Freddie Ljungberg : « Ce serait bien de prendre une décision, quelle qu’elle soit »

Après le défaite 0-3 face à City à la maison, Freddie Ljungberg s’est exprimé en conférence de presse. Il s’est notamment confié sur la sortie de Kolasinac, le top 6 ainsi que sur l’incertitude qui règne actuellement au club.

La défaite...

Évidemment nous savons depuis quelques années que c’était une lutte ici à domicile contre City, nous le savions avant le match. Nous avons bien démarré et lorsque Martinelli a eu une occasion au début, on s’est dit « c’est pas mal ». Mais on s’est à nouveau fait avoir dans les transitions. Nous étions deux contre cinq sur l’un des buts. Nous avons beaucoup travaillé sur l’équilibre, sur le retour des joueurs mais c’est là que De Bruyne a montré tout son talent. Peu de joueurs sont capables de marquer sur des occasions comme celles-ci. Peut être que ça montre la différence entre les équipes. Leurs occasions aboutissent grâce à de super joueurs. Je pense que ce que l’on peut retenir et apprendre de ce match, c’est est notre travail dans les transitions. Si vous regardez City, lorsque nous arrivions à avoir des contres, ce qui faisait également parti de notre plan de jeu, ils ont eu cinq cartons sur nos contres. C’est tactique, ils ont travaillé sur ça. C’est quelque chose que nous devons faire aussi. Il faut peut être apprendre à être plus cynique lorsque les adversaires ont la chance de nous prendre en contre. C’est un peu notre faiblesse et peut être que nous devons profiter de ces fautes.

Est-ce que les joueurs reçoivent ses messages...

Tout d’abord, je pense qu’ils prennent les choses en compte. Nous avons regardé de quelles façons nous avons changé notre structure. Nous y sommes sauf qu’avant nous n’avions pas de joueurs pour les transitions. Maintenant oui. Maintenant la prochaine étape c’est de stopper les actions, créer quelque chose. Je ne sais plus de quel joueur il s’agit mais nous étions trois contre un, il a été dévié et ensuite sorti par De Bruyne. Ce n’est pas grand chose mais c’est quelque chose sur lequel on doit travailler : comment défendre. Mais je pense que nous avons fait le tri sur les transitions, en quelque sorte.

Est-ce qu’il s’attendait à un plus grand combat en deuxième période…

Je dois dire que c’est dur si l’on perd 3-0 face à une équipe comme City qui tient bien son ballon. J’ai dit à la pause que je savais que c’était difficile, surtout contre City. Liverpool et City sont dans une ligue à part en ce moment. J’ai dit que c’était une question de fierté. Ils devaient sortir, monter en deuxième période même s’ils n’ont pas eu de réaction et je savais que ce serait très difficile de gagner 4-3. Mais ils ne devaient avoir aucune chance de marquer un autre but. On a essayé de s’imposer un peu. C’était difficile pour nous parce qu’ils gardaient bien le ballon. Parfois nous le faisions bien aussi entre les deux surfaces, nous avons compris le plan de jeu et tenté de changer les choses en les contrariant un peu. Mais nous n’avons pas été assez dangereux. Nous avons eu des mini chances où quelque chose aurait pu arriver. Lorsqu’ils ont eu les leurs, De Bruyne l’a envoyé droit dans les filets.

Jouer à dix lorsque Kolasinac s’est blessé…

Oui, Sead s’est blessé et notre joueur a commencé à se préparer. Il y avait beaucoup de vêtements à cause du temps. Nous avons essayé de faire rentrer le joueur. Il faut que nous apprenions aux jeunes joueurs à être prêts plus rapidement. Mais lorsque vous êtes blessés et à terre, il faut rester par terre et jusqu’à ce que les joueurs soient prêts pour le changement.

Est-ce qu’Arsenal peut rivaliser avec le top 6…

Je pense qu’on peut être assez bons pour rivaliser avec le top 6 mais ça montre que Liverpool et City sont très très bons. Je pense que nous avons mis en place un alignement similaire à celui contre West Ham où nous avons été très bons. Nous aurions pu gagner 4-1 ou 5-1. Nous avons joué contre City, ils nous ont punis directement avant de gagner 0-3. Je pense que ça montre la différence de qualité entre les joueurs.

Le stade était vide avant la fin du match…

Je suis un homme d’Arsenal et nous avons tout essayé. Mais il faut être réaliste. Il y a un gouffre au niveau de la qualité entre Liverpool, City et les autres. Ils l’ont montré aujourd’hui. Mais j’étais vraiment heureux et fier des supporters aujourd’hui. Au final, ils ont eu une réponse positive lorsque les jeunes joueurs sont rentrés. Lorsque Sead est sorti, ils ont vu un jeune ailier de 18 ans rentrer et jouer arrière gauche et jouer face à Raheem Sterling. Puis nous avons Gabriel qui a 18 ans qui a joué contre Kyle Walker. Évidemment ils ont pu voir qu’il y avait une différence. Mais j’étais fier des supporters lorsque qu’ils ont chanter à la fin et qu’ils ont montré qu’ils appréciaient de voir les jeunes essayer.

A propos de Mesut Ozil…

Tout d’abord pour l’histoire avec la Chine, c’est de la politique, je laisse le club s’en charger. Je pense qu’il y aura un communiqué ou qu’il y en a eu un. Pour le reste, il devrait être énervé lorsqu’il sort. Mais actuellement je suis l’entraîneur et j’ai pris cette décision parce que je voulais plus d’énergie dans l’équipe. Nous voulions la possession mais parfois nous avons besoin de courir, tacler et récupérer le ballon. Je pense qu’Emile s’est très bien débrouillé jeudi en Belgique donc j’ai voulu lui donner une chance. Je pense qu’il a fait une bonne entrée.

Sur le manque de fautes tactiques…

C’est intelligent de la part de City, ils en font, c’est évident. Je l’ai dit au quatrième arbitre « c’est tactique, il n’y a pas d’autres moyens de le voir ». Il faut être un peu plus cynique si nous savons que nous sommes faibles dans les transitions. Peut être que nous les laissons obtenir un coup franc et qu’il n’y aura pas de conséquences.

Le fait de ne pas avoir de changement correct...

C’est un peu dur de parler de changement. Un joueur ne peut pas se préparer plus rapidement que d’enlever ses vêtements. Après vous pouvez dire qu’il ne devrait pas avoir ces vêtements-là sur lui mais il ne pouvait pas se douter qu’il y aurait un changement en première période. Bien sur nous devons apprendre de ça. Peut être qu’il faut rester un peu plus longtemps pour que tout le monde soit prêt. C’est comme ça que ça marche.

Est-ce qu’il peut exprimer ses opinions politiques…

Aujourd’hui nous n’avons pas parlé avec le club de ce que je devais ou devrais faire. J’ai essayé de me concentrer sur le match. Bien sûr je dois discuter avec le club mais le club a dit qu’il s’en occuperait.

Pourquoi est-ce que le club a gagné un match sur onze…

Ce n’était pas notre objectif de gagner un match sur onze. Nous devons tous nous regarder dans un miroir. J’ai senti que le match contre West Ham était un grand pas dans la bonne direction. Je n’avais pas vu ça depuis longtemps. D’être meilleurs que nos adversaires, de jouer un si bon football qu’on aurait pu gagner 5-1. Aujourd’hui nous avons joué contre une excellente équipe et ils sont meilleurs que nous. C’est un fait et je pense que personne n’en doutait.

L’incertitude de management affecte-t-elle les joueurs…

Je pense, comme je l’ai dit, c’est un très grand honneur de faire ça. Bien sûr Per est le directeur de l’académie et il a deux jobs en même temps. Je pense qu’il faut clarifier la situation et prendre une décision pour que tout le monde sache. C’est ce que j’ai dit. Tout dépend du club. Je suis très honoré et j’essaie de faire les choses au mieux mais je pense que ce serait bien de prendre une décision, quelle qu’elle soit.

Via Arsenal.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *