Kroenke et la dette du Club

En mai dernier, une association de fans du club, The Arsenal Supporters’ Trust (AST), a imaginé différents scénario permettant au club de débloquer des fonds, utilisables pour renforcer l’équipe, entre autres.

Ces mesures ont été imaginées pour contre balancer les pertes du clubs de ces derniers mois, liées aux circonstances actuelles, et impactant principalement la billetterie et les revenus des jours de match.

L’expert financier Nigel Phillips détaille les possibles opérations de Stan Kroenke :

_Injecter des fonds via un prêt;

_Renégocier les intérêts et ou les montants des prêts déjà existants;

_Émettre de nouvelles actions à la bourse;

_Vendre des parts du club, faire entrer de nouveau actionnaires.

D’après un article du London Stock Exchange, l’Américain va emprunter un autre chemin : Il va restructurer les 144 millions de Livres Sterling correspondant au remboursement du stade, car contrairement à ce que beaucoup pourrait penser, le stade n’est pas encore remboursé! Explications.

Lors de la finalisation du stade en 2006, les prêts émis pour la construction ont été refinancés. 260 millions de Livres ont été partagés entre différents investisseurs, de cette façon :

_210m de livres à un taux fixe de 5,14% annuel, avec fin prévue pour 2029 ;

_50m de livres à taux variable, avec un taux actuel à 5,97%, fin prévue en 2031.

Cela était une bonne opération financière à l’époque, mais les standards ont changé, et de nos jours, ces taux sont très haut. Si on avait su qu’une crise financière frapperait 2 ans plus tard!!

Toujours est-il qu’il reste 144 des 260 millions de livres à rembourser. Kroenke aurait décidé de payer cette somme, sans attendre la fin des divers prêts. En faisant cela, il devra payer 40 millions de plus de pénalité, comme c’est souvent le cas dans les contrats de prêt.

Kroenke va donc payer 184 millions de livres de sa poche. Il est évident qu’Arsenal va devoir le rembourser, car l’Américain contracte lui même un prêt pour obtenir cette somme. L’opération peut sembler énorme, mais Kroenke est coutumier du fait. Lorsqu’il a racheté les parts d’Alisher Usmanov en 2018 pour obtenir 100% des parts du club, il avait déjà contracté un prêt de 505 millions.

Alors, comment Arsenal va rembourser son nouveau créancier? Simplement en contractant un nouveau prêt, avec des taux d’intérêts bien inférieurs à ceux de 2006. L’économie réalisée est estimée à près de 20 millions par an.

L’autre avantage d’avoir Kroenke en tant que créancier est que le club est libéré de certaines contraintes financière des anciens contrats de prêt. Par exemple, jusqu’à maintenant le club était tenu d’avoir un compte en banque crédité de 36 millions de Livres, en cas de défaut de paiement. Cet argent va pouvoir être réinjecté dans la gestion du club immédiatement.

A titre d’exemple, la masse salariale actuelle du club est de 232 millions (probablement même plus basse grâce aux réductions de salaires consenties par les joueurs). Ces 36 millions vont pouvoir aider à faire tourner le club pendant quelques temps, en compensant l’absence de revenus liés à la billetterie, par exemple.

Comme le précise l’AST, cette opération financière n’est pas une révolution, et ne va pas transformer le club en Manchester City ou Chelsea, mais va quand même soulager les finances du club. Cela arrive à point nommé, surtout en absence de Ligue Des Champions et avec la menace encore bien présente du COVID-19.

Une dernière chose est précisée par l’AST : Toutes ces informations sont des calculs basées sur des suppositions, et à moins que Kroenke ou KSE divulguent certaines informations, il faudra attendre la publication des comptes, en Février 2022, pour y voir plus clair.

 

Article paru sur www.arseblog.news.com, traduit de l’anglais par Matthieu Rolland. Crédit photo : Iconsport.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *