Burnley – Arsenal : les notes du Boring Arsenal

13e match nul de la saison. Le constat est là : Arsenal ne perd plus, mais Arsenal ne gagne pas non plus. Contre une équipe de Burnley fidèle à elle-même, les Gunners ont été mangés physiquement et n’ont pas réussi à être réalistes quand il le fallait. Sans détermination ni créativité, difficile de bouger un bloc aussi compact que celui des Clarets. Il y avait pourtant la place de faire beaucoup mieux. Arsenal signe donc un 5e match nul de suite à l’extérieur, une première depuis 1948.

Les titulaires :

Leno (6) : L’Allemand a effectué les arrêts nécessaires. Le portier des Gunners a pourtant vu les vagues d’attaques de Burnley se succéder. Malgré les nombreux coups de pied arrêtés subis, Leno a réussi à ne pas encaisser de but dans ce match compliqué.

Bellerin (5) : Peu en vue en première période, l’Espagnol s’est réveillé en seconde avec quelques montées intéressantes. Malheureusement, le dernier geste manquait de précision aujourd’hui. Un peu à l’image de toute l’équipe.

Mustafi et David Luiz (6) : La paire de défenseurs centraux du jour a fait le taff. Avec de nombreux duels aériens à gérer, ils sont clairement plus à l’aise dans ce genre de match. Le fait de n’avoir pas encaissé de but relève tout de même du miracle tant Burnley a eu de nombreuses opportunités franches.

Saka (6) : Remplacé à la mi-temps suite à un petit pépin physique, le jeune anglais réalisait jusqu’alors un match plutôt correct. Notamment au début de la rencontre avec plusieurs centres enroulés dans les six mètres adverses qui auraient pu trouver preneur. Il s’est un peu éteint ensuite après un choc sur un duel.

Guendouzi (4) : Que ce soit aux côtés de Xhaka ou de Torreira, le jeune français accuse le coup en ce moment. Il a toujours ses qualités de hargne et de détermination mais ses défauts ressortent de plus en plus actuellement. Mattéo est souvent un peu perdu dans son positionnement défensif. Il a également manqué quelques passes faciles.

Xhaka (6) : Milieu défensif en première mi-temps, il a coulissé au poste de latéral gauche pour le deuxième acte. Bien meilleur depuis l’arrivée d’Arteta, le Suisse confirme qu’il est à nouveau un pilier du vestiaire en enchaînant les performances de bonnes factures. Et cela même dans des rencontres sous pression comme aujourd’hui.

Martinelli (5) : Un peu moins en réussite que lors de ses derniers matchs, le Brésilien a tout de même tenté quelques dribbles et quelques centres intéressants. Cela dit, même en étant un peu moins bon que d’habitude, il ne rechigne jamais à faire les efforts défensifs et est souvent le premier à enclencher le pressing.

Özil (3) : Pour sa 250e sous le maillot des Gunners, Mesut Özil a fait du Mesut Özil. Sorti à la 63e minute, le match de l’Allemand n’a pas du tout été convaincant. Dans les phases de transition où il est censé exceller et fluidifier le jeu d’Arsenal, le meneur de jeu allemand n’y arrive plus. Son activité au milieu de terrain se réduit à faire des reprises dos au jeu et à des déviations, certes intelligentes, mais trop loin des buts adverses pour pouvoir créer des décalages dangereux. Il prend également un carton jaune stupide.

Aubameyang (4) : La note peut paraître sévère. C’est vrai. Mais l’attaquant gabonais a croqué les occasions qu’il aurait dû mettre au fond en se trompant plusieurs fois dans le dernier geste, chose rare cette saison. Une inefficacité qui peut s’expliquer par son manque de rythme dû à ses trois matchs de suspension. Il reste cependant l’un des joueurs les plus dangereux dans les 30 derniers mètres adverses. Dans un autre jour, il aurait pu marquer un doublé, voire un triplé. Quand on sait qu’il pèse 44% des buts des Gunners cette saison, on ne peut cependant pas lui en vouloir.

Lacazette (3) : Lui, en revanche, on peut lui en vouloir. La crise de confiance se poursuit. Dès la première minute de jeu, le Français doit planter sa tête. Ensuite, les doutes se sont de nouveau installés dans chaque geste du joueur. Actuellement, même dans la construction, Laca n’y arrive plus. C’est terrible de le voir être autant dans le dur. D’ailleurs, nous avions réalisé un podcast sur la situation du Français. A réécouter ici, ou ici et encore ici.

Les remplaçants :

Torreira (5) : Difficile de juger la prestation de l’Uruguayen aujourd’hui avec tant de duels aériens à jouer. Pourtant, il apporte toujours sa grinta et sa hargne dans l’entrejeu. Précieux soldat de l’ombre.

Willock (4) : Rentré à la place d’Özil avec 30 minutes pour créer du jeu, le jeune anglais n’a pas trop réussi à se montrer. A plusieurs reprises en contre, Joe Willock a, à l’instar de Mesut, ralenti le jeu en optant pour le mauvais choix, la mauvaise passe.

Nketiah : Non noté.

#Albin

Barème des notes :

10, match parfait ; 9, match exceptionnel ; 8, très bon match ; 7, bon match ; 6, match satisfaisant ; 5, match moyen ; 4, match insuffisant ; 3, mauvais match ; 2, très mauvais match ; 1, match exécrable ; 0, match ponctué d’un comportement inadmissible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *