Capitaine, capitaine, vous n’êtes pas le capitaine !

Peut-on se passer de son capitaine face à son ennemi de toujours ? À cette question Arteta répond par l’affirmative.

Le 14 mars dernier, jour de North London Derby à l’Emirates Stadium, cela n’aura échappé à personne, un nom manque à l’appel sur la feuille de match côté Arsenal. Pierre-Emerick Aubameyang, capitaine des Gunners depuis novembre 2019, est sur le banc. La raison ? Le Gabonais est arrivé en retard au stade. Pas une première si l’on en croit David Ornstein et James McNicholas de The Athletic. Des manquements qui ne passent pas avec l’intransigeant Mikel Arteta, de quoi remettre en cause son statut de capitaine ? 

Cet événement aurait pu être anecdotique si Aubameyang ne traversait pas la période la plus compliquée de son passage dans le nord de Londres. Neuf buts et une passe décisive en 24 apparitions, c’est le maigre bilan d’Aubam’ en Premier League cette saison. Autant dire que le meilleur buteur d’Arsenal depuis son arrivée en janvier 2018 est bien en dessous de ses standards habituels. Quatre jours après le NLD, Auba avait pourtant l’occasion de se refaire avec la réception de l’Olympiakos en match retour des huitièmes de finale d’Europa League. Bilan : trois face-à-face manqués par l’attaquant et une défaite 0-1 des Gunners qui accèdent toutefois au prochain tour à la faveur d’un bon résultat à l’aller. Les expected goals (buts attendus) du match suffisent à décrire la prestation du Gabonais devant le but :

Cette baisse de forme remet sur la table la question du capitanat à Arsenal, étant donné que le Gabonais gouverne par l’exemple plus que par son caractère. En d’autres termes, un Aubameyang en panne devant le but ne parvient pas à compenser par son attitude sur le terrain pour élever le niveau du collectif. Le brassard peut même devenir un handicap pour l’équipe quand Arteta confond statut et forme des joueurs pour composer son onze de départ.

En effet, on ne compte plus le nombre de fois où Alexandre Lacazette, en grande forme cette saison, s’est assis sur le banc au coup d’envoi, sans raison apparente, si ce n’est respecter la grille salariale. Et ce, alors que certains observateurs font du Français un potentiel remplaçant au poste de capitaine. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire d’Arsenal que le capitanat est remis en cause. Il faut dire que depuis une dizaine d’années, il ne fait pas bon être capitaine d’Arsenal.

Équipe de football, recherche désespérément un capitaine

Il y a les « traitres », ceux à qui l’on faisait confiance qui sont partis gagner des trophées ailleurs, les Van Persie, les Fabregas… Il y a ceux qui ont passé plus de temps à l’infirmerie que sur les terrains : les Merteseaker, Arteta, Vermaelen et autre Koscielny, qui n’ont quasiment pas porté le brassard, la faute à des blessures à répétition. Et puis il y a des fiascos plus récents, comme Granit Xhaka.

Xhaka Palace
Arsenal’s Granit Xhaka gestures to the crowd as they boo him as he leaves the pitch slowly after being substituted during the Premier League match at the Emirates Stadium, London. Picture date: 27th October 2019. Picture credit should read: Paul Terry/Sportimage Photo by Icon Sport – Emirates Stadium – Londres (Angleterre)

En manque de leadership après les départs de Koscielny, Monreal et Petr Cech, Unai Emery décide de laisser ses joueurs élire leur futur capitaine. Le Suisse fait alors l’unanimité dans les vestiaires, mais il traverse une période compliquée sur les terrains. Attaqué de toute part, Xhaka disjoncte face à Crystal Palace en Octobre 2019. Remplacé à l’heure de jeu sous les sifflets de l’Emirates, il jette son maillot et insulte verbalement les supporters. Un comportement inacceptable qui verra le brassard de capitaine passer entre les mains de Pierre-Emerick Aubameyang. Sans même évoquer l’épisode William Gallas, on s’aperçoit de l’incapacité chronique des Gunners à installer dans la durée un capitaine fort sur et en dehors des terrains depuis le départ de Patrick Viera en 2005…

Who’s next ?

À qui le tour ? Telle est la question. Dans l’hypothèse où le brassard devait changer de bras, quel Gunner a les épaules suffisamment larges pour assumer ce rôle ? Nous évoquions Alexandre Lacazette tout à l’heure, seul hic dans l’équation, le Français n’a plus qu’un an de contrat et les discussions ne devraient pas débuter avant l’été. Granit Xhaka, capitaine de la Suisse, joueur de champ le plus utilisé cette saison, a laissé passer sa chance.

Alors qui d’autre ? Hector Bellerin œuvre énormément en dehors des terrains, mais ces derniers temps le footballeur s’est un peu oublié. Bernd Leno, exemplaire dans les cages pourrait y prétendre, mais rares sont les gardiens qui ont porté le brassard à Arsenal. Un autre nom émerge donc, Kieran Tierney. L’Ecossais n’a “que” 23 ans, mais il affiche déjà plus de leadership que la plupart des joueurs de l’effectif, avec le talent qui va avec. Actuellement blessé, Tierney semble destiné à devenir capitaine des Gunners, reste à savoir quand ?

 

Julien Benesteau #COYG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *