Emery : “Beaucoup de frustation”

Unai Emery était bien évidemment très frustré après le partage des points à Watford malgré un avantage de deux buts à la mi-temps.

Sur le résultat final…

Nous pouvons être frustrés après avoir mené de deux buts, normalement on doit contrôler cet avantage en deuxième mi-temps, plus ou moins. Nous avions pourtant parlé dans les vestiaires, nous savions que la seconde mi-temps allait être difficile parce qu’ils allaient tout faire pour revenir. Mais, notre plan de jeu n’a pas changé, comme au début, casser leur pressing s’ils décidaient d’en imposer un, et si nous le faisions nous pourrions imposer nos idées, c’est ce qu’on s’était dit à la mi-temps. mais, nous sommes très frustrés, parce qu’en seconde mi-temps nous n’avons pas réussi à le faire. Nous n’avons pas réussi à contrôler le jeu et à casser leur pressing. C’est une bonne équipe, l’année dernière ils avaient joué avec le même état d’esprit, ils sont physiquement très forts. Ils ont de bons joueurs et en seconde mi-temps, ils l’ont démontré. Ils méritent ce point du match nul. Nous avons fait ce qu’on a pu, nous n’avons pas réussi à nous sublimer, et avions besoin de plus de calme dans leur surface de réparation. Nous devons travailler, pour progresser.

Emery
Emery replaçant ses joueurs (Arsenal.com)

Sur le fait que Watford était plus motivé que son équipe…

Oui, parce qu’ils ont poussé et contrôlé le match avec leur pressing, ont pris de la confiance, et ont créé nos problèmes, nos erreurs, pour marquer le premier but qui leur a donné de la confiance. A cet instant (après le premier but encaissé), nous aurions dû nous calmer pour contrôler encore comme en première mi-temps, mais nous n’avons pu le faire.

Sur le manque de caractère de l’équipe…

Nous avons de jeunes joueurs, ils ont besoin d’acquérir de l’expérience comme aujourd’hui. Et aussi, je le dis souvent à Matteo, c’est un très bon joueur, il progresse, il est jeune, il est très sentimental, il a aussi de la personnalité et doit parfois utiliser ses erreurs pour progresser. En première mi-temps, il a commis une erreur. En seconde, nous avons continué, la défaite relève de ma responsabilité, ils ont eu beaucoup de longs ballons, nous n’avons pas pu les contrer. La clé était d’imposer notre style, et nous allons travailler pour avoir et construire un vrai collectif, qui part du gardien, jusqu’aux défenseurs et aux milieux, pour être capables de marquer plus de buts, de se créer plus d’opportunités. Nous avons essayé, sans succès.

Sur les replacements défensifs…

C’était difficile. Après le premier but, nous avons essayé de bien ressortir le ballon, sans succès. Nous devons travailler pour avoir la capacité de progresser et d’être capable de casser leur jeu quand les équipes pressent haut comme aujourd’hui : Watford l’a très bien fait.

Sur la “peur” décrite par Xhaka…

C’est un sentiment individuel. Je pense qu’en football vous ne pouvez avoir peur, vous devez ressortir des moments difficiles avec une expérience, pour vous mais aussi pour l’équipe. Je ressens la même chose, parfois. Nous devons être plus forts mentalement, progresser. Avoir une meilleure mentalité, pour éviter ce qu’il s’est passé en seconde mi-temps.

Sur le remplacement de Ceballos…

Il faisait très chaud aujourd’hui. Nous avions besoin de fraicheur. Nous devions progresser, pour avoir plus d’énergie, et donner plus de capacité d’être forts physiquement.

Sur l’erreur de David Luiz…

Quand nous analysons les erreurs, je préfère parler des erreurs collectives, et aussi j’ai la responsabilité de prendre les bonnes décisions, collectivement et individuellement. Je ne veux pas faire ou dire quelque chose de mauvais sur tel ou tel joueur. Nous devons plus travailler, acquérir de la confiance, et leur donner la capacité d’être meilleurs. Nous travaillons sur les erreurs individuels, et collectives.

Article traduit depuis Arsenal.com

#Benjamin #COYG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *