Que va changer le Fair Play Financier ?

Beaucoup d’entre vous se demande ce que va changer le fair play financier, quand va t-il entrer en vigueur, est ce que le fair play financier change quelque chose à la politique de Wenger et surtout va t’il nous favoriser à long terme. Nous tenterons donc de répondre à ces questions tout au long de l’article.

Pour commencer, le fair play financier (FPF) n’entrera pas en vigueur en 2013 comme prévu mais il devrait l’être pour la saison 2014-2015. La raison de ce décalage du calendrier est dû à de nombreux amendements qui sont venus modifier la loi d’origine. A l’origine, le FPF était strict, c’est à dire qu’il devait y avoir une tolérance zéro concernant le respect du FPF. Un non respect de celui ci entrainait systématiquement la suppression pure et simple de la licence UEFA, c’est à dire l’accès aux Coupes d’Europe. La version stricte du PFP ne sera applicable qu’en 2019-2020 environ. D’ici là, ce sera un système d’amendes qui pourront dépasser plusieurs millions d’euros, qui sera appliqué.

Mais d’ici l’application de la loi de base, la loi réformée autorisera un déficit maximal de £38M (48M€) sur les trois saisons précédant le FPF (2011-2012, 2012-2013, 2013-2014). La première saison (2014-2015, date d’entrée en vigueur de la loi) les clubs, qui n’auront pas respecté la règle imposée, encourt une amende conséquente. Puis, la saison suivante (2015-2016) si jamais un club ne respecte toujours pas le FPF, il sera banni de toutes les compétitions de l’UEFA.

Qu’en est-il du Big 4 en Premier League ?

Cependant, un club comme Manchester City, rien que par sa masse salariale, atteint un déficit record de £200M, a mis en place une parade en renommant son stade en signant un contrat de naming du stade de £400M sur dix ans, soit £40M par an, du jamais vu dans les contrats de ce type. Par comparaison, le contrat de naming pour notre stade, l’Emirates Stadium, nous rapporte environ £9M par saison. Lors de ce mercato, on peut noter un changement à Manchester City qui doit dégraisser avant de pouvoir acheter. Ils doivent avant tout dégraisser donc De Jong (3,5M€), A. Johnson (12,6M€) Adebayor (6,3M€) Savic (dans le deal de Natastic), Boyata et Santa Cruz (prêt) sont partit. Ce qui a permis à City de faire venir Javi Garcia (20,2M€), Rodwell (15M€), Maicon (4M€ + bonus), Sinclair (8M€) et Natastic (16,4M€) Malgré leur petite parade, City ne possédait « que » £30M comme enveloppe de transferts et devait absolument baisser sa masse salariale avant d’envisager un recrutement, ce qui a eu le don d’énerver Mancini

Du côté de Chelsea, ils ont déjà opté pour l’amende en 2014-2015 en achetant Hazard, Oscar, Marin, etc… Une parade a aussi été mise en place avec le nouveau sponsor maillot : Gazprom, dont les chiffres n’ont pas été rendus public et dont notre cher Usmanov détient 50%, pour éviter d’être exclu des Coupes d’Europe. Mais, contrairement au plan de Manchester City pour contourner le FPF qui semble tenir la route, grâce à son stade relativement grand et des revenus qu’ils pourront amassés, le plan de Chelsea est quelque peu bancal en raison de la taille de Standford Bridge qui ne permet pas d’engranger suffisamment de recettes.

Concernant Manchester United, ils n’auront aucun problème avec FPF car, même si le club est surendetté en raison des Glazers, leur bilan financier est positif tout les ans depuis un certain temps. En particuliers grâce aux contrats de sponsoring (AON puis Chevrolet pour le maillot et DHL pour les maillots d’entrainement) et au merchandising. Pour résumer, sous le FPF, actuellement, ce serait Manchester United le club le plus riche du monde devant le Real Madrid, le FC Barcelone, Arsenal et le Bayern Munich.

Enfin du côté d’Arsenal, rien à craindre du FPF. Le club est géré da façon très saine et très sûre à l’approche de l’entrée en vigueur du FPF. Le club possède un stade flambant neuf qui génère énormément de rentrées d’argent, le merchandising se porte bien malgré des résultats en berne. Contrairement aux autres clubs de du Big Four, la dette d’Arsenal se résorbe très vite, voire même plus vite que prévu. Dans les conditions du FPF, s’il le souhaitait, Arsenal pourrait dépenser £100M sans dépasser les £38M de déficits autorisés sur les trois années avant l’entrée en vigueur du FPF. Sur les dix dernières années, la balance des transferts est positive pour Arsenal avec environ £21M de profits. De plus, pour permettre au club plus de marge de manœuvre financière, Ivan Gazidis a annoncé en juin dernier la signature de nouveaux partenariats avec des compagnies comme Indesit et Betson qui devraient apportés de nouvelles liquidités à Arsenal et permettre au club de bien se préparer l’avenir sous le FPF.

Tour d’Europe des principaux championnats

En Italie, La Juventus Turin est en train de faire construire son propre stade, dont elle sera le propriétaire, ce qui fera du club Turinois, le club le plus puissant l’Italie puisque les deux Milan comptent rester à San Siro et qu’ils ne sont pas propriétaire du stade. Du côté de l’Inter Milan, la non qualification en Ligue des Champions a obligé le champion d’Europe 2010 à dégraisser pour alléger le plus possible sa masse salariale et ne pas exploser la limitation de déficit fixer par le FPF. Au Milan AC, c’est à cause du FPF que le club Lombard a été obligé de vendre Thiago Silva et Zlatan Ibrahimovitch au PSG. Sans cela, le club aurait eu un déficit énorme, en particulier à cause de la masse salariale. L’argent des ventes permet donc au Milan de remplacer à moindre prix les deux partant et d’injecter le reste dans le club pour rééquilibrer les comptes.

En Espagne, c’est à cause du FPF que Villareal a vendu Cazorla et Capdevilla et Diego Lopes. Cet été, Malaga a vendu Cazorla et Rondon pour les mêmes raison que le sous-marin jaune l’an dernier.

En France, tous les clubs de Ligue 1 (sauf le PSG) respectent déjà le FPF à travers la DNCG (le « gendarme financier » de la ligue comme on l’appelle communément). Les clubs comme l’Olympique Lyonnais et l’Olympique de Marseille, qui n’ont pas réussi à se qualifier en Ligue des Champions sont obligés de dégraisser. C’est pour cela que du côté Lyonnais, Kallström, Cissokho, Lloris sont partis. Et côté Marseillais M’Bia est partit. A Lyon, Bastos est toujours à vendre, Gomis aussi et Cris est poussé vers la sortie, comme pour Reveillère qui a été refoulé à la visite médicale au PSG. A Marseille, Gignac est à vendre et plus officieusement, Remy et Mandanda. Les deux clubs sont à l’extrême limite du respect des règles puisqu’ils ont longtemps vécu au dessus de leurs moyens. Leur avenir économique passera par la conquête d’une place qualificative en Ligue des Champions cette année. Pour le moment, ils respectent toujours le FPF.

Du côté du PSG, on vient d’officialiser (cela ne devrait tarder) un contrat de sponsoring pour un montant de 350 à 400 millions d’euros sur 4 ans avec une banque du Qatar afin de contrer le fair play financier. La nouvelle direction du PSG souhaiterait en plus modifier le nom du stade et y accolé son nom vu que le changement de nom est impossible vu que c’est la ville de Paris qui est propriétaire du nom « Parc des Princes ». Ils espèrent ainsi se mettre en accord avec les nouvelles règles du fair play financier avec cet apport financier massif. L’UEFA a d’ores déjà prévenu que le PSG serait surveiller de près.

#Yann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *