Le brassard en cadeau d’anniversaire pour Xhaka

David Ornstein (BBC) l’a annoncé ce matin, Granit Xhaka, dont c’est l’anniversaire, a été élu capitaine d’Arsenal pour la saison à venir. Une nomination attendue et controversée pour un joueur dont les performances sont très inégales depuis le début de saison. Les vices-capitaines sont, dans l’ordre : Aubameyang, Bellerin, Lacazette et Özil. Le Suisse est désormais capitaine de son pays et d’Arsenal, une phrase qui laisse perplexe. 

Formé au FC Bâle, Xhaka s’envole en 2012 pour l’Allemagne, au Borussia Mönchengladbach. C’est sur les terrains de Bundesliga que Granit se fait un nom en Europe. Auréolé d’une bonne réputation outre Rhin, il porte le brassard de capitaine au Borussia. Il est d’ailleurs nommé dans le XI type du championnat à la fin de sa dernière saison. C’est en partie ce qui lui permet en mai 2016 de rejoindre Arsenal contre la modique somme de 42 millions d’euros. Le montant justifie les attentes placées en lui et surtout le besoin pour le club de recruter à ce poste.


Xhaka a su démontrer en Allemagne sa bonne qualité de passes, capable de distiller d’excellents ballons pour servir le front de l’attaque. Ses quelques coups-francs, ou frappes lointaines visibles sur le net, lui ont valu le surnom de « Xhakaboom ». Plus qu’une excellente patte gauche, il est vanté pour son volume de jeu, omniprésent au milieu et remplit parfaitement sur le papier, le rôle de milieu relayeur qu’il manquait à Arsenal.

Arsène Wenger lui fait confiance dès sa première saison, l’alignant 32 fois en tant que titulaire en championnat. Il réalise une première saison intéressante, même si l’on voit déjà apparaître les faiblesses du suisse. Xhaka a des qualités indéniables, notamment dans le jeu long, mais il est également très lent dans le jeu. Ses multiples sautes de concentration qui coûtent parfois chères à l’équipe, lui valent quelques tours en tribune, suspendu pour des cartons jaunes à répétition (2 cartons rouges dans le jeu).

Trois saisons plus tard, Granit ne semble pas avoir progressé et réitère inlassablement les mêmes erreurs. C’est pourtant lors de la dernière campagne qu’il réalise sa meilleure saison sous le maillot des Gunners. Si bien que certains le considèrent comme l’un des meilleurs joueurs de la saison, pour sa régularité notamment. Il donne désormais une image de leader, par son importance au cœur du jeu mais aussi pour son dévouement et son engagement sur le terrain. Les départs cet été de Koscielny, Cech, Ramsey ou encore Monreal ont laissé un grand vide en terme de leadership. C’est pourquoi, il s’affirme comme le plus apte à porter le brassard aux yeux du coach espagnol.

Un rôle qu’il connaît bien et qu’il peut endosser pourtant, il ne paraît plus aussi intouchable que les saisons précédentes dans l’entrejeu. Le recrutement de Dani Ceballos et l’intégration de Joe Willock en équipe première ou encore les bonnes performances de Matteo Guendouzi depuis la saison dernière menacent son temps de jeu. Unaï Emery a beaucoup expérimenté en ce début de saison : milieu à deux, à trois, en losange, le coach nous en a fait voir de toutes les couleurs, mais nul doute qu’au fil de la saison, le milieu va se stabiliser. Pour le moment, avantage au Suisse et à Torreira qui offrent plus de garanties au vu de leur complémentarité et de leur expérience ensemble la saison passée. Toutefois, les choses sont amenées à bouger, si l’un des joueurs est en dessous, puisque Emery a désormais l’embarras du choix au milieu.

Or les performances du Suisse posent question et son maintien dans le onze peut sembler injuste compte tenu des performances des trois jeunes milieux cités précédemment. Sa nomination en tant que capitaine apparaît alors comme un totem d’immunité pour un joueur qui n’arrive pour le moment pas à élever le niveau de l’équipe. Bien au contraire, le Suisse est toujours aussi frustrant depuis l’entame du championnat. Il continue de provoquer les mêmes fautes inutiles (numéro 1 du nombre de fautes à Arsenal), avec déjà 3 cartons jaunes à son actif en 5 rencontres. C’est d’ailleurs le joueur qui a provoqué le plus de penalties en PL (5) depuis son arrivée en Angleterre. Ces statistiques peuvent être interprétées dans tous les sens, on peut y voir un joueur agressif et autoritaire sur le terrain, ou alors quelqu’un de naïf et en retard à la récupération.

Finalement, Xhaka est un homme de caractère qui a déjà porté le brassard au cours de sa carrière, avec succès. Il entre, à 27 ans, dans sa quatrième saison avec les Gunners et fait partie des joueurs les plus expérimentés du groupe, à un poste où il peut se faire entendre de ses coéquipiers. À lui de montrer l’exemple sur le terrain et en-dehors pour devenir le capitaine dont les Gunners ont besoin pour retrouver les sommets. Premier test ce lundi avec un déplacement à Old Trafford, où Arsenal n’a pas gagné depuis des années en PL.

#Benjamin & #Julien
#COYG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *