Laurent Koscielny : Une histoire d’amour qui finit mal

laurent-koscielny-quitte-arsenal_260438

Après 9 années de bons et loyaux services rendus à Arsenal, Laurent Koscielny a donc décidé de quitter Arsenal. Une décision qui a entraîné un long feuilleton estival avant son dénouement ce mardi, Koscielny a ainsi signé pour 5 millions d’euros à Bordeaux. Malgré cette fin décevante, Koscielny restera sûrement dans les mémoires comme le meilleur défenseur d’Arsenal de ces dix dernières années. Retour sur une carrière mouvementée en Angleterre pour le natif de Tulle.

Laurent-Koscielny_1674792c

2010-2013 : Des débuts encourageants

Tout commence donc le 7 juillet 2010, quand Arsenal officialise l’arrivée pour 12,5 millions d’euros du jeune défenseur de 24 ans Laurent Koscielny après une saison pleine à Lorient. Le début d’une idylle entre les supporters et un joueur pas toujours parfait. L’exemple parfait : cette mésentente avec Szczesny à la 89e en finale de League Cup qui coûte le titre aux Gunners, titre que les fans attendaient depuis 6 ans. Cette bourde conclura néanmoins une première saison plutôt aboutie sous le maillot des Gunners, idem pour les deux saisons suivantes où il confirme qu’il est le meilleur défenseur central d’Arsenal, comme en témoigne sa deuxième partie de saison 2012- 2013 où “Bosscielny” dégoûtera la plupart des attaquants de Premier League. Koscielny étale donc son potentiel tout en marquant des buts décisifs comme ceux contre Manchester City, West Brom ou encore celui à Newcastle qui donne la qualification en Ligue des Champions devant Tottenham en 2013.

209279

2013-2016 : Un Koscielny à son top

Sa saison 2013-2014 sera la plus pleine depuis son arrivée avec 57 matchs joués et une place de patron de la défense où il est associé la plupart du temps à Per Mertesacker en raison de la longue blessure de Vermaelen. Une saison de très bonne facture pour le Français ponctuée par un but crucial en final de FA Cup contre Hull City qui vient égaliser avant que Ramsey ne vienne marquer et délivrer le peuple d’Arsenal avec le premier trophée depuis 2005.

De 2014 à 2016 Koscielny est à son pic et rien ne l’arrête, la saison 2014-2015 le voit gagner sa deuxième FA Cup en deux ans en ayant jouer un rôle important dans ce parcours. Il est dans l’équipe type de la Premier League 2014, porte pour la première fois le brassard de capitaine et est adoubé par les plus grand comme Rio Ferdinand, légende de Manchester United qui déclare en décembre 2015 que Koscielny est le meilleur défenseur de la ligue :  « Le genre de mec contre qui vous ne voulez pas jouer, il est rapide et très agressif ». Son excellente saison 2015-2016 se clôture par un Euro en France où il brille dans une charnière nouvelle en l’absence de Varane, d’abord aux cotés de Rami puis de Umtiti à partir des quarts de finale. Avant d’arriver en final il n’avait réalisé qu’une faute en six matchs, preuve qu’il a réussi à gommer son principal défaut souvent montré du doigt en Équipe de France.

FILE - In this Wednesday, April 24, 2019 file photo, Arsenal's Laurent Koscielny looks on during their English Premier League soccer match againsy Wolverhampton Wanderers at the Molineux Stadium in Wolverhampton, England. Arsenal says captain Laurent Koscielny has refused to travel with the team for its preseason tour to the United States, it was announced Thursday, July 11. The Premier League club released a statement saying it was “very disappointed by Laurent’s actions, which are against our clear instructions.” Arsenal says it was working to resolve the matter. (AP Photo/Rui Vieira, file)
FILE – In this Wednesday, April 24, 2019 file photo, Arsenal’s Laurent Koscielny looks on during their English Premier League soccer match againsy Wolverhampton Wanderers at the Molineux Stadium in Wolverhampton, England. Arsenal says captain Laurent Koscielny has refused to travel with the team for its preseason tour to the United States, it was announced Thursday, July 11. The Premier League club released a statement saying it was “very disappointed by Laurent’s actions, which are against our clear instructions.” Arsenal says it was working to resolve the matter. (AP Photo/Rui Vieira, file)

2016-2019 : Les galères s’enchaînent

La saison 2016-2017 du boss ne sera pas du même calibre que les précédentes pour plusieurs raisons, un nouveau compère en défense acheté pour 40 millions souvent aux fraises, un joueur essoufflé d’une saison à presque 60 matchs qui fut rallongée par l’Euro. Malgré son rôle de capitaine tout au long de la saison à cause des blessures à répétition de Per Mertesacker, Laurent sera souvent trop seul dans une défense beaucoup trop friable, en témoigne les deux humiliations contre le Bayern en huitième de finale de Ligue des Champions (1-5 puis 5-1) et une décevante cinquième place synonyme d’absence de Ligue des Champions, une première dans l’ère Wenger.

La saison suivante sera du même acabit : des prestations en demi-teintes, Koscielny n’est, une nouvelle fois, pas aidé par un partenaire de charnière dont la réputation n’est plus à faire. Malgré ça, Arsenal se hisse en demi-finale d’Europa League contre l’Atletico Madrid. Le match aller est une Arsenal madness, une ultra-domination stérile à 11 contre 10 jusqu’au but de Lacazette en seconde période avant que notre capitaine ne rate complètement son dégagement et laisse Griezmann égaliser en fin de match. 1-1 score final et mission presque impossible pour la qualification. C’est au match retour que tout s’écroule pour Koscielny. Alors que l’on joue la 8e minute, le français tombe tout seul au milieu du terrain. Le bilan est dur : rupture du tendon d’Achille. Six mois d’absence donc et surtout le rêve d’une dernière coupe du monde avec la France qui s’envole en un clin d’œil. S’en suivent six mois de rééducation particulièrement douloureux, comme il le racontera dans une interview très émouvante pour Téléfoot. Il signe son retour le 3 février dernier pour le match contre le leader Manchester City et marque le but de l’égalisation, anecdotique puisque City gagnera 3-1 sur sa pelouse. Dès son retour Koscielny redevient le patron de la défense et impressionne alors que beaucoup le pensait bon pour la retraite. Il fera une bonne fin de saison même si gâchée par cette malheureuse finale d’Europa League complètement ratée face à Chelsea.

officiel-bordeaux-s-offre-laurent-koscielny-pour-3-ans-koscielny,260735

Un départ forcé qui laisse un goût amer

Face à ce bilan, on peut se dire que Koscielny est un très grand joueur d’Arsenal et qu’il aura marqué le club. C’est vrai. Mais le 11 juillet dernier, un communiqué du club tombe : Laurent Koscielny refuse de participer au stage de pré-saison aux Etats-Unis. Une annonce tombée du ciel qui a provoqué la stupéfaction des supporters d’Arsenal face à cette décision incompréhensible. Plus que ses envies de départ, c’est la manière qui interpelle. Laurent Koscielny, capitaine des Gunners, membre ultra-respecté du vestiaire et adulé par les supporters, ne veut plus jouer avec Arsenal et ne voyage même pas avec ses coéquipiers. Une attitude indigne d’un joueur qui a voulu se placer au-dessus de l’institution qu’est The Arsenal. Une attitude indigne d’un joueur qui a toujours été défendu par les fans. Une attitude indigne d’un joueur que le club a toujours soutenu, notamment lors de sa grave blessure au tendon d’Achille. Et malgré la volonté d’Unaï Emery de le garder pour la saison en raison des problèmes défensifs du club, le français ne veut rien entendre et décide de partir au clash avec le board. Là encore, les actions de Lolo sont incompréhensibles alors qu’il ne lui reste qu’un an de contrat et qu’il aurait très bien pu partir libre dans le club qu’il souhaitait la saison prochaine.

C’est donc finalement les Girondins de Bordeaux qui s’attachent les services de Laurent Koscielny, pour cinq petits millions d’euros. Cerise sur le gâteau, et chacun l’interprétera de la manière dont il le souhaite, mais la vidéo de présentation n’a pas laissé indifférent les supporters d’Arsenal. On le voit en effet retirer le maillot d’Arsenal pour enfiler celui de Bordeaux. Simple erreur de communication ou véritable attaque envers le club ? Toujours est-il que le geste est maladroit. Tout comme son post d’adieu sur Instagram qui ressemble à celui d’un joueur qui ne serait resté qu’une ou deux saisons au club. Un message aussi plat et sans âme. Pas celui d’un joueur ayant passé 9 ans à Arsenal. Pas celui d’un capitaine des Gunners.

—> https://www.instagram.com/p/B01hzXaFZQ9/

Une fin donc très triste pour un joueur qui aura eu bien plus de hauts que de bas avec Arsenal. Mais à Arsenal plus qu’ailleurs, les histoires d’amour finissent mal en général.

#Bergunner

Bergunner

Arsenal Till I Die

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *