotations aux amortissements ont plus que doublé (£40m), ce qui a permis de compenser, en partie, la vente des joueurs ayant apporté un profit conséquent (plus de £100m).

En supplément de ces dotations annuelles, durant chacune des deux dernières années, Arsenal a provisionné £5m et £6m concernant des joueurs qui ne faisaient plus partie du Club et qui avaient toujours une valeur positive dans nos comptes (Park, Santos, Chamakh). Ceci s’apparente à une dépense exceptionnelle.

Recettes sur les ventes de joueurs

Après les £66m de recettes enregistrées sur les ventes de Fabregas, Nasri, Clichy, etc. durant l’été 2011, Arsenal avait enregistré un profit de £48m en 2012 grâce aux ventes de Van Persie et Song. La plupart des grosses écuries du championnat, ne tiennent pas compte de la vente de leurs meilleurs éléments pour équilibrer leurs comptes. Si ces joueurs sont des forts potentiels, ils les prendront alors en compte, et nous avons été témoins que des clubs comme Tottenham et Everton ont tenu compte des profits de leurs ventes pour équilibrer leurs comptes. Les recettes d’Arsenal se sont accrues en raison du mécontentement des joueurs, obligeant le Club à vendre des joueurs totalement formés juste avant leur fin de contrat.

Les temps ont changé, et Arsenal achète désormais des joueurs talentueux qui ont déjà effectué leurs preuves, tout en continuant de recruter de futurs talents. Ce qui est attendu d’un « top club » en somme. Mais nous estimons que ce changement de stratégie n’a pas été totalement perçu par les médias et les commentateurs.

Liquidités

Les chiffres avancés pour la liquidité (£153m), à la clôture de l’exercice d’Arsenal, est toujours gonflé par le renouvellement des abonnements qui sont utilisés pour payer les salaires et les factures pour le reste de la saison. Il existe également une partie de cette liquidité que le Club ne peut utiliser puisqu’elle sert, en quelque sorte, de garanties aux détenteurs de ses obligations. Au 31 mai dernier, cette liquidité « inutilisable » était estimée dans les comptes pour environ £80m, laissant £70m « utilisables », dont approximativement £30m nets ont été investis cet été, dans l’équipe.

En complément de ce surplus, d’autres recettes immobilières sont attendues en 2013-14 (£20m) et un complément de liquidité sera généré à la fin de la saison actuelle grâce au renouvellement des abonnements pour l’été 2014 (£30m). Ces ressources supplémentaires seront disponibles pour payer les mensualités des joueurs acquis en janvier 2014 ou les indemnités de ceux recrutés durant l’été 2014.

Prenant en compte ces facteurs, l’AST estime que la partie de liquidité disponible pour investir en janvier 2014 est approximativement de £50m. D’autres investissements seront possibles pour l’été 2014 tant qu’Arsenal se qualifie pour la Ligue des Champions.

Capacité à investir davantage dans l’équipe

Les nouvelles réglementations du Fair Play Financier de l’UEFA et de la Premier League devraient théoriquement influencer Arsenal sur sa capacité à ajouter des charges salariales et des dotations aux amortissements dans son compte de résultat.

Si une norme autorise un ratio 1/1 entre les indemnités de transfert et la valeur du contrat du joueur recruté, ceci signifierait que nous pourrions investir £50m en janvier 2014 sur des contrats de cinq ans, ajoutant ainsi £20m de charges dans notre compte de résultat.

Bien que recruter de nouveau durant la saison 2013-14 ne poserait pas de problèmes, cela pourrait être le cas en 2014-15 (et les saisons suivantes) si le Club ne participerait pas, par exemple, à la Ligue des Champions, perdant ainsi tous les revenus télévisuels incombant de cette participation (environ £25m par an).

Donc si le Club investit £50m en janvier mais qu’il ne se qualifie pas en C1 en mai 2014, s’en suivrait alors une complication pour recruter, durant l’été 2014, compte tenu de la restriction salariale souhaitée par la PL, et au-delà du fait que Bendtner & Park arriveront au terme de leur contrat (environ £5m annuels économisés).

Cependant, si le Club se qualifie, le nouveau contrat (concernant les maillots) permettrait d’augmenter la masse salariale d’autant, et de détenir une enveloppe de £180m de liquidité.

Arsenal devrait, selon nous, se prémunir de tous risques. Nous nous attendons donc à ce qu’ils investissent prudemment mercato après mercato. Ceci dit, nous répétons que nous pensons qu’ils sont capables d‘investir £50m en janvier s’ils trouvent les joueurs convenant à leurs attentes/besoins.

Performance financière globale : que signifie-t-elle pour Arsenal ?

Les revenus d’Arsenal n’ont pas évolué depuis longtemps mais ceci devrait changer avec les nouveaux droits TV de Premier League, le partenariat avec Emirates & celui pour les maillots. En même temps, la masse salariale et les factures d’Arsenal devraient continuer à augmenter, ce qui engendrerait une perte d’exploitation avant d’ajouter les recettes des ventes de joueurs, tant que le Club continuera d’utiliser les fonds immobiliers levés pour la rénovation d’Highbury qui lui permettront de tenir jusqu’à ce que les fonds des nouveaux contrats soient disponibles.

Deux problèmes résultent de cette approche. Premièrement, plusieurs des meilleurs joueurs d’Arsenal ont forcé leur départ, ajoutant les profits et liquidités non prévus de leurs ventes aux liquidités immobilières générées. L’échec de leur réinvestissement a conduit le Club à s’asseoir sur « un trésor de guerre » durant trois mercato, en attendant que le manager s’efforce de trouver les « top-top  players » qu’ils voulaient ajouter à son effectif.

Cette frustration compréhensible est due au fait qu’Arsenal n’ait pas réussi à se battre chaque saison pour des trophées, mélangée au second problème qui était que la hausse de la masse salariale d’Arsenal (et les recrutements) n’ont pas abouti à des améliorations significatives, avec les nombreuses recrues d’Arsène durant cette période qui n’ont pas fonctionné (Chamakh, Wellington, Squillaci, Park, Santos et Gervinho). Ce qui a, inévitablement, pointé du doigt les choix de l’entraîneur sur ses recrutements, sensés améliorer son effectif – avec toujours de nombreuses ressources dépensées, notamment sur les salaires des joueurs.

Cet été, Wenger s’est confié sur l’impact de la vente de ses meilleurs éléments et que cette année, il ne devrait pas s’en inquiéter, ce qui améliorerait le moral de tout le mode au Club. Le meilleur était à venir avec la signature d’une « star » lors du « deadline day », ce qui a enjoué supporteurs, joueurs, salariés et autres personnes rattachées à Arsenal. Ce changement de dynamique a été bénéfique pour le moral de chacun.

Avec une modification plus judicieuse et efficace des dépenses salariales, et avec la réserve importante de liquidités qu’Arsenal possède pour le mercato, l’optimisme est de mise, mais nous devrons prendre acte de cette amélioration durant les mercato de janvier 2014 et de l’été 2014, en plus des prolongations des joueurs actuels de l’effectif.

#Alex H (via ArsenalTrust.org)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *