Martin Ødegaard : de l’espoir et des questions

“Je me sens chez moi depuis le premier jour, je suis heureux d’être ici et je me sens bien, déclarait Ødegaard au début de son prêt dans le nord de Londres. Vous ne savez jamais ce qui va se passer. Pour le moment, je veux juste faire de mon mieux cette saison et aider l’équipe autant que possible.” A tout juste 22 ans, Martin Ødegaard semble s’installer comme un futur cadre, pas seulement chez les Gunners, mais aussi en sélection norvégienne où il est devenu capitaine. Focus sur ses premiers pas en Angleterre.

Il était une fois… Martin !

Martin Ødegaard, pétri de talent, quitte sa Norvège natale pour rejoindre les rangs de la Castilla à Madrid en 2017. Il est ensuite prêté en Eredivisie à plusieurs reprises avant de faire son trou véritablement à l’âge de 18 ans sous les couleurs du club de Vitesse Arnhem. Une saison 2018/2019 à 11 buts et 12 passes décisives, au poste d’ailier droit, qui ne laisse plus indifférent. Le jeune norvégien poursuit alors ses gammes à la Real Sociedad où il devient un titulaire indiscutable toute la saison, cette fois-ci au poste de meneur de jeu et finira avec 7 buts et 9 passes décisives toutes compétitions confondues.

Après trois prêts successifs, Zidane le teste alors à la rentrée 2020 et le fait rentrer dans son 11 de départ, mais la joie est de courte durée. Martin voit son temps de jeu diminuer très rapidement avant de cirer le banc juste avant les fêtes.

Des épaules lourdes sous le poids des attentes

De son côté, l’équipe d’Arteta pointe à la 15e place à la mi-décembre, après une série de 7 matchs sans victoire. Le tacticien espagnol tente alors de passer en 4-2-3-1. Mais sans réel meneur de jeu sous la main, il teste successivement Willian et Lacazette à ce poste. C’est finalement le jeune Emile Smith Rowe qui s’impose en 10 après la victoire (3-1) face aux Blues de Chelsea fin décembre, lors du fameux Boxing Day. Cependant, compte tenu de l’historique des blessures de l’Anglais et de son manque d’expérience au plus haut niveau, impossible d’envisager la deuxième partie de saison sans doublure à ce poste.

Une intégration réussie

Pour faire souffler Emile Smith Rowe, Arteta réussit à attirer Martin Odegaard au mercato hivernal, sans option d’achat. Avec son 4-2-3-1 sur les rails et une série de 6 matchs sans défaite en championnat, l’équipe semble stabilisée. Les premiers pas du gaucher norvégien interviennent lors du match contre Manchester United pour quelques minutes seulement. Martin semble manquer de rythme et de forme physique. Il rentre en cours de match, principalement à la place d’Emile Smith Rowe et ne sera aligné avec lui qu’à partir du match face à Leeds.

Alors que l’on voyait un schéma de jeu établi avec Lacazette en pointe et Aubameyang sur le côté gauche, c’est finalement le Gabonais qui va prendre la place de numéro 9, laissant s’installer ESR, Ødegaard et Saka pour compléter l’attaque. A y regarder de plus près et au vu de la formation Guardiolesque de Mikel Arteta, les postes affichés ne sont pas toujours ceux que l’on retrouve sur la pelouse. Les joueurs offensifs permutent régulièrement. Qu’il soit dans l’axe ou sur l’aile, Martin arrive à trouver des décalages et à faire des différences par la passe ou le dribble. Au-delà de son intelligence de jeu, c’est également pour ses aspects tactiques et physiques qu’il est apprécié ainsi que par sa volonté de presser l’adversaire sans cesse. Après quelques matchs où il multiplie les touches de balles et les passes peu risquées, le jeune Martin prend peu à peu confiance et affirme sa place dans le XI d’Arsenal.

Des responsabilités et de la confiance

Des matchs références

Un vent souffle, non pas sur la Bretagne armoricaine, mais sur la pelouse de l’Olympiakos, en ce jeudi 11 mars et c’est un vent qui rappelle de mauvais souvenirs aux supporters du nord de Londres. Et quoi de mieux qu’un boulet de canon pour bien démarrer chez les Gunners ? Une frappe à près de 100km/h vient alors siffler sous la barre du portier portugais José Sa qui ne peut rien faire. Une explosion de joie et une victoire 3-1 viennent compléter un match solide d’Ødegaard.

Dans un derby mal embarqué contre les Spurs à l’Emirates Stadium après un magnifique coup du foulard de Lamela, Ødegaard parvient à remettre son équipe sur le droit chemin grâce à un but chanceux sur une frappe déviée. La volonté et l’envie démontrées lors de ce match par Ødegaard viennent alors nous frapper l’esprit. Le gamin a de la personnalité et la volonté de ne rien lâcher avec ses coéquipiers. Lacazette, de retour dans le costume de sauveur transforme le pénalty vainqueur pour une solide victoire des Gunners dans ce North London Derby si important. 

Quelques jours plus tard, Martin, qui a par ailleurs un nom de petit écolier à la française, prend le rôle du professeur face à West Ham. Menés 3-0 à la 30e, les Gunners sont une nouvelle fois dans le dur. Mais grâce, en grande partie, à la superbe 2e période du jeune norvégien, l’attaque d’Arsenal parvient à marquer trois fois pour accrocher le point du match nul. A l’origine des trois buts et multipliant les démonstrations de vista et de détermination, Arteta ne s’y trompe pas « Je pense qu’il a fait une performance incroyable, il était très intelligent dans sa façon de lire le jeu, dans la façon dont il affectait le jeu et encore une fois, il a montré à quel point il voulait gagner. Quand tout le monde tremblait un peu, il nous a donné ce sang-froid sur le ballon et il a créé chance après chance”.

De l’envie et du talent.

Quel avenir chez les Gunners ?

« Je ne pense pas à ce qui adviendra cet été. Mon prêt s’étend jusqu’à fin juin. On verra bien. En tout cas, je répète ce que je disais déjà il y a plusieurs mois, j’ai besoin de stabilité et de m’épanouir pleinement quelque part” déclarait le joueur récemment. Nul ne sait encore ce qu’il adviendra à la fin de la saison, mais une chose est sûre, Martin est un formidable joueur, un cadre peut-être comme le démontre son capitanat au sein de la sélection norvégienne. Pour certains, il incarne déjà le successeur d’un certain Mesut Özil. Si la pépite du Real Madrid s’est montrée timide lors de ses premières apparitions sous les couleurs d’Arsenal, ses dernières performances, depuis son but contre l’Olympiakos, sont de très bonne facture. Son avenir dépendra beaucoup de la situation en Espagne mais le Norvégien semble se plaire à Londres. Il semble avoir trouvé un football qui lui convient et au sein duquel il semble prendre du plaisir. SI Arsenal souhaite le conserver, le club devra sortir le chéquier. Le joueur est évalué à 40 millions d’euros et possède une clause libératoire de 350 millions d’euros. En attendant, Martin Ødegaard a encore quelques matchs importants à disputer sous le maillot des Gunners. Avec, pourquoi pas, un trophée en Europa League, qui sait… 

#ThomasDecaen #AFC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *