Le problème des gardiens 

Tout a basculé le 20 juin dernier. Les Gunners lourdement défaits par Manchester City après le restart, se déplacent à Brighton. Si là encore, les hommes d’Arteta trébuchent, l’important est ailleurs. Bernd Leno, se blesse à la jambe droite après un contact avec Neal Maupay dans les airs. On craint alors le pire après les cris de douleur de l’international allemand, qui ne décolère pas lors de sa sortie du terrain. Évacué sur civière, il invective l’attaquant français de vive voix, lui reprochant sans doute de ne pas avoir retenu sa course. Puis la nouvelle tombe, le portier allemand, sera éloigné des terrains pour plusieurs semaines, mettant fin à sa saison. Une catastrophe. Leno était jusqu’ici le joueur le plus régulier dans ses performances avec Aubameyang.

Cette blessure s’ajoute à celles de Granit Xhaka et Pablo Mari contractées lors du match précédent et il est malheureusement impossible de recruter pour compenser ces pertes à ce moment de la saison. Face à cette situation, Arteta n’a pas d’autres choix, que de faire confiance à son deuxième gardien pour assurer l’intérim jusqu’au rétablissement de Leno. La suite on la connaît, Emiliano Martinez, titularisé après la blessure de Leno a connu une accélération de carrière phénoménale.

Arsenal’s Pierre-Emerick Aubameyang celebrates scoring his side’s winning penalty with goalkeeper Emiliano Martinez during the Community Shield at Wembley Stadium, London. Photo by Icon Sport – Pierre-Emerick AUBAMEYANG – Emiliano MARTINEZ – Wembley Stadium – Londres (Angleterre)

Les performances de l’Argentin ont impressionné, à tel point que la hiérarchie des gardiens a été remise en cause tout l’été par les supporters. Fort de ses bonnes prestations en Premier League et lors des victoires en Coupe d’Angleterre et au Community Shield, la carrière de Martinez a décollé en l’espace de quelques semaines. Dans l’ombre depuis son arrivée en Angleterre en 2010, l’Argentin a enfin pu exprimer son talent dans la durée. Un exemple d’abnégation pour celui qui a été prêté à 6 reprises avant de prétendre à une place de numéro un à Arsenal. Après avoir enfin goûté à la reconnaissance qu’il mérite, l’Argentin ne compte pas retourner sur le banc des remplaçants. D’autant qu’avec du temps de jeu en club, il a sa carte à jouer en sélection nationale argentine et que d’autres clubs de Premier League souhaitent s’attacher ses services.

En effet, son profil est plus qu’intéressant car à 28 ans, il entre dans ses meilleures années de gardien de but et bénéficie du précieux statut de homegrown. Malheureusement pour lui, Leno reste numéro un aux yeux d’Arteta. L’entraîneur espagnol ne peut assurer une place de titulaire à Martinez et lui fait savoir indirectement en préférant l’allemand lors de la première journée de Premier League. La position de l’Argentin est désormais claire, il doit partir pour jouer les premiers rôles. Le 16 septembre, Martinez rejoint donc Aston Villa contre une somme de 20 millions de livres, pour y devenir numéro un au poste de gardien. C’est à la fois l’opportunité pour le joueur de réaliser son rêve et pour Arsenal de renflouer les caisses pour la suite de son mercato.

Aston Villa goalkeeper Emiliano Martinez during the Premier League match at Villa Park, Birmingham. By Icon Sport – Emiliano MARTINEZ – Villa Park – Birmingham (Angleterre)

Suite à ce départ, Arsenal s’est empressé de remplacer son gardien de but, en s’appuyant sur les recommandations de l’entraîneur des gardiens Iñaki Caña. Ce dernier, a exercé auparavant au FC Barcelone, à Nordsjaelland dans le championnat danois et à Brentford en Championship. Lors de sa dernière expérience il a côtoyé le gardien David Raya. Ce gardien espagnol de 25 ans, formé en Angleterre, a longtemps été pressenti pour remplacer Martinez cet été. Cependant, le club de Brentford ne s’est pas montré vendeur et a même récemment prolongé son portier.

Le choix d’Arsenal s’est alors porté sur Alex Runar Runarsson, ancien gardien de Dijon et de Nordsjaelland. Une solution moins coûteuse (2 millions d’indemnités de transfert) mais qui offre également moins de garantis. En effet, l’international islandais, arrivé en 2018 en Bourgogne pour être numéro un après le départ de Baptiste Reynet, s’est vu relégué sur le banc la saison suivante au profit d’Alfred Gomis, désormais gardien de Rennes. De numéro deux à Dijon, Runarsson devient donc numéro deux à Arsenal : une belle promotion et des questions.

Le départ de Martinez fragilise incontestablement le poste de gardien qui ne repose plus que sur Leno. En cas de blessure de l’Allemand, personne au club n’a a priori le niveau et l’expérience pour le suppléer. Les autres solutions au poste n’ont pas fait leurs preuves et sont pour la plupart inexpérimentées. Outre Runarsson, Arsenal compte dans ses rangs Matt Macey, aujourd’hui âgé de 26 ans, l’Anglais en fin de contrat l’année prochaine n’est pas dans les plans d’Arsenal. Le Macédonien Dejan Iliev, âgé de 25 ans est parti en prêt à Shrewsbury Town après déjà de nombreux prêts ces dernières années. Le joueur n’a pas le niveau pour Arsenal. Dans les équipes de jeunes on trouve également James Hillson (19 ans), Arthur Okonkwo (19 ans), Karl Hein (18 ans) et Tom Smith (18 ans) qui ne semblent pas prêts à faire le grand saut.

En clair, il y a un manque criant de profondeur de banc au poste de gardien qui n’est pas préjudiciable tant que Leno est en forme mais qui peut devenir un vrai problème en cas de blessure ou d’absence liée à la situation sanitaire. La gestion des gardiens de but sera donc un dossier à suivre de près dans les mois à venir et lors des prochains mercatos d’Arsenal.

images Icon Sport et Arsenal.com

#Julien B #COYG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *