La conférence de presse d’Arsène Wenger

Arsène Wenger a récemment déclaré qu’Arsenal était devenu une « équipe de seconde mi-temps » ces dernières semaines. Ils ont poussé cette définition à l’extrême en s’imposant à la dernière seconde du temps additionnel face à Burnley grâce à un penalty brillamment transformé d’une « panenka » par Alexis Sanchez. 

Le coach des Gunners semblait soulagé après cette victoire théâtrale, permettant à son équipe de grappiller des points à ses adversaires directs ayant perdu des points ce week-end et de remonter à la deuxième place du classement, à 8 points du leader actuel, Chelsea.

Quelles sont les conclusions qu’il tire de ce match ?

J’ai trouvé ce match très intense, car notre adversaire nous a mis en difficulté dès le début du match. Nous avons dû nous montrer patients et attentifs sur le plan défensif, mais nous avons réussi à bien le faire. A partir de l’ouverture du score, nous nous sommes compliqués encore la vie et subissant l’expulsion de Granit Xhaka. Toutefois, ils ne se sont pas procurés beaucoup d’occasions franches, bien que dangereux sur les coups de pieds arrêtés et sur des longs ballons. Le penalty que nous avons concédé m’a un peu agacé. Coquelin dit qu’il n’a pas touché son adversaire, mais je n’ai personnellement pas revu l’action. Au final, nous nous en sommes sortis de manière inattendue, car à 10 contre 11 avec deux minutes à jouer avant le coup de sifflet final, il semblait difficile de remporter cette rencontre. Nous avons montré que nous sommes une équipe pleine d’abnégation et de courage, prête à se battre quoi qu’il arrive.

Ce match était important, pas décisif, mais important pour la suite de la saison. Je pense que notre objectif pour le moment est d’enchaîner les victoires, d’être réguliers dans les résultats. C’est plus important que de regarder le classement. Chaque victoire est donc importante pour constituer cette série, nous nous concentrerons sur le classement plus tard.

Que pense-t-il du penalty d’Alexis ?

Il avait du style, voire même trop de style ! Il a raté des penaltys auparavant. Il n’était d’ailleurs pas le tireur attitré pour ce match (c’était Olivier Giroud). Mais du moment que le ballon va au fond des filets, il faut simplement féliciter le buteur et ne pas tenir compte de ce genre de détails.

Wenger est également revenu plus longuement sur le carton rouge donné à Granit Xhaka et sur le penalty provoqué en fin de match par Francis Coquelin.

Pensez-vous que le penalty accordé à Burnley était légitime ?

J’ai vu l’action et je ne pense pas qu’il y ait penalty, mais je ne peux pas l’affirmer.

Sur le penalty d’Arsenal et le carton rouge de Xhaka…

Concernant notre penalty, je pense qu’il est justifié et que le défenseur aurait dû écoper d’un carton rouge. Quant au carton de Xhaka, il faudrait que je visionne la scène à nouveau. Si je suis ce qu’on m’en a dit, le carton rouge est mérité et il faut que Granit Xhaka apprenne à contrôler son comportement sur le terrain afin de ne pas pénaliser l’équipe à cause de ce genre de tacles. Nous n’encourageons pas les milieux de terrain à tacler au sol, nous préférons qu’ils défendent sur leurs deux jambes. Si c’est un mauvais tacle, cela mérite un carton rouge.

Est-il déçu de Xhaka ?

Je suis déçu que nous ayons dû jouer à 10 contre 11, oui.

Xhaka a pris deux cartons rouges cette saison, tous deux attribués par Jon Moss. Qu’en pense-t-il ?

Nous avons concédé 2 cartons rouges et 4 penaltys à domicile cette saison. Nous avons l’art de nous compliquer la tâche.

Comment a-t-il pris son expulsion du terrain ?

Je ne savais si je devais aller en tribunes ou si je devais sortir du terrain. Je pensais pouvoir voir le match depuis le couloir menant au terrain, mais j’ai dû le suivre depuis un poste de télévision.

Regrette-t-il son attitude ?

Je regrette tout ce que j’ai dit. J’aurais dû me taire et sortir tranquillement du terrain. Je tiens à présenter mes excuses pour mon attitude.

A-t-il parlé au quatrième arbitre ?

Pas encore, car je devais préparer la conférence de presse. Je ne lui ai rien dit de méchant. Je lui ai dit des choses qu’on entend couramment dans ce genre de situations et qui 9 fois sur 10 ne sont pas sanctionnées. Toutefois, j’aurais dû me taire. J’étais simplement excité par les dernières minutes du match.

(Via Arsenal.com)

Guillaume

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *