Les vieux démons d’Arsenal

Ce deuxième match de Premier League en 2019, est l'occasion de revoir d'anciennes connaissances. En effet, Samir Nasri retrouve l'Angleterre grâce à Pellegrini, après avoir purgé sa suspension pour dopage. C'est aussi l'opportunité pour Sokratis et Arnautovic de se rappeler au bon souvenir du Werder Brême. Du côté d'arsenal, l'infirmerie s'est largement vidé et Emery peut compter sur tous ses défenseurs centraux expérimentés. Il ne s'en prive pas et aligne une défense à trois avec Kolasinac et Maitland Niles sur les ailes. Au milieu, Torreira est préservé au profit de Guendouzi et de Xhaka. Devant on retrouve à nouveau Iwobi, auteur de bonnes sorties récemment. Enfin, le duo tant réclamé Auba-Laca est aligné d'entrée avec pour tâche de faire pleuvoir les buts cet après-midi.

1re période :

Le match commence prudemment il faut attendre la 5ème minute pour voir la première frappe du match. Sur une course le long de la ligne Antonio dépose Xhaka, pour servir Nobel qui frappe sans conviction. Les hammers sont hauts sur le terrain mais n'appliquent pas de pressing, ce qui permet aux gunners de développer leur jeu et d'exploiter les espaces laissés par les locaux. En témoigne l'action de Lacazette à la 13ème minute qui transperce littéralement la défense adverse trop passive avant de buter sur Fabianski. En revanche ils s'exposent à la vitesse des attaquants adverse, qui privilégient les centres sans grande réussite.

Les trois attaquants du jour se trouvent facilement mais n'arrivent pas à se mettre en position de tir. Pourtant les espaces ne manquent pas, à l'image de Kolasinac parfaitement lancé par Iwobi (à la 22ème) qui préfère passer alors que la frappe semblait être la meilleure solution.

On joue la 25ème minute et Nasri est à deux doigts d'ouvrir la marque sur une action dont lui seul a le secret. Si la défense est bien en place, les deux milieux de terrain des gunners sont trop tendres en défense et systématiquement en retard.

Après une demi-heure de jeu, les gunners sont dominés par les Hammers. Arsenal est proche d'être mené, sur une frappe lointaine à ras de terre de Felipe Anderson, qui passe tout près du poteau droit de Leno. Guendouzi lui répond quelques minutes plus tard avec une frappe spontanée qui flirte avec la lucarne adverse.

Avant la mi-temps, sur un nouveau corner de West Ham, le très convoité Rice reprend le centre d'une tête puissante, heureusement hors cadre. La première mi-temps est finalement assez pauvre en occasions franches mais laisse entrevoir des possibilités en deuxième période pour les deux équipes. Arsenal a comme souvent cette saison du mal à rentrer dans son match et concède le nul à la mi-temps.

West Ham Zabaleta Lacazette

2ème période :

Sous une pluie de bulles de savon le match reprend avec les mêmes joueurs.

Rice qui avait failli marquer avant la pause ne se fait pas attendre. A la suite d'un corner, Felipe Anderson remet le ballon dans la surface après s'être débarrassé du marquage de Lacazette. Nasri démarqué, transmet sereinement à Rice qui ajuste le gardien à bout portant face à une défense passive. West Ham mène logiquement 1 à 0 dès le retour des vestiaires. Felipe Anderson est au-dessus du lot dans cette partie et pose de vrais soucis aux gunners. La réaction d'Arsenal se fait attendre.

La solution n'est peut-être pas sur le terrain et Emery réagi rapidement en procédant à deux changements. Torreira et Ramsey font leur entrée à la place de Xhaka et Mustafi. On repasse donc à une défense à quatre plus classique. La frustration des joueurs se fait sentir lorsque Kolasinac découpe Antonio à l'heure de jeu (carton jaune).

Les gunners poussent enfin et se créent des occasions. Mais ni Aubameyang parfaitement servi par Kolasinac, ni Iwobi, décalé par Ramsey d'une subtile talonnade ne parviennent à cadrer.

A vingt minutes du terme, Bellerin rentre à la place de Maitland Niles, tandis que Nasri et Arnautovic sont remplacés par Carroll et Snodgrass.

La fin du match est d'une pauvreté affligeante pour Arsenal, incapable d'aligner trois passes dans les 30 derniers mètres. Une équipe sans solutions et sans envies qui s'incline face à West Ham qui a su faire le boulot sans être réellement inquiété. Emery semble avoir oublié que pour qu'un joueur comme Aubameyang marque, il faut des joueurs créatifs à la passe.

Semaine difficile pour les gunners entre l'annonce par Emery qu'il n'y aurait pas d'argent pour des recrues cet hiver et la ligue des champions qui s'éloigne avec cette défaite. D'autant que le prochain match des gunners les opposera aux blues de Chelsea. L'équipe doit se remobiliser, pour tenter d'atteindre ses objectifs du début de saison, si tenté que la ligue des champions en soit encore un…

#Julien

#COYG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *