Ces joueurs aux deux visages

Cet après-midi, le derby du nord de Londres, localement surnommé le North London Derby, fêtera ses cent ans d’existence. Cette rivalité marqua, et marque toujours, l’histoire du football anglais tant l’inimité entre les deux clubs et leurs supporters respectifs. Mais à chaque derby correspond une histoire et une identité, marqué par des anecdotes savoureuses comme les transferts effectués entre les deux clubs. Parmi ces joueurs qui ont eu le cran d’opter pour le rival, huit ont leur nom inscrit dans les archives pour avoir joué un derby pour les deux clubs !

Voici leurs noms et leur histoire.

1Pat Jennings (Tottenham entre 1964-1977 / Arsenal entre 1977-1985 ).  
L’histoire du football est jonchée d’exemples de joueurs qui ont décidé de pas faire comme tout le monde en jouant pour deux clubs ennemis. Pat Jennings fait partie de ce genre de footeux. Véritable référence britannique (il est Nord-Irlandais) au poste de gardien de but, Patrick – le prénom donné par ses géniteurs – est probablement l’un des rares joueurs à pouvoir se targuer d’avoir remporté des trophées pour Tottenham et pour Arsenal.  D’abord chez les Spurs qu’il rejoint en 1964. Tottenham est considéré à l’époque comme l’un des clubs les plus importants du pays (couronné roi d’Angleterre en 1961) et Jennings participe à rendre la vitrine à trophées plus attrayantes en y rajoutant une FA Cup, deux Coupe de la Ligue ainsi qu’une Coupe de l’UEFA (1972). Un palmarès que même le futur joueur le plus cher de l’histoire du club (et du monde) n’a pas eu le loisir de construire malgré son statut… De cette bande de fous qui ont joué pour les deux clubs, le natif de Newry est celui qui comptabilise de loin le plus de matchs pour les deux équipes, ses longs passages dans les deux clubs (13 ans chez les Lillywhites, 8 ans à Arsenal) aidant: 591 matchs avec Tottenham, 327 pour Arsenal. Sans surprise, Jenning est LE joueur dans l’histoire des North London Derby avec 32 à son actifs dont la grande majorité avec Tottenham (23 et 9 pour Arsenal). Un monstre qu’il est difficile de détester.

Les derbys de Jennings
9 pour Arsenal: 8 victoires, 1 défaite
23 pour Tottenham: 10 victoires, 6 nuls, 7 défaites

2Sol Campbell (Tottenham entre 1992-2001 / Arsenal entre 2001-2006, plus une pige en 2010)
Ha, Big Sol. Son nom résonne comme une agréable musique dans les esprits canonniers. L’air est un peu plus brutal dans le secteur de White Hart Lane. Il faut dire que Campbell n’a pas ménagé la rage des supporters des Lillywhites en décidant de quitter Tottenham pour l’ennemi héréditaire, après neuf années au club, et sans apporter le moindre sou, puisque libre. Une décision que l’ancien défenseur doit considérer comme l’une des meilleures de sa vie sportive: dès sa première année, il remporte le doublé Championnat-Coupe. Il fait également partie de l’équipe des Invincibles en 2003-2004 , forgeant l’histoire du club d’Arsenal pour toujours. Comme si cela ne suffisait pas, il humilie totalement son ancien club en gagnant le Championnat dans les landes, devenu depuis sauvages, de White Hart Lane. Un véritable Judas pour les supporters de Tottenham, une légende pour les supporters d’Arsenal. En 2009, une liste des plus grands traitres du football anglais effectué par le Daily Mail le classe même en première position et en 2012, des fanatiques d’Arsenal réussissent à l’inclure dans le meilleur XI de l’histoire de Tottenham en sabotant un sondage lancé par le club de Daniel Levy. Campbell est de loin le meilleur symbole de la domination d’Arsenal sur son adversaire héréditaire.

Les derbys de Campbell
8 pour Arsenal: 3 victoires, 4 nuls, 1 défaite
14 pour Tottenham: 3 victoires, 7 nuls, 4 défaites

3 Emmanuel Adebayor (Arsenal entre 2006-2009 / Tottenham depuis 2012)
Durant trois saisons chez les Gunners, il avait réussi à s’imposer dans l’équipe devenant une pièce maitresse de l’équipe. Il fut le premier joueur à réaliser un triplé dans la nouvelle enceinte d’Arsenal, l’Emirates Stadium, contre Derby County en 2007. Un stade qu’il a particulièrement garni de buts et dont il a pris les clés depuis le départ de Thierry Henry.
Mais l’idylle n’a pas duré. Transféré à Manchester City à la surprise générale (24 buts en PL en 2008/2009) contre un joli chèque de £25 millions, il effectua lors d’un match contre les Gunners une chose digne des joueurs les moins intelligents de l’histoire du football. En effet, après avoir marqué un but il se dirigea vers les supporters d’Arsenal pour les narguer, chose qui révolta les supporters lui balançant divers objets. En 2012, il signa chez les Spurs, tout naturellement. Lors d’un des deux derby l’année dernière, il marqua pour Tottenham juste avant de se faire exclure laissant ainsi ses coéquipiers prendre un nouveau bouillon à l’Emirates (deuxième 5-2 de suite). Adebayor adorait jouer les derbys pour Arsenal, marquant des buts splendides comme cette merveille en septembre 2007: sur une passe de Fabregas, le Togolais, dos au but, se pique le ballon pour ensuite le frapper d’un tir en demi-volée qui trouve la lucarne droite de Robinson. Il marquera 8 buts en 8 derbys avec Arsenal (!). C’est le deuxième joueur après Robertson à avoir marqué pour les deux équipes lors des North London Derby.

Les derbys d’Adebayor
8 pour Arsenal: 4 victoires, 3 nuls, 1 défaite, 8 buts marqués
4 pour Tottenham: 2 victoires, 2 défaites, 2 buts marqués

4William Gallas (Arsenal entre 2006-2010 / Tottenham entre 2010-2013)
Après avoir quitté Chelsea pour signer à Arsenal en 2006, Gallas réussi dès sa première saison à s’imposer dans l’équipe d’Arsène Wenger figurant même a la fin de l’année dans le PFA Team of The Year 2006. Il reçu plusieurs fois le capitanat durant sa présence à Arsenal prouvant la confiance d’Arsène. Mais sa carrière prit fin en eau de boudin lorsqu’il décida de critiquer publiquement (mais sans le nommer) Samir Nasri dans son autobiographie. Des reproches qu’il a également adressé envers le reste de l’équipe, fustigeant son manque d’expérience. Lors d’un match de Premier League contre Birmingham le 23 février 2008 (oui oui ce fameux match marqué d’une pierre noire avec l’attentat de Taylor sur Eduardo), le défenseur choqua tout le monde en allant s’asseoir au milieu de terrain, boudant, alors que l’équipe adverse bénéficia d’un penalty généreux en fin de match. Cette attitude signa la fin de son leadership (Fabregas nommé capitaine), et parallèlement sa carrière au club.
A la fin de son contrat il demanda une revalorisation et un salaire vraiment élevé pour le club qui refusa. C’est donc de cette manière qu’il quitta le club pour… Tottenham. Là-bas, des blessures lui firent manquer plusieurs matchs mais il apparu tout de même quatre fois face a ses anciens partenaires.  Petit détail amusant: aucun autre joueur que Gallas n’a joué pour Chelsea, Arsenal et Tottenham.

Les derbys de Gallas
6 pour Arsenal: 2 victoires, 3 nuls, 1 défaite, 1 but marqué
4 pour Tottenham: 2 victoires, 1 nul, 1 défaite

5Laurie Brown (Arsenal entre 1961-1964 / Tottenham entre 1964-1966)
Laurie Brown. Voici le nom du premier joueur qui inscrivit son nom sous l’encre noircie de la trahison. Nous sommes le 22 février 1964 et l’ancien joueur versatile, décédé en 1998, devint le premier joueur à inaugurer cette liste en jouant un North London Derby sous les couleurs de Tottenham, quelques mois à peine après avoir joué un formidable 4-4 en octobre 1963 avec Arsenal. Si les transactions entre les deux clubs ne furent pas immobiles dans le temps (Lycurgus Burrows en 1894 est le premier joueur transféré mais c’est Jimmy Brain qui joua le premier pour les deux clubs), Brown restera le premier à avoir eu le courage de jouer le derby pour l’une et l’autre équipe.
Laurence (son véritable prénom), qui fut signé par les Gunners en 1961 en provenance de Northampton Town, est un joueur complet. Complet car il pouvait très bien jouer en défense et en attaque. C’était une autre époque car Tottenham venait de gagner en 1961 le titre de Champion (61′ never again) et dominait totalement une Angleterre du ballon rond et un rival qui n’en finissait plus de finir loin derrière. Il décida donc de changer de couleurs, passant du rouge et blanc au blanc, moyennant une indemnité de £40,000. L’histoire retiendra que son premier match sous les couleurs de Tottenham fut une victoire 3-1 contre… Arsenal !

 Les derbys de Brown
6 pour Arsenal: 1 victoire, 2 nuls, 3 défaites
2 pour Tottenham: 1 victoire, 1 nul

Willie Young (Tottenham entre 1975-1977 / Arsenal entre 1977-1981)
Pour les connaisseurs, Willie Young n’est pas un parfait inconnu. Le défenseur écossais fait partie de l’histoire d’Arsenal et a été un membre actif dans l’une des plus glorieuses périodes du club en jouant un rôle actif dans l’obtention de la FA Cup en 1979 (plus deux finales perdues en 1978 et 1980) aux côtés des Jennings, Rice, Stapleton et autres Sunderland. Mais avant cela il a joué pour Tottenham pendant deux saisons. Le natif d’Edimbourg a fait la joie des deux équipes mais principalement celle des supporters d’Arsenal lors des quatre années séjour chez les Gunners. . Il joua 237 rencontres pour Arsenal lors de sa carrière, marquant 19 buts pour le club. Encore un ancien de Tottenham qui a connu la gloire chez l’ennemi honni. Il participa à 10 North London Derby en tout et n’a jamais connu la victoire avant de signer à Arsenal.

Les derbys de Young
7 pour Arsenal: 6 victoires, 1 défaite
3 pour Tottenham: 2 nuls, 1 défaite

7 – Jimmy Robertson (Tottenham entre 1963-1968 / Arsenal entre 1968-1970) 
L’histoire du ballon rond ne se souvient pas de ce joueur mais les historiens du derby du nord de Londres connaissent parfaitement son nom ! L’ailier Robertson est en effet le premier joueur à marquer un derby, au sens propre comme au sens figuré puisqu’il a marqué pour les deux camps ! Ce joueur ayant réussi une bonne carrière à Tottenham avec notamment à la clé un succès en FA Cup en 1967, rejoignit le camp des Gunners en 1968. Déjà apparu 8 fois sous les couleurs des Lillywhites (2 buts), Robertson marqua pour son nouveau club à Highbury dans un match marqué par une défaite d’Arsenal (2-3) contre l’ennemi le 16 septembre 1969, deux ans après son dernier but pour Tottenham. Si sa carrière fut brève (seulement dix-huit mois à Arsenal), il a quand même réussit à marquer 8 buts en 59 apparitions . Mais Robertson est assuré d’avoir son nom bien au chaud dans les livres d’histoire locaux.

Les derbys de Robertson
1 pour Arsenal: 1 défaite, 1 but
8 pour Tottenham: 2 victoires, 1 nul, 4 défaites, 2 buts

8 David Jenkins (Arsenal entre 1963-1968 / Tottenham entre 1968-1972)
L’échange avec Jimmy Robertson permit donc à Tottenham d’acquérir David Jenkins en 1968. Bien que David Jenkins signa avec Arsenal son premier contrat pro en 1963, à l’âge de 19 ans, il commença sa carrière en 1967 par un nul avec les Gunners contre West Ham. Sous ses 25 apparitions avec le maillot d’Arsenal, il participa à deux North London Derby.  Il ne compte à peine plus de matchs à Tottenham: 17 rencontres en quatre ans. Mais suffisant pour que l’entraîneur de l’époque Bill Nicholson lui donne sa chance contre Arsenal en le faisant rentrer en jeu lors d’un derby en mars 1969, faisant de lui le deuxième “traître” de l’histoire des derbys londoniens du nord. Une performance qui lui permet de ne pas voir son nom tomber dans l’oublie.

Les derbys de Jenkins
2 pour Arsenal: 1 victoire, 1 défaite
1 pour Tottenham: 1 défaite

#Michael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *