Pourquoi il ne faut pas prêter attention aux rumeurs de transfert

Alors que le monde s’est arrêté, que le foot a rangé ses crampons, que certains ont revêtu des masques pour sauver des vies, d’autres continuent de faire du clic sur d’hypothétiques transferts. Voici trois bonnes raisons de ne pas succomber à l’envie de cliquer sur la prochaine « info mercato » de la journée.

Tout d’abord, Corona ou pas, le mercato est encore très (trop) loin. Quand bien même les clubs travaillent en amont, le marché des transferts n’ouvrira pas ses portes avant deux mois en Europe. Que ce soit cette année ou les suivantes, les 3/4 des rumeurs qui ont lieu au cours de la saison sont bidons. Sauf dans le cas où un joueur est en fin de contrat ou a explicitement exprimé son désir de quitter son club, il n’y a aucune raison de s’enflammer.

Ensuite, le mercato est une machine à rêves qui est surtout là pour faire vendre. Outre l’échange marchand que représente le transfert d’un joueur d’un club à un autre, le mercato est l’occasion pour toute l’économie du foot de faire de l’argent. De la presse, aux agents dont c’est le métier, en passant par les joueurs, tout le monde se prend volontiers au jeu. Le supporter dans tout ça, assiste à ce spectacle depuis son canapé. Il a sa dose d’adrénaline en voyant apparaître le nom de son club, associé à la future pépite du foot mondial. Il rougit de colère en voyant le club rival lorgner sur la star du club. Puis le soufflet tombe quand il apprend que le joueur a décidé de rester au club.

Une machine infernale à laquelle tous les observateurs se prêtent, accordant de la valeur à des rumeurs la plupart du temps sans fondement. Car les rumeurs sont rarement destinées aux supporters. C’est avant tout une ressource interne au marché, un ressort pour faire pression sur la partie adverse. Un club souhaite plus d’argent pour laisser filer son poulain ? Pas de problème. Un petit mot à l’oreille de son journaliste préféré et le lendemain à la une :« Arsenal serait sur le coup ! ».

Néanmoins, cet été Arsenal ne sera peut-être pas dessus. L’incertitude qui règne sur les modalités de poursuite de la saison met en péril l’économie du foot. Dans la mesure où la survit de certains clubs ne repose que sur le trading de joueurs, on est en droit de se poser des questions sur leur futur. Au vu du contexte actuel, peu de clubs seront en capacité de dépenser de grosses sommes cet été. Sans la reprise des compétitions nationales et européennes, c’est toutes les recettes liées au match qui disparaissent : billetterie, abonnements, droits télés, sponsors et autres revenus liées à l’économie du spectacle.

C’est pourquoi, à l’heure actuelle, on ne peut pas s’attendre à ce que des records en matière de transferts soient battus comme c’est le cas chaque saison. La valeur marchande des joueurs est d’ores et déjà dévaluée de 30% selon certaines études. De fait, les joueurs à forte valeur ne devraient pas affoler les compteurs. Il sera donc difficile pour les grosses écuries de se renforcer, faute de liquidités, de la même manière qu’il sera difficile de faire une plus value sur une vente. En revanche, nous risquons d’assister à une multitude de prêts avec option d’achat, voire d’échanges secs de joueurs comme il est coutume en NBA. Des modalités de transferts moins risqués et donc moins de coups de folie sur le mercato.

Peut-être un mal pour un bien…

#Julien #COYG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *