Compte rendu d’Everton 1 – 1 Arsenal (14ème journée de Premier League)

Un bon point mais…

C’était pourtant le genre de soirée de milieu de semaine qui commençait bien suite à l’ouverture du score par Theo Walcott à la 1ère minute de jeu. On connait l’importance de bien rentrer dans un match comme celui-ci, qui plus est à l’extérieur, et ça semblait être chose faite aujourd’hui suite à une belle action entre Ramsey et l’anglais. Evidemment c’était trop optimiste de croire que ce serait une balade après ce but, mais de là à penser pouvoir assister à un tel désastre technique…

Beaucoup trop tendre dans l’engagement physique, les Gunners peinent à mettre le pied sur le ballon et négocient mal de bons ballons vers l’avant. Est-ce que la blessure de Koscielny (on parle d’une contusion à la cuisse) deux minutes après le but a refroidi les hommes d’Arsène Wenger ? Probable un instant, mais quand on assiste à une fin de match catastrophique comme celle de ce soir, il faut se rendre à l’évidence : le problème est ailleurs, dans le jeu, dans les têtes, dans la cohésion. Des joueurs qui se marchent dessus, un désastre tactique que provoque la paire Cazorla-Ramsey, un gallois qui perd des ballons que même un joueur de niveau district ne perdrait pas, voilà ce qu’on a vu ce soir à Goodison Park. Alors oui, ramener le nul de l’antre des Toffees peut être considéré comme un bon résultat, mais ce point, on le doit en très grande partie à un Szczesny des grands soirs, mais aussi à une charnière centrale et un Sagna qui ont assuré pour ne pas prendre l’eau.

Mais ça n’empêchera tout de même pas un stratosphérique Fellaini de venir égaliser à la 27ème minute suite à une grossière perte de balle de Ramsey. Jelavic ratera tout seul la balle du 2-1 après un superbe sombrero dix minutes plus tard. Le reste du match ? Un portier polonais qui avait la main plus ferme que jamais et qui a capté, claqué, repoussé le cuir à de nombreuses reprises. Les gunners, eux, ont eu quelques sursauts par moment mais rien d’inquiétant pour Howard. Absolument muet devant tant au sol que dans le domaine aérien, Giroud n’a pas pu être correctement servi une seule fois à part sur un centre de Walcott, un des seuls qui a montré un visage intéressant ce soir.

Au niveau du coaching, les choix de Wenger n’ont absolument rien apporté mais le manager alsacien fait malheureusement avec ce qu’il a. Il manque cruellement un joueur avec un bagage technique complet sur une aile et pas des dribbleurs fous qui se cassent les dents sur les défenses adverses. Notre niveau technique est proche du néant, et quand des joueurs tels que Cazorla ou Arteta sont à la dérive, nous assistons à une impuissance créative et à énormément de déchet dans les passes et dans l’organisation du jeu.

Feuille de match

Everton 1 – 1 Arsenal à Goodison Park

Avertissements : Gibbs (21ème) pour Arsenal, Gibson (30ème) et Oviedo (70ème) pour Everton.

Everton : Howard- Baines, Distin, Jagielka, Hibbert – Pienaar, Osman, Gibson (Hitzlsperger 73ème), Naismith (Oviedo 62ème).

Arsenal: Szczesny – Sagna, Mertesacker, Koscielny (Gibbs 4ème), Vermaelen – Arteta, Wilshere, Cazorla (Coquelin 90ème), Ramsey (Gervinho 80ème), Walcott, Giroud.

Chiffres du match

Tirs (dont cadrés) : Everton 14 (9) – 11 (3) Arsenal
Hors-jeu : Everton 6 – 0 Arsenal
Fautes : Everton 15 – 9 Arsenal
Corners : Everton 6 – 6 Arsenal
Passes réussies : Everton 75% – 81% Arsenal
Possession : Everton 43% – 57% Arsenal

Les notes d’AFC

Szczesny (7.5) : sauve littéralement son équipe ce soir face aux 9 tirs cadrés d’Everton.

Sagna (7) : très bonne performance du francais qui a dû tenir le duo Pienaar-Baines. Il a essayé d’apporter offensivement du mieux qu’il pouvait, malgré parfois un peu de déchet dans ses passes.

Mertesacker (6.5) : il aura eu du boulot face à Jelavic et Fellaini et l’allemand s’en sera vraiment bien tiré dans les duels aériens.

Koscielny (non noté) puis Gibbs (6), un retour un peu hésitant. Il aura eu du mal défensivement et n’aura pas eu le rendement qu’il a habituellement aux avant-postes.

Vermaelen (7.5) : son retour dans la charnière l’a transfiguré. Il a été très costaud défensivement et a soulagé la défense avec beaucoup d’autorité. Il s’est aussi autorisé quelques montées rageuses et a mis en difficulté Howard sur coup franc.

Arteta (5) : l’espagnol est légèrement passé à travers et c’est dans ce genre de match où on voit qu’il ne peut pas assurer au poste de milieu défensif constamment quand il a des joueurs comme Fellaini en face de lui. L’absence de Diaby ne s’en ressent que plus fortement.

Wilshere (7) : il a très bien orienté le jeu et a fait le job habituel d’Arteta étant donné que l’anglais était moins gêné que son coéquipier par Fellaini. Auteur d’un tacle rageur in extremis qui privera Fellaini d’un doublé.

Cazorla (5) : il a fait ce qu’il a pu mais il lui a manqué un joueur technique à ses côtés pour le soulager. Ni Arteta, bloqué par Fellaini, ni Wilshere qui s’est occupé de tourner le jeu n’ont pu l’aider dans la construction. C’est là qu’on voit qu’il manque un ailier créatif comme l’était Nasri. Remplacé par Coquelin.

Ramsey (5) : Auteur de la passe décisive pour Walcott à la 52ème seconde, le Gallois, placé sur une aile a peu à peu disparu face à la puissance du milieu d’Everton. Remplacé par Gervinho, qui à part une bonne passe en retrait pour Cazorla n’a pas apporté ce dont l’équipe avait besoin.

Walcott (7) : l’un des seuls qui ait montré de l’envie. Il construit presque à lui tout seul son but et a été très remuant, posant pas mal de problèmes aux défenseurs d’Everton. Il a été l’auteur de bons centres également, et aurait pu être l’auteur d’une assist pour Giroud.

Giroud (5) : hormis une tête qui frôla la lucarne, l’ex-montpellierain n’a absolument rien montré. Très bien pris par Distin et trop peu aidé par un milieu complétement désorganisé, il n’a rien amené que ce soit au sol ou dans le domaine aérien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *