Eddie Nketiah : l’année de la confirmation ?

Parmi les rares satisfactions de la saison dernière à Arsenal, il y a Bukayo Saka. Issu du centre de formation, l’Anglais est parvenu à s’imposer dans le groupe à seulement 18 ans, sous les ordres de trois managers différents. Capable de s’adapter à tous les systèmes de jeu quelque soit son poste sur le terrain, il a prolongé son contrat en juin dernier, liant son avenir sur le long terme avec Arsenal. Et si sa précocité étonne, il n’est pas le seul “Young guns” à pouvoir prétendre à une place de titulaire dans les années à venir. Reiss Nelson, Joe Willock, Emile Smith-Rowe et Eddie Nketiah ont eux aussi leur carte à jouer. Parmi ces joueurs formés à Arsenal, focus le dernier cité : Eddie Nketiah. L’Anglais de 21 ans est peut-être le plus à même de confirmer les attentes placées en lui cette saison.

Buteur aguerri avec la sélection espoir (14 buts inscrits avec les U21, un record), l’Anglais peine encore à confirmer au plus haut niveau. Pourtant, jusqu’ici son parcours s’est déroulé sans accroc. D’abord formé à Chelsea, il rejoint les équipes de jeune d’Arsenal en 2015. Il fait ses preuves au sein de l’Academy, gravissant tous les échelons pour intégrer l’équipe première. Eddie joue ses premières minutes en match officiel en septembre 2017, sous les ordres d’Arsène Wenger, lors d’un match de Ligue Europa. Sa deuxième apparition avec les Gunners est mémorable. Entré en jeu à la 85e minute en League Cup (ou Carabao Cup), il inscrit un doublé face à Norwich, permettant à Arsenal de l’emporter 2-1. Au cours de cette première saison au plus haut niveau, il prend part à 10 matches, puis 9 la saison suivante. Un total trop faible pour pouvoir progresser comme il se doit à son âge.

Arsenal’s Eddie Nketiah during the Premier League match at the Emirates Stadium, London. Photo by Icon Sport – Emirates Stadium – Londres (Angleterre)

Alors pour accumuler du temps de jeu et s’étoffer, il part en prêt en Championship du côté de Leeds. Sous les ordres d’un certain Marcelo Bielsa, Nketiah doit se contenter d’un rôle de “Supersub”, Bamford lui étant préféré à la pointe de l’attaque, malgré une finition problématique. Selon les “xG”, les “expected goals” ou en français les buts qui auraient dû être marqués, Bamford aurait dû inscrire 35 buts l’an dernier, alors qu’il n’en a marqué que 16. Ces statistiques n’enlèvent rien aux qualités du joueur, mais mettent en évidence ses failles dans le dernier geste, là où Nketiah a davantage le profil d’un renard des surfaces. Bien que son bilan devant le but soit encore maigre au plus haut niveau. Eddie marque la plupart de ses buts dans les six mètres adverses en jouant sur sa rapidité et son flair devant le but.

Si Bamford n’est pas un tueur devant le but, Bielsa loue sa participation au jeu et son abattage défensif. Des aptitudes au pressing que ne possédait pas forcément Nketiah en arrivant à Leeds, mais qu’il a aujourd’hui bien intégré à sa palette, comme il l’affirme dans un entretien sur Bein Sports en juin dernier : « S’il y a une chose importante que j’ai retenue de lui [Bielsa], c’est l’importance de défendre dès le front de l’attaque et à quel point dès la perte du ballon ça peut avoir de l’influence sur la manière dont toute l’équipe joue. Je dirais avec certitude que c’est une des grandes choses que j’ai apprises de lui. ». Son expérience à Leeds est finalement plutôt mitigé et il est rappelé par Arsenal au mercato hivernal.

Arsenal’s Eddie Nketiah scores his side’s first goal of the game during the Premier League match at the Emirates Stadium, London. Photo by Icon Sport – Jordan PICKFORD – Yerry MINA – Eddie NKETIAH – Emirates Stadium – Londres (Angleterre)

Lorsqu’il fait son retour à Arsenal, en janvier dernier, ce n’est pas prévu que le jeune anglais s’attarde à Colney. Un nouveau prêt semble sur la table pour qu’il reparte dans un club un peu moins huppé pour acquérir ce fameux temps de jeu. Cependant, son travail à l’entraînement et ses échanges avec Mikel Arteta impressionnent le Basque. Fraîchement nommé à la tête de l’équipe première, l’Espagnol choisit de le conserver pour la fin de saison. On s’attend alors à ce qu’il ait un rôle à jouer en sortie de banc, mais Arteta en a décidé autrement, puisque son temps de jeu sur la deuxième partie de saison est plus important que lors de son passage à Leeds. L’Espagnol n’a pas hésité à le titulariser à plusieurs reprises en Premier League, au détriment de Lacazette. En l’espace de 6 mois, Nketiah s’est parfaitement intégré dans la rotation de l’équipe première et aspire à plus aujourd’hui. Le but décisif d’Eddie face à West Ham lors de la deuxième journée du championnat de Premier League cette saison, a ravi Arteta qui loue les qualités de son buteur : « Il a l’intuition et puis évidemment il est capable de mettre le ballon dans le filet avec sa qualité et le niveau d’exécution qu’il a. Il est agressif. C’est quelqu’un qui représente un réel danger dans la surface et nous devons l’utiliser. Chaque fois que je lui ai donné l’opportunité, il a très bien joué. ». Nouvel exemple contre Leicester lors des 16es de finale de League Cup où Eddie s’est arraché pour inscrire un but de renard des surfaces dans le temps additionnel de la rencontre.

Eddie a la chance de pouvoir bénéficier de l’expérience de plusieurs avant-centre de renom au club. En commençant par la légende Ian Wright, qui est l’un de ses plus grands fans. Le deuxième meilleur buteur de l’histoire du club ne perd pas une occasion d’exprimer sa joie sur les réseaux sociaux à chacun de ses buts. Il peut également s’appuyer au quotidien sur les conseils d’Aubameyang et de Lacazette.

D’un autre côté, la présence des deux stars fait de ce secteur de jeu l’un des plus compétitifs à Arsenal. Si le Gabonais évolue le plus souvent sur l’aile gauche de l’attaque, Lacazette quant à lui est un joueur axial. Reconverti ces derniers temps dans un rôle de neuf et demi qui lui sied à merveille, le français est le principal concurrent au poste pour Nketiah. Une concurrence saine pour l’instant, puisque les deux joueurs se partagent le temps de jeu à la pointe de l’attaque. Le poste qu’ils occupent nécessite une grande débauche d’énergie qui ne doit pas nuire à la lucidité du joueur devant le but, c’est pourquoi Lacazette et Nketiah disputent rarement l’intégralité d’une rencontre. Au regard des premiers matchs cette saison, on peut s’imaginer une rotation saine avec Lacazette titulaire en championnat et dans les gros matchs (européens ou en coupes) et Nketiah en supersub quand le Français est fatigué dans un match. A l’inverse, Nketiah pourrait être régulièrement titularisé par Mikel Arteta en coupes et en Europa League lors de la phase de poules pour donner confiance à son jeune buteur.

Une chose est sûre, pour passer un cap cette saison, Eddie doit encore progresser dans certains domaines. Le contexte favorable à Arsenal ces derniers temps ne peut que l’aider à devenir meilleur. S’il parvient à « muscler son jeu », nul doute qu’il aura le temps de jeu nécessaire pour faire gonfler ses statistiques devant le but et aider son équipe à remporter le plus de matches possibles. Quoi qu’il en soit, Arsenal va avoir besoin de varier ses offensives, car il ne sera pas possible de se reposer toute la saison sur Aubameyang pour marquer. Nketiah, Lacazette, Pépé, Willian et consorts devront, eux aussi, se montrer décisif pour qu’Arsenal atteigne ses objectifs. Une chose dont Arteta a bien conscience « Nous devons mieux partager les buts. Je l’ai déjà expliqué. Nous devons produire en équipe si nous voulons nous battre avec les meilleures équipes de ce pays et si nous ne comptons que sur un seul joueur [Aubameyang], nous n’y arriverons pas. ».

Source des extraits :

Simon Collings, Mikel Arteta challenges Arsenal stars to share goalscoring burden after Lacazette and Nketiah strikes, Evening Standard, 19/09/20.

#Julien B #COYG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *