Que peut-on attendre de cette saison 2019-2020 ?

La saison a débuté depuis déjà un peu plus de deux semaines et Arsenal a plutôt bien démarré sa campagne sur la scène nationale, enchaînant deux succès en deux rencontres, une première depuis 2009. De quoi conforter la bonne humeur qui s’est installée du côté des fans après ce mercato inespéré. Récemment interviewé par David Ornstein de la BBC, le vice-président du club, Josh Kroenke, a dévoilé ses ambitions à court terme. L’objectif est de retrouver la Champions League dès la saison prochaine, mais la question qui se pose est la suivante : Arsenal peut-il retrouver sa place dans l’élite du football européen ? Eléments de réponse.

Emery

Si la saison passée s’est mal terminée pour Arsenal (il ne faut pas oublier qu’il s’agissait de la première saison d’Unaï Emery sur le banc et que succéder à une légende vivante comme Arsène Wenger, n’est pas simple, surtout après deux décennies de règne), beaucoup de choses ont changé en l’espace d’un an seulement. Nouvelle direction, nouveau staff, nouvelles méthodes de travail, d’importants changements qui ont bien entendu eu un impact considérable sur la gestion du club et la politique sportive.

Cette saison 2018-2019, qualifiée de saison de transition, avait pourtant plutôt bien débutée, malgré deux revers face à Manchester City et Chelsea lors des deux premières journées de Premier League. Il aura fallu en effet attendre la 17e journée pour voir Arsenal s’incliner à nouveau sur la pelouse de Southampton (défaite 3-2). La seconde partie de saison aura cependant été beaucoup moins prolifique et les Gunners ont finalement échoué au bord du podium à deux petits points de Chelsea et un seul point du rival du nord de Londres, Tottenham. Un scénario cauchemardesque pour le club qui a vu la qualification en Champions League s’envoler après une série de mauvais résultats en toute fin de saison.

La finale d’Europa League, synonyme de qualification en Ligue des Champions en cas de victoire, tourne rapidement au désastre. Arsenal s’incline lourdement face aux Blues de Chelsea. Les larmes de Lucas Torreira et la mine lugubre d’Unaï Emery au coup de sifflet final n’y changeront rien. Le club a lamentablement échoué à atteindre son objectif initial, une qualification pour la prochaine édition de la C1, une qualification qui lui tendait pourtant les bras quelques semaines plus tôt.

Torreira 2

Lucas Torreira, en larmes après sa sortie face à Chelsea en finale de la Ligue Europa.

 

Cet échec significatif aura cependant permis aux dirigeants de se rendre compte des faiblesses de l’effectif. De son côté, Unaï Emery avait souhaité  ne pas tout chambouler dès son arrivée, conscient que cette première année devait avant tout servir à déterminer les forces et les faiblesses de l’effectif sur le plan collectif et individuel. Le technicien espagnol a dans un premier temps cherché à s’adapter à son effectif et ses joueurs, donnant une chance à chacun de s’exprimer sur le terrain.

Un bilan plutôt mitigé puisque certains joueurs n’ont pas du tout répondu aux attentes. Emery a ainsi indiqué que plusieurs joueurs devraient quitter le club d’ici la clôture du mercato le 2 septembre prochain (le 22 au Portugal), parmi lesquels Shkodran Mustafi et Mohamed Elneny, plus vraiment en odeur de sainteté du côté d’Ashburton Grove. Le mercato a également permis de combler les manques de l’effectif qui s’est considérablement renforcé avec les arrivées de Nicolas Pépé et Gabriel Martinelli en attaque, Dani Ceballos au milieu, mais également Kieran Tierney et David Luiz en défense.

Par ailleurs, plusieurs jeunes joueurs de l’équipe réserve, qui ont déjà fait leur apparition en équipe première la saison passée, ont été officiellement promus au sein de l’équipe professionnelle. Titulaires lors des deux premières journées de championnat après des prestations convaincantes en pré-saison, Reiss Nelson (19 ans) et Joe Willock (19 ans), deux purs produits du centre de formation, auront vraisemblablement un véritable rôle à jouer cette saison au sein de l’équipe. Emiliano Martinez (26 ans), sera quant à lui le suppléant de Bernd Leno dans les buts. Après une saison en prêt réussie à Reading, le portier argentin s’est vu offrir le poste de numéro 2, tandis que Matt Macey (24 ans) sera le troisième gardien.

Nelson et Willock

Reiss Nelson (à gauche) et Joe Willock (à droite), deux des joueurs les plus prometteurs de l’académie.

Promus eux aussi en équipe première, Emile Smith-Rowe (19 ans) et Zech Medley (19 ans) pourraient être prêtés d’ici la fin du mercato afin de glaner du temps de jeu et d’acquérir de l’expérience avec l’objectif de revenir dans un an afin d’obtenir cette fois-ci un véritable rôle au sein de l’effectif. Il en va de même pour leur coéquipier Eddie Nketiah (19 ans), actuellement prêté à Leeds United en Championship et buteur pour son premier match sous les ordres de Marcelo Bielsa.

Auteur lui aussi d’une belle saison sur le plan individuel du côté de Fulham la saison passée, Calum Chambers fait bel et bien parti des plan du technicien basque pour cette saison et devrait logiquement évoluer en défense centrale cette année. Titulaire lors de la première journée face aux Magpies de Newcastle, le jeune anglais devrait faire office de doublure à David Luiz et aura un vrai rôle à jouer dans la rotation de la charnière centrale, notamment dans les coupes nationales et en Ligue Europa.

Handicapés par de nombreuses absences pour blessures et certains joueurs en manque de rythme, la saison a cependant bien débutée pour nos Gunners. Pas encore à 100% puisque n’ayant pas effectué la pré-saison avec le club, Nicolas Pépé devrait prochainement s’imposer dans le XI d’Emery. Légèrement touché durant la tournée aux Etats-Unis, Alexandre Lacazette n’est également pas au meilleur de sa forme, malgré son but face à Burnley le week-end dernier. Il en va de même pour Lucas Torreira, dont la pré-saison a été retardée suite à sa participation à la Copa America cet été. Tout juste débarqué en provenance de Chelsea, David Luiz, titulaire face à Burnley, n’a de son côté pas eu l’occasion de beaucoup s’entraîner avec ses nouveaux coéquipiers, mais devrait rapidement trouver sa place au sein de l’équipe.

David Luiz of Arsenal during the Premier League match at the Emirates Stadium, London. Picture date: 17th August 2019. Picture credit should read: Craig Mercer/Sportimage via PA Images

David Luiz pour sa première apparition avec Arsenal face à Burnley.

Les retours d’Hector Bellerin et Rob Holding, prévus pour début/mi-septembre, devraient également permettre de solidifier la défense. De son côté, Kieran Tierney, débarqué du Celtic Glasgow il y a quelques semaines, ne devrait pas être de retour à la compétition avant le mois d’octobre. Opéré il y a quelques semaines, le latéral écossais se remet d’une double hernie discale, mais a repris l’entraînement individuel, comme ses deux compères cités précédemment. Holding a quant à lui même pu retrouver quelques sensations en prenant part à un match avec les U23 où il a disputé une mi-temps.

Le probable XI type d’Arsenal pour cette saison (incluant le retour imminent des blessés) :

compo arsenal 2

Désireux de repasser dans un système à quatre défenseurs, le jeu d’Emery devrait s’articuler autour de deux formations, le 4-3-3 classique avec un milieu à trois et le 4-2-3-1 (formation favorite du basque) avec un meneur de jeu (Özil/Ceballos) et deux milieux défensifs/récupérateurs (Torreira/Xhaka/Guendouzi/Willock). Il n’est pas exclu également de voir l’équipe évoluer de manière occasionnelle en 3-5-2 en fonction du schéma tactique mis en place par l’adversaire. Kolasinac et Maitland-Niles étant davantage à l’aise dans ce système. Le premier gros test aura lieu samedi prochain à Anfield face à Liverpool, le vice-champion en titre et actuel leader de Premier League.

Vu la qualité de l’effectif cette saison, il n’est pas exclu que les remplaçants aient un rôle primordial, comme ce fût le cas en début de saison dernière, où le coaching d’Emery faisait merveille avant de perdre de sa superbe en deuxième partie de saison. Un turn-over important devrait être mis en place lors des coupes nationales et des premiers tours de la Ligue Europa comme le veut la tradition, l’occasion pour nos jeunes de s’illustrer et pour les blessés, de retrouver le rythme avant de reprendre leur place au sein du onze.

Notre avis : Si l’objectif principal de retrouver la Ligue des Champions dès la saison prochaine semble tout à fait accessible au vu du renforcement de l’équipe, notamment sur le plan défensif, LA grosse faiblesse de l’effectif la saison passée, le club devrait également jouer à nouveau les premiers rôles en Europa League cette année. Demi-finalistes en 2018 et finalistes malheureux l’an passé, nos Gunners auront à nouveau l’occasion de décrocher un titre européen qui leur échappe depuis 1994.

Attention toutefois à ne pas reproduire les mêmes erreurs que l’année passée. Mal inspiré en fin de saison dernière au niveau de ses choix, Unaï Emery n’a déjà plus le droit à l’erreur s’il veut espérer être encore sur le banc d’Arsenal la saison prochaine. Une quatrième saison sans Ligue des Champions pourrait s’avérer catastrophique économiquement pour Arsenal, notamment après le dernier mercato estival où la majorité des paiements seront échelonnés sur plusieurs saisons.

#FlyMillenium

 

Fly

Fly Millenium ou Millenoob pour les gamers aka Flyou pour les intimes. Formé à l'école Titi Henriesque dès le berceau, il ne jure que par Arsenul, vous savez ce club de loser qui n'a plus gagné un titre depuis des lustres. A l'époque Justin Bieber portait encore des couches made in Toronto. Enfin tout ça c'est de l'histoire ancienne, puisque depuis 2014, les losers... euh les gunners pardon, sont de retour au premier plan, pour le plus grand malheur des footix et des raides débiles. Il aimerait épouser une certaine Nina devant Ashburton Grove et vivre heureux entouré d'une marmaille de petits gooners et gooneurettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *