La nouvelle stratégie d’Arsenal érigée par Raul Sanllehi, par James Benge

Emirates Stadium - London
(Julien Blavette)

Sur le site football.london, spécialisé dans le foot anglais, le journaliste James Benge revient sur la nouvelle stratégie du club, encadrée par le directeur du football Raul Sanllehi, depuis l’arrivé d’Unai Emery.

Il souligne tout d’abord la mauvaise gestion des contrats, souvent trop onéreux, que faisaient signer le club à des joueurs pas toujours fiables : “Au début de l’été, la masse salariale d’Arsenal était bien trop élevée, surchargée par des salaires trop généreux à des joueurs qui, sur le terrain, n’étaient pas au niveau de ces derniers. Quelques semaines avant l’ouverture du marché anglais, le directeur du football, Raul Sanllehi, a contribué à un certain rééquilibre salarial dans un soucis de réorganisation économique et sportif du club”. Ce travail en amont a permis à Arsenal de réaliser un grand mercato selon le journaliste : “L’impressionnant mercato autant en terme d’achats que de ventes, clôturé officiellement en Europe depuis lundi soir, s’est conclu par le prêt, avec prise en charge intégrale du salaire par l’AS Rome, du décevant Mkhitaryan. Ce dernier “coup” a permis à Sanllehi d’assoir son autorité et de se détacher de ses prédécesseurs, ayant souvent été trop laxistes avec des joueurs continuellement médiocres”

Résultat de recherche d'images pour "raul sanllehi pepe"
Le nouveau duo dirigeant la politique sportive du club composé d’Eduardo et Raul Sanllehi (Getty images)

Il observe que “le départ précipité d’Alexis Sanchez a poussé Gazidis a attribué des salaires démentiels aux autres joueurs, au moment où le club ne pouvait se le permettre”. John Kroenke avait d’ailleurs souligné ce non-sens dans une interview donnée au même site cet été : “ce n’est pas un secret : nous avons une masse salariale digne d’un club qualifié pour la Champions League, alors que nous avons un budget global d’un club jouant l’Europa League. C’est un fait, nous réfléchissions à une solution pour y faire face et le résoudre dès maintenant”

Le journaliste anglais fait met ensuite en perspective la situation financière du club : ” Arsenal reste un des clubs du monde payant le plus ses joueurs, et ça sera toujours le cas. Cependant, en quelques semaines, Sanllehi et le chef des négociations Huss Fahmy, qui a la réputation de flairer les bonnes affaires, doté d’un important réseau d’agents, ont rétabli l’équilibre contractuel, économisant près de 45 millions par an.”

“Cet argent peut permettre à la fois de recruter de nouveaux joueurs, mais également récompenser la progression des joueurs les plus importants de l’équipe. Des discussions sont en cours afin de prolonger les contrats de Pierre-Emerick Aubameyang et d’Alexandre Lacazette ; Matteo Guendouzi et Joe Willock vont également prolonger dans le courant de l’année”

Il souligne l’exemple que donne le duo offensif Aubameyang – Lacazette : ” C’est dans des joueurs tels que ceux qui composent le duo offensif que le club veut investir, et non dans des joueurs vieillissant, non productifs, comme certains qui sont partis cet été. D’importants joueurs âgés, ou décevants, ont quitté le club cet été comme Petr Cech, Stephan Lichtsteiner, Danny Welbeck, Laurent Koscienly, Carl Jenkinson, Nacho Monreal, Mohamed Elneny et Mikhitaryan, les deux derniers ont été cédés par l’intermédiaire de prêts. Pour chacun des joueurs vendus, leurs meilleurs jours sont probablement derrière eux et nombre d’entre eux étaient payés comme des “contributeurs” même quand Unai Emery les utilisait avec parcimonie”

“Changer l’équipe n’a pas été simple. Autour du club, des proches estimaient avant le mercato qu’aucun changement majeur de l’équipe n’aurait pu avoir lieu avant l’été 2021 et l’expiration des contrats d’Ozil et Mikhitaryan”.

“Les nombreux achats ont dû être compensés par des sacrifices. Arsenal ne souhaitait pas se séparer d’Alex Iwobi mais a senti que la somme proposée (40 millions de livres) était bien trop importante pour refuser, particulièrement au moment où la valeur de l’intermittent Mkhitaryan n’était pas élevée. Sachant qu’aujourd’hui le départ de l’arménien a été acté, il n’est pas certain qu’Unai Emery et le départ du directeur du football sont très satisfaits d’avoir laissé filer l’ailier nigérian.”

Cette reprise en main, nécessaire, de la masse salariale est une volonté provenant des plus hautes sphères du club, notamment des propriétaires américains (Famille Kroenke) : ” le rééquilibrage des salaires provient de la volonté du propriétaire Kroenke, et le prêt avec prise en charge intégrale du salaire démontre bien cette nouvelle stratégie. Dans un monde où le prix des prêts ne cessent d’augmenter, les gunners ont accepté une somme relativement faible qui pourrait atteindre 2.8 millions de livres, sans aucune obligation d’achat. La priorité était bien la prise en charge du salaire colossal (200 000 livres par semaine !), ce que les dirigeants romains ont acceptée : cet accord permet au club d’économiser près de 10 millions de livres.

Résultat de recherche d'images pour "raul sanllehi pepe"
Ceballos, symbole du rajeunissement de l’effectif (Getty images)

“Bien entendu, l’économie de 45 millions de livres n’est pas restée dans les caisses du club. Une importante portion a été réinvestie dans les salaires de nouveaux joueurs, comme Nicolas Pépé dont le transfert représente la somme déboursée pour un joueur la plus élevée de l’histoire du club derrière le très irrégulier Mezut Ozil , David Luiz et Dani Ceballos”

“L’âge moyen des joueurs, sans prendre en compte celui de David Luiz, tourne autour de 23 ans. Le club s’est rajeuni, et fort probablement amélioré. C’est donc un travail astucieux, mais la tâche de Sanllehi, qui va former le nouveau duo au sommet de la direction sportive, est loin d’être achevée. Le contrat de Mkhitaryan sera rediscuté à la fin de la saison, lorsque le club cherchera à le vendre, mais cette fois de manière définitive. Les tentatives de vente du médiocre Mustafi ont échoué : si des intérêts ont été démontrés, aucune offre officielle n’a été faite au club pour le défenseur allemand. Rien ne démontrait également que le joueur souhaitait réellement partir.”

Enfin, le journaliste aborde le sujet du salaire collosal de Mezut Ozil ” Le cas Ozil est important. Il touche près de 350 000 livres par semaine, ce qui est colossal pour le club. Les dirigeants auraient aimé lui trouver un point de chute cet été après avoir activement proposé ses services sans aucun résultat, ils tenteront de nouveau de le transférer dès janvier, même si les dirigeants ont reconnu que les acheteurs n’allaient pas se bousculer pour l’ancien numéro 10 du Réal Madrid. Cela pourrait changer l’été prochain, lorsqu’Ozil devra considérer un contrat longue durée, ce qu’arsenal pourra lui offrir, et ce qu’il souhaite pour la fin de sa carrière. Ses représentants discutent avec les dirigeants de DC United, mais ces discussions risquent de ne jamais conclure sur un transfert.”

“Qu’importe ce qu’il se passe avec Ozil, Mustafi ou Mkhitaryan, la pression a significativement augmenté cet été grâce au mercato grandiose réalisé par Sanllehi. Dorénavant, Arsenal paraît plus créatif, avec de nouveaux joueurs meilleurs et reste capable de réajuster son équipe si besoin cet hiver. Arsenal n’est pas encore parfaitement équilibré d’un point de vue économique, mais le club a tout pour avancer sereinement.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *