Per Mertesacker : “Je veux avoir un impact sur les jeunes joueurs”

Travaillant dorénavant au sein de la section des jeunes du club, l’ancien défenseur des Gunners, interrogé par le journaliste du Guardian Stuart James, revient sur le rôle qu’il détient et ce qu’il souhaite insuffler aux jeunes espoirs d’Arsenal dans le cadre de la promotion de son livre.

Dans quel intérêt vous êtes-vous lancé dans l’écriture de votre propre livre ?

C’était un exercice intéressant pour moi de revenir sur trente années dans le football. Je n’étais pas un joueur décrit comme très talentueux, et j’ai toujours voulu savoir pourquoi les gens me disaient “tu n’es pas assez fort”. Et comme dans mon éducation… mon père s’occupait des négociations de contrats et disait “non, c’est trop d’argent”, et refusait alors de prendre le plus d’argent possible. J’étais très énervé contre lui dans ces moments-là, mais il m’expliquait que le meilleur, et le plus important était à venir. Mon éducation a alors eu un impact plus important que ce que j’aurais pu penser.

AFP

Comment ces expériences vous ont-elles influencé en tant que personne/joueur ?

J’ai rencontré dans ma carrière beaucoup d’obstacles, des blessures, j’étais décrit comme un joueur qui n’allait jamais y arriver. Le fait que mes parents m’aient toujours défendu dans ces moments difficiles m’a énormément aidé. Vous ne devez jamais donner trop d’importances à ces difficultés, pour rebondir, et c’est ce qui m’a permis d’y arriver et d’être prêt pour les moments “clés” de ma carrière, lorsque de belles opportunités se sont présentées à moi. Je ne me suis jamais dit : “Bon, là tu as tout”. C’est comme ça que pense la nouvelle génération : “prends, prends, prends”. Non, si vous pensez que votre carrière tourne seulement autour de l’argent et la notoriété, alors vous ne prenez pas le bon chemin.

A quel point votre expérience personnelle influence-t-elle votre travail à l’Academy d’Arsenal ?

Je veux avoir un impact sur les jeunes joueurs et faire partie de leur avenir. Peu importe ce qu’ils font parce que je sais que des joueurs très talentueux de 15-16 ans ont une chance très mince de réussir au plus haut niveau. Le football m’a tellement appris. J’aimerais utiliser mon expérience, mais également leur faire part de la réalité de ce sport, afin qu’ils ne fassent pas d’erreurs sur leur choix de carrière, car vous ne pouvez jamais revenir en arrière.

J’ai eu une éducation très différente des joueurs qui sont ici. J’ai grandi dans une petite ville d’Allemagne. Maintenant, je suis à Londres, je m’occupe de 180 enfants dont seulement 1% d’entre eux réussira à devenir un joueur professionnel. Comment réussir à les diriger ? En étant moi-même, naturel et authentique, mais surtout honnête. Donc, je ne cesse de leur dire “tu peux faire partie des 1%”. C’est difficile parce qu’on doit sans cesse juger, évaluer.

Cependant, si la famille pense que le football est la seule chose qu’on peut faire dans la vie, alors il sera très difficile d’évoluer avec une telle pression. Parfois, j’ai l’impression que certains parents pensent que leur enfant pourra payer les impôts, la pension, surtout à Londres.

Résultat de recherche d'images pour "académie gunners"
La nouvelle génération (brillante ?) des Gunners (Getty images)

Es-tu surpris par ton nouveau rôle dans le club ? Quels sont les défis auxquels tu fais face ?

La qualité du staff que nous avons ici est impressionnante… Je n’avais jamais rien vu de tel. C’est plaisant de prendre soin des joueurs mais parfois, je suis surpris par le nombre de personnes qui peuvent influencer un enfant (parfois une centaine) : c’est une lourde charge.

Quelle est la récompense pour ton travail dorénavant ?

Voir des joueurs monter en équipe première, ou être transférés dans d’autres clubs, partout dans le monde. Je veux avoir une influence, un impact positif sur la vie de jeunes joueurs, pour qu’après ils viennent me voir pour me dire “oui, vous avez fait de moi une meilleure personne”.

En Angleterre, les gens parlent souvent de la hauteur de la marche pour les jeunes joueurs d’arriver à intégrer les équipes premières. La décision de Jadon Sancho d’aller “grandir” en tant que joueur à l’étranger a-t-elle changé le paysage de l’Academy à Arsenal ?

Oui, je le pense. Nous avons, même ici, des joueurs dits “espoirs” qui vont dans d’autres pays, et nous récupérons de l’argent. Cet été a été pour nous très positif : Alex Iwobi est allé à Everton, un joueur qui s’était fait une place dans l’équipe première. Il y a aussi Xavier Amaechi, qui est allé à Hambourg pour lequel nous avons obtenu de l’argent et des bonus. Krystian Bielik, qui est allé à Derby County, a également fait partie de notre académie. Jeff Reine-Adélaïde est allé en France parce que nous savions qu’il ne pouvait pas s’imposer en équipe première. Mais, il a progressé grâce à ce transfert.

Résultat de recherche d'images pour "arsenal ligue des champions"
Arsenal en Ligue des champions, un souvenir de plus en plus lointain… (Reuters)

Une chose qui doit changer pour qu’Arsenal redevienne un top club ?

Nous voulons créer un meilleur lien entre les joueurs et le supporters, pour que tout le monde ressente que nous sommes sur le bon chemin, et pour que tout le monde pense que nous pouvons redevenir un très gros club. Mais, il y a de nombreux aspects. Selon moi, nous devons constituer un centre de formation de haut-vol, que tout le monde sache que nous créons les meilleurs talents ici. L’équipe première maintenant veut retrouver la Ligue des champions.

La nouvelle direction sportive veut réaliser un meilleur recrutement, que le club n’a pas eu depuis longtemps. Le lien entre les supporters et les joueurs, la ferveur, peut mener le club vers le haut.

Arsenal aurait alors perdu de la ferveur ?

Oui, totalement. Vous pouvez le ressentir. Mais, elle est peu à peu de retour, et c’est ce qui a permis d’avoir un large changement dans le club. J’ai toujours ressenti que nous devions faire de l’Emirates une forteresse, mais pour faire revenir la fierté et la ferveur, les joueurs doivent tout donner, et les supporters suivront.

Résultat de recherche d'images pour "ozil"
Un sursaut du métronome allemand à venir ? (Getty images)

Enfin, parlez nous de Mesut Özil, pourquoi sa carrière ici a-t-elle été si tumultueuse ?

Tout d’abord, il adore jouer au football. Ca n’arrive pas souvent. Il est un génie, qui peut tellement créer. Lorsqu’il a la balle, il observe, pense qu’il peut jouer comme dans un parc, donner un ballon d’une manière que lui connaît. Il est techniquement magique.

Il veut être en accord avec tout le monde. Il n’est pas le genre de joueur qui s’approche des gens et dit “tu dois faire ça, tu dois faire ça”. Il est différent et parfois j’ai lutté contre son caractère, parce que ça mettait des bâtons dans les roues de tout le monde. Pour lui, lorsqu’il y a des turbulences, c’est “bon, passons à autre chose, j’accepte”. Ca m’embêtait énormément. Mais, je sais comment le pincer lorsque c’est utile à l’équipe. Il n’y a que lui qui sait ce qu’il a à faire pour progresser et passer un cap, parce qu’il en a la capacité, vous l’avez tous vu.

Résultat de recherche d'images pour "mertesacker interview arsenal"
(Jamie Gordon)

Article original à retrouver ici.

#Benjamin #AFC #COYG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *