Premier bilan du début de saison

Alors que le championnat reprend demain avec un match à domicile face à Swansea après la maudite trêve internationale, il est l’heure de faire un premier bilan du début de saison des joueurs d’Arsenal. Revue d’effectif.

Petr Cech : Titulaire indiscutable en Premier League, le tchèque continue de faire parler sa taille et son expérience. Entré récemment dans le livre Guinness des records pour le plus grand nombre de clean sheets en Premier League, il sera une pièce essentielle du dispositif défensif cette saison.

David Ospina : Le Colombien joue les matchs de Ligue des Champions et continue de s’affirmer au plus haut niveau. Au sortir d’une Copa América réussie, l’ancien gardien de Nice s’est affirmé comme l’une des meilleures doublures de Premier League. A lui de poursuivre sur sa lancée cette saison.

Emiliano Martinez : Le gardien argentin n’est pas parti en prêt cette saison. Sa seule chance d’avoir un peu de temps de jeu est d’espérer un bon parcours en EFL Cup.

Nacho Monreal : Arpentant le côté gauche de la défense des Gunners depuis 2 saisons maintenant, le Basque fait preuve d’une régularité impressionnante. Auteur d’un début de saison hésitant, notamment lors de la défaite face à Liverpool, il s’est remis en selle et a même été convoqué par l’Espagne suite à la blessure de Jordi Alba.

Kieran Gibbs : Le pendant de l’émergence de Monreal est le déclin du temps de jeu de Gibbs. Le local boy ne joue que des bouts de match et surtout en tant qu’ailier gauche pour assurer la victoire. Tout de même, c’est un signe de progression de voir qu’un joueur pourtant annoncé sur le départ est resté pour donner plus de profondeur de banc au club.

Laurent Koscielny : Un monstre. Un roc. Un héros. Que dire du début de saison du Kos ? Irréprochable en défense, le Corrézien en est même allé d’un retourné lors de la victoire face à un Southampton. Maintenant titulaire indiscutable en équipe de France, le défenseur de 31 ans arrive à pleine maturité. La blessure de Mertesacker en fait le capitaine par défaut.

Per Mertesacker : Blessé assez gravement dès le début de la saison, le BFG a du céder sa place à son compatriote Mustafi. Cela dit, le capitaine du club reste un poids lourd du vestiaire et il s’est dit prêt à se battre pour sa place pour son retour. A noter que son contrat expire à la fin de la saison.

Shkodran Mustafi : Arrivé pour environ 40 millions d’euros à la toute fin du mercato, l’Allemand arrivé de Valence a déjà pu prouver sa valeur en Premier League en atteste son match face à Burnley et Sam Vokes. Véritable athlète, il sait s’imposer physiquement en défense et n’a pas non peur de sortir balle au pied. De bonne augure pour la suite, mais attention à ne pas s’emballer, on se rappelle des premiers matchs de Gabriel.

Gabriel Paulista : Au club depuis 2 ans et demi, il peine à s’imposer à Arsenal. Malgré des débuts encourageants, ses défaillance mentales et ses difficultés avec l’anglais l’ont empeché de véritablement faire son trou. La concurrence exacerbée dans le secteur défensif obscurcit encore un peu plus son avenir. Un départ à la fin de la saison n’est pas à exclure.

Rob Holding : Le joueur de Bolton est arrivé sur la pointe des pieds cet été. Après deux premiers matchs très réussis (malgré les difficultés face à Liverpool) Holding est un peu rentré dans le rang suite à l’arrivée de Mustafi et au retour de Koscielny. Un joueur d’avenir.

Hector Bellerin : La mobylette catalane continue d’exploser au plus haut niveau. Doué techniquement et capable de faire des différences dans le dernier tiers, sa pointe de vitesse lui permet également de faire des retours fulgurants en défense (Pedro s’en souvient encore). La question se pose de savoir quand il sera mis au repos alors qu’il a joué presque tous les matchs depuis le début de la saison.

Carl Jenkinson : De retour d’une blessure aux ligaments croisés, Jenkinson pourrait justement profiter d’une mise au repos de Bellerin pour gratter des minutes.

Mathieu Debuchy : L’ancien Lillois est porté disparu. Absent des feuilles de match depuis le début de la saison, il est dommage de se dire qu’un joueur d’expérience comme lui ne puisse pas contribuer aux performances du club.

Francis Coquelin : Membre à part entière de l’équipe première, le Coq continue de faire parler sa hargne sur les terrains. Wenger semble lui faire confiance (en attendant l’émergence de Xhaka?) et le français le lui rend bien. Attention tout de même à son habitude de prendre des jaunes en première mi-temps.

Granit Xhaka : Wenger prend son temps avec l’ancien capitaine de Mönchengladbach. Seulement 5 fois titulaire, Xhaka s’est tout de même fait remarqué par ses deux buts face à Hull et Nottingham Forest. Doté d’un jeu de passes impressionnant, il ne serait pas surprenant de le voir, à terme, prendre la place de Coquelin.

Mohamed Elneny : Un peu laissé pour compte du fait des renforts au milieu, Elneny continue de produire de bonnes performances en sortie de banc. Il bosse, il ne se plaint pas, le joueur de rotation parfait.

Santi Cazorla : L’Asturien continue de régaler par sa technique. Installé dans un poste de 8 depuis quelques saisons, Santi régale, du droit, du gauche et oriente le jeu de l’équipe sans cesse. Véritable métronome, sa présence au milieu sublime la présence de joueurs comme Özil plus haut sur le terrain.

Aaron Ramsey : Après un Euro impressionnant, et une coupe de cheveux encore plus improbable, avec le Pays de Galle, on espérait que Ramsey pourrait enchainer avec la Premier League. Malheureusement, ses adducteurs l’ont encore lâché et il ne sera pas encore prêt pour jouer contre Swansea ce week-end. Alors que l’équipe a trouvé un rythme et un style de jeu sans lui, on verra comment il s’intégrera à son retour de blessure.

Alex Iwobi : Révélation de la fin de saison dernière, le neveu de Jay-Jay Okocha s’est imposé sur le côté gauche de l’attaque d’Arsenal. Faisant étalage de sa maitrise technique, sa relation avec Özil se développe match après match. Encore un peu juste défensivement, il paraît tout de même, à 20 ans, un futur pilier de l’effectif.

Mesut Özil : Moins décisif qu’en début de saison dernière, deux buts et aucune passe décisive, l’Allemand continue d’exercer une influence certaine sur le jeu de l’équipe. Alors que l’équipe a diversifié son jeu d’attaque, Özil continue d’être un maitre dans l’art de l’avant dernière passe, celle qui crée le décalage et ouvre la voie du but. Préservé avec l’Allemagne ce week-end, il continue de jouer un rôle fondamental en club comme en sélection.

Theo Walcott : Tel le phénix, Walcott renait de ses cendres. Ecarté de l’Euro suite à ses mauvaises performances de la saison dernière, Walcott semble s’être remis en question. Inarrêtable au pressing, dangereux offensivement, il réalise un début de saison impressionnant. Espérons que son corps lui permette d’enchaîner les performances.

Alex Oxlade-Chamberlain : AOC reste le joueur le plus frustrant de l’effectif. Doté de qualités techniques et physiques indéniables, il continue de produire des performances indigne de son niveau. Capable du meilleur comme du pire, il lui arrive souvent de faire la différence avant de faire le mauvais choix face au gardien. Alors que l’effectif s’est étoffé dans son secteur de jeu, c’est à lui de prouver qu’il mérite sa place.

Lucas Perez : Arrivé dans l’anonymat depuis La Corogne, l’Espagnol est venu apporté de la profondeur à la ligne d’attaque des Gunnners. Rapide et doté d’un bon pied gauche, il a fait parler la poudre en EFL Cup face à Nottingham. Les performances du quatuor offensif l’ont pour l’instant empêché de gratter plus de temps de jeu en championnat.

Olivier Giroud : Trainant une blessure à l’orteil depuis le début de la saison, Giroud semble avoir du mal à tourner la page de l’Euro. L’équipe ayant adopté un autre style de jeu en son absence, plus rapide et plus mobile, il est difficile de le voir briguer une place de titulaire dès son retour. Une situation analogue à celle d’Aaron Ramsey en quelque sorte. On connaît toutefois la force mentale du Grenoblois, à lui de répondre sur le terrain.

Alexis Sanchez : Replacé en 9 depuis le début de la saison, à l’image du poste qu’il occupe avec le Chili, Alexis est on fire. Machine à presser les défenses, il enchaine les buts et devient le véritable leader offensif de l’équipe. Ses buts contre Chelsea ou contre le PSG montre bien l’importance qu’il a pris cette saison, pourvu que ça dure.

 

#Alex

One thought on “Premier bilan du début de saison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *