La mutinerie d’Ozil ou comment la com’ d’un joueur peut renverser un coach ?

Au lendemain d’une victoire miraculeuse en Europa, grâce à deux coups francs directs de Nicolas Pépé, le contenu du match déçoit encore. Emery cherche toujours la clé au milieu de terrain. Pourtant le basque n’hésite pas à se priver de l’un des meilleurs passeurs de Premier League. Mis au placard depuis le début de saison, Mesut Ozil (et son équipe de com’) a décidé de prendre les choses en main afin de retrouver les terrains à Arsenal, quitte à faire tomber l’entraîneur espagnol. Décryptage :

Acte 1 : Peaky Blinders

Peaky Gunners Arsenal GunnersL’agression d’Ozil et Kolasinac a agité la presse à scandales et les réseaux sociaux à la fin du mois du mois de juillet. En conséquence de ce fait divers, Mesut et son garde du corps sont écartés pour les premiers matchs du championnat. Pendant ce temps-là, Aubameyang porte les siens face aux ogres Newcastle et Burnley ! Avant de logiquement céder face à Liverpool et de gagner au panache le point du match nul dans le derby du Nord de Londres. Les deux comparses reprennent finalement le chemin des terrains le 15 septembre à l’occasion d’un décevant match nul à Watford après avoir mené 2-0. Si Kolasinac enchaîne les matchs, Ozil n’aura depuis eu droit qu’à 70 minutes de jeu en coupe de la ligue face à Nottingham Forrest.

Acte 2 : Oh captain my captain !
Elu parmi les 5 capitaines de l’équipe, le 27 septembre, on pensait le retour de l’allemand acquis. Et bien non ! Que nenni, Mesut n’a plus joué et ne figure même pas sur le banc des remplaçants. Une situation d’autant plus étonnante que les prestations insipides d’Arsenal s’accumulent. Nul ne sait véritablement si Ozil améliorerait le jeu d’Arsenal, mais le manque évident de créativité et de liant dans l’entrejeu laisse perplexe face à l’obstination d’Emery de se passer de milieux créateurs. La victoire face à Bournemouth 1-0, avant la trêve a donné 2 semaines de répit à Emery. Mais au-delà des résultats en dents de scie, ce sont surtout le projet de jeu et les compositions d’équipes qui posent questions.

Emery Joker

Acte 3 : Le Joker

à l’occasion de la trêve internationale, Mesut s’est plié à l’exercice de l’interview avec Ornstein pour The Athletic. Entretien dans lequel il confie sa fierté de porter les couleurs des cannoniers et sa détermination à montrer ses qualités sur le terrain. De plus, il témoigne de sa frustration : “lorsque Arsenal n’y arrive pas dans les gros matchs, c’est toujours de ma faute. Si c’est le cas, comment expliquer les mauvais résultats lorsque je ne joue pas ?”. Ce plaidoyer n’est pas sans rappeler la vidéo de Ben Arfa lorsqu’il était mis de côté par le Paris Saint Germain d’Emery..

Lors de la reprise de la Premier League, Tottenham concède un nouveau match nul, tout comme United, deux concurrents directs en perte de vitesse qu’Arsenal pouvait repousser à 6 et 8 points au classement, mais non ! À Arsenal on aime bien rassurer les promus ! Emery qui a reconduit le onze qui l’avait emporté contre Bournemouth et cette fois-ci vaincu à domicile. Une défaite symptomatique de la pauvreté technique et tactique de ce début de saison. Ozil, non sélectionné ne réagit pas. Du moins pas tout de suite. Mardi 22 Octobre, l’anniversaire d’Arsène Wenger est chaleureusement souhaité par Ozil, qui partage une photo de victoire en FA Cup en sa compagnie. L’occasion de rappeler la profonde admiration/amitié entre les deux hommes, ce qui ne semble pas être le cas avec Emery.

Ce mercredi, veille de match, il publie une nouvelle photo où il rie aux éclats, avec comme message « vous me faites rire ». Dans la même journée, une vidéo circule, dans laquelle Emery et Ozil ont un échange houleux. Le message d’Ozil est clair. A une époque où les réseaux sociaux sont une arme de communication majeure pour les joueurs, cette publication n’est pas anodine. Sans mentionner son nom, il a déclaré la guerre au coach Basque. Ses équipiers et pas des moindres le soutiennent ouvertement en likant le post. Les fans sont légitimement dans le camp de l’allemand tant les prestations de l’équipe sont catastrophiques. Pas dans le groupe face à Sheffield, ce rire sarcastique en dit long sur ses chances de figurer en Europa League.

Ozil you make me laugh Et sans surprise, à quelques heures du match, Ozil n’est pas dans le groupe. Il assène alors le coup final de sa stratégie. Une photo avec Pires, accompagné d’un message dans lequel il soutient l’équipe pour la réception de Vitoria Guimarães. Point culminant de sa communication, avec ce post il se met dans la poche une légende du club, proche du staff. Le tour est joué. Les fans prennent parties pour l’allemand, les joueurs le soutiennent et le staff se rallie à sa cause. Emery n’a plus d’alliés et le spectacle sur gazon vert ne plaide pas en sa faveur. Les premières pancartes “EmeryOut” pointent le bout de leur nez dans l’Emirates. Heureusement pour Emery, son coaching gagnant avec l’entrée de Pépé permet aux Gunners de l’emporter 3-2 face à une valeureuse équipe portugaise. Un résultat heureux qui cache une réalité du terrain plus compliqué. La fin du process n’a jamais semblé aussi proche alors qu’Unaï avait toutes les cartes en main (vraiment!) pour mener à bon port l’Arsenal Football Club. Toutefois, l’espagnol a encore des AS dans sa poche. Puisqu’on ne connaît pas l’avis du board à son sujet (Sanlheli, Venkatesham et Edu), seules personnes a pouvoir mettre Emery dans le canon et l’envoyer ailleurs.

images Bleacher Report football @brfootball sur twitter
#Julien B #COYG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *