Lucas Pérez, la surprise de Tonton ?

Alors que la gronde continuait de grandir encore et encore à l’encontre d’Arsène Wenger après de multiples rumeurs de transferts, le coach alsacien a confirmé les arrivées de Lucas Pérez, ex-attaquant du Déportivo la Corogne, et de Shkodran Mustafi, défenseur du FC Valence. Pour des montants d’environ 20 millions d’euros pour Pérez et 40 millions d’euros pour Mustafi, Arsène Wenger a fait taire les critiques à propos d’argent le concernant.

Du côté de l’équipe, le constat était simple après les deux premiers matchs de Premier League, Arsenal devait se renforcer offensivement dans l’objectif de concurrencer Giroud en pointe. Alors qu’on s’inquiétait de la défense, le retour de Koscielny associé au très prometteur Holding a rassuré tout le monde. L’autre inquiétude était le départ en prêt de Joel Campbell du côté du Sporting Portugal, une cartouche offensive en moins pour Arsenal. Et les prestations plus que douteuses d’un Walcott à côté de la plaque et d’un Alexis complètement isolé en pointe n’ont pas réconforté Wenger dans l’idée de les faire jouer en back-up de Giroud.

L’achat d’un attaquant était presque inévitable. Avec l’arrivée de Pérez, Arsène Wenger tente un pari plus ou moins risqué. Risqué oui, car il y a à peine quelques jours, personne ne connaissait ce joueur à moins de suivre la Liga BBVA tous les week-ends. Avec ce nom devenu public récemment, nous nous sommes donc rapidement penchés sur cet énigmatique attaquant du Déportivo.

Au fur et à mesure de votre lecture, vous remarquerez l’usage constant du conditionnel dans cet article car n’étant relativement pas fan du championnat espagnol, nous n’avons jamais vu jouer Lucas Pérez lors d’une rencontre entière.

Nous avons donc contacter Maxi Franco Sanchez, spécialiste de la Liga espagnole, pour vous aider à vous faire une idée plus précise du profil de joueur qu’est Lucas Pérez et ce qu’il pourra apporter aux Gunners cette saison.

Pour lui, Lucas Pérez était “l’une des sensations de la saison dernière en Liga. Il avait déjà montré des choses intéressantes en 14/15, mais l’an dernier il a vraiment explosé. C’était vraiment lui qui portait le Deportivo la Corogne, d’ailleurs en deuxième partie de saison il a été moins bien et l’équipe l’a payé. Pour 20 millions franchement, je n’irai pas jusqu’à dire que c’est cadeau mais presque, c’était un des bons coups à faire en Liga cet été”.

En statistiques pures attendues pour un attaquant, le résultat est plus qu’intéressant.

Matrice stats pures Pérez

En comparaison des plus grands attaquants de Liga, Lucas Pérez est loin d’être ridicule. Même si son nombre de buts est inférieur, il dépasse Griezmann et Benzema en chances créées, passes décisives et passes clés. Un joueur qui, malgré un effectif moins glorieux et des partenaires moins prestigieux, semble se donner les moyens de réussir lorsqu’il est sur le terrain. Et à l’inverse d’un Théo Walcott toujours passif, Lucas Pérez montre une activité offensive qui mériterait mieux. Mais avec 17 buts et 8 passes décisives lors de la saison dernière, le profil du buteur tueur semble se dessiner.

L’avis de Maxi Franco Sanchez : “Ce qui m’a le plus impressionné chez lui c’est sa capacité à se créer des occasions à partir de rien, et sa facilité à combiner avec ses partenaires, surtout Luis Alberto l’an dernier.” 

Le profil du tueur ? 

En y regardant de plus près, Lucas Pérez est un attaquant de surface. Avec 15 buts sur 17 au total marqués à l’intérieur de la surface de réparation, le profil de l’attaquant espagnol pourrait s’associer parfaitement avec celui d’Olivier Giroud.

“C’est un joueur assez complet, il peut jouer seul en pointe, en soutien d’une vraie pointe (à titre personnel, c’est dans ce rôle que je le préfère), ou sur un côté.”

Son activité incessante sur le front de l’attaque lui permet de se procurer des opportunités de tirs plusieurs fois dans un match et il semblerait qu’il n’hésite pas à tenter sa chance en dehors des 16 mètres pour un ratio de buts cependant moins élevé.

“Il peut scorer des « buts de renard », de l’extérieur de la surface, de la tête etc… Il participe à l’élaboration du jeu et délivre pas mal de passes décisives”.

Matrice stats de tirs Pérez

Une attitude proche d’Alexis Sanchez ?

Là encore, tout n’est que supposition. Mais Lucas Pérez semble être un joueur qui ne lâche rien de la première à la dernière minute. Une attitude rageuse similaire à ce qu’Alexis peut faire lorsqu’il presse les défenses adverses. Cette hargne semble mener les défenseurs à faire souvent faute sur lui comme le prouve les 47 fautes subies la saison dernière. En revanche, Lucas Pérez commet un nombre important de fautes.

“Etat d’esprit irréprochable, donne tout sur le terrain. Sa capacité à évoluer à plusieurs positions sur le front de l’attaque, sa vitesse et sa palette offensive assez large, on peut le comparer à Alexis Sanchez.”

Matrice stats comportement

Mais l’ancien attaquant du Déportivo a aussi quelques défauts. Pour Maxi Franco Sanchez, Pérez semble être “un peu irrégulier” et qu’il “a parfois tendance à avoir une attitude pas très fair-play sur le terrain, simulant souvent dans la surface”. Un autre point qui pourrait s’avérer important dans les semaines à venir concerne sa capacité d’adaptation dans un club comme Arsenal. En effet, le club londonien est “son premier gros club, à un âge relativement avancé déjà” sachant qu’il n’a pas fait la préparation avec l’équipe et ses nouveaux coéquipiers.

En attendant de le voir évoluer sur les pelouses anglaises, l’analyse des statistiques individuelles de Lucas Pérez nous permet de distinguer un joueur rageur, toujours bien placé et n’hésitant pas à donner de sa personne pour se créer des occasions de buts.

Toutes les statistiques affichées proviennent du site spécialisé Squawka.com

#Albin #WelcomePérez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *