Un mercato brésilien cet été ?

La saison de Premier League est désormais terminée et le mercato a ouvert ses portes. Les Gunners ont ainsi jusqu’au 5 octobre prochain pour effectuer les changements nécessaires au sein de l’effectif pour enclencher une nouvelle dynamique dès le 12 septembre, date du début de la saison 2020/2021. Alors comment Arsenal va aborder ce marché des transferts ? Eléments de réponse. 

Des prolongations longues durées

Il y a quelques semaines, en plein restart après le confinement, Arsenal avait prolongé plusieurs joueurs en fin de contrat.

  • Le prêt de Dani Ceballos a été étendu jusqu’à la fin de saison. Il n’est pas impossible de voir l’Espagnol rester une saison de plus en Angleterre, sous forme de prêt ou de transfert définitif. Ses performances depuis le restart font de lui l’un des meilleurs joueurs d’Arsenal. Mikel Arteta a d’ores et déjà expliqué qu’il souhaitait garder le madrilène. Les discussions sont en cours avec le Real Madrid.

  • Cedric Soares, prêté par Southampton, a également été prolongé jusqu’à la fin de saison. Il a rejoint Arsenal en qualité d’agent libre à l’ouverture du mercato, pour une durée de 4 ans. Pour rappel, le joueur est arrivé blessé en janvier au club, puis s’est de nouveau blessé. Malgré son temps passé à l’infirmerie, il aurait toute la confiance d’Arteta, qui loue notamment son professionnalisme. Ses quelques apparitions, soit remplaçant, soit titulaire, semblent donner raison au coach espagnol. A voir sur une saison entière mais l’ancien de Southampton pourra s’avérer précieux si Arsenal enchaîne les matchs en Europa League (sous réserve de victoire en FA Cup contre Chelsea le 1er août). 

  • Pablo Mari, gravement blessé face à Manchester City lors du restart, prolonge lui aussi l’aventure londonienne. L’option d’achat adossée à son prêt, a été levée à l’ouverture du mercato. Il signe donc pour une durée de 4 ans. Deux matchs sous les ordres d’Arteta auront donc suffi à convaincre Arsenal de le signer.

  • Enfin, Arsenal a prolongé le contrat de David Luiz, pour une année supplémentaire. Cette prolongation de contrat s’accompagnerait d’une baisse significative de son salaire. En interne, son expérience et ses qualités de leader sont louées. Du côté des supporters, cette décision est loin de faire l’unanimité.

Des situations problématiques à régler avant de pouvoir recruter

Récemment, d’autres joueurs se sont engagés sur le long terme. Les révélations de l’année, Bukayo Saka et Gabriel Martinelli ont, tous deux, signé un contrat longue durée. Le jeune Dinos Mavropanos a également prolongé son contrat avant de filer en prêt à Stuttgart. Côté prolongation, il ne reste plus qu’à régler la situation d’Aubameyang, en fin de contrat en 2021, si Arsenal ne veut pas revivre un nouvel épisode Ramsey. Le Gabonais souhaite prolonger l’aventure, reste à savoir si Arsenal pourra lui donner les garanties sportives et financières suffisantes pour le convaincre de rester.

Son avenir semble attaché et lié aux Gunners si le club et son clan arrivent à trouver un accord rapidement. Comme révélé par plusieurs sources, la famille Aubameyang aurait demandé 250 000 livres sterling par semaine (environ 1 million d’euros par mois) et un contrat de 3 ans.

D’autres situations délicates devraient être décidées cet été. L’histoire entre Mattéo Guendouzi et Arsenal, pourtant promise à un bel avenir il y a encore quelques mois, devrait couper court. En effet, d’après David Ornstein, le joueur s’entraînerait à l’écart du groupe depuis son coup de sang face à Brighton. Depuis ce match le Français ne figure plus sur la feuille de match. Ce n’est pas la première fois que le comportement de Matteo pose problème. Une réunion est prévue en fin de saison pour prendre une décision finale concernant son avenir. Si Mattéo ne change pas son comportement et ne s’excuse pas, le club serait prêt à le laisser partir cet été.

Outre la situation de Guendouzi, d’autres joueurs comme Lacazette ou Torreira pourraient se voir offrir un bon de sortie en cas d’offre intéressante. Pour Alexandre Lacazette, après ses dernières performances depuis le restart, Mikel Arteta semble également décidé à vouloir le garder. Autre cas : celui d’Ainsley Maitland-Niles. Là encore, Arteta a loué les qualités de polyvalence et le changement d’attitude du joueur depuis son arrivée. Son départ semble désormais moins évident qu’il y a quelques mois.

Dans tous les cas, la vente de joueurs permettrait à Arsenal d’aller recruter certains joueurs malgré la crise financière, et notamment d’aller débaucher Thomas Partey de l’Atletico de Madrid. Le milieu défensif ghanéen dispose d’une clause de 50 millions d’euros. Une somme importante qu’Arsenal ne serait pas disposé à dépenser en l’état. Un montage financier ou un échange de joueurs serait envisagé par le club. Si Partey est la cible prioritaire du club, le recrutement pourrait également prendre un accent brésilien, explication :

Thomas Partey (Photo by Pressinphoto/Icon Sport)

Kia Joorabchian, le super agent de l’ombre qui a posé ses valises à Londres

Depuis le départ d’Ivan Gazidis, directeur général de 2008 à 2018, c’est Raul Sanllehi qui a repris les commandes de la gestion interne du club. Le Catalan, intronisé au club par Gazidis, dirige la plupart des affaires de recrutements avec le directeur sportif Edu Gaspar, et ce, depuis le départ de Svan Mislintat, recruteur de renom, à qui l’on attribue certaines des belles affaires du mercato 2018 (Leno, Guendouzi, Torreira). Raul Sanllehi, qui officiait à Barcelone avant d’arriver à Arsenal, est surtout connu pour ses très bonnes relations avec les agents.

Il s’avère que Sanllehi a fait entrer à Arsenal un super agent du nom de Kia Joorabchian. Son nom ne vous dit peut-être rien mais l’Iranien est à la tête d’un réseau de joueurs immense, surtout brésilien, dont Coutinho et Willian sont les têtes d’affiches. D’ailleurs, ce dernier pourrait être la première recrue du mercato pour les Gunners. Le Brésilien âgé de 32 ans, se verrait offrir un contrat de 3 ans dans le Nord de Londres. Kia Joorabchian représente également les intérêts de Cedric Soares et David Luiz. Edu Gaspar, le directeur sportif du club depuis l’été 2019, est très proche de l’Iranien.

En Angleterre, Kia est bien connu. Il a longtemps eu une grande influence dans un club comme Chelsea. Sans entrer dans les détails, Kia était à la tête d’un fond d’investissement possédant le club brésilien de Corinthians, avant que celui-ci ne soit relégué en 2007.

Il s’est implanté en Angleterre par le biais de West Ham United, qu’il a tenté de racheter avec sa société, au début des années 2000, avant d’abandonner. Les deux argentins Carlos Tevez et Javier Mascherano ont tout de même eu le temps de transiter des Corinthians à West Ham pour la modique somme de 30 millions d’euros en 2006. Un transfert à la limite de la légalité, qui vaudra une amende de 8 millions d’euros à West Ham à l’époque.

Aujourd’hui, il semble clair et net que l’Iranien tire quelques ficelles du côté d’Arsenal. Il affirmait avant tout le monde, que la situation de David Luiz et d’autres problèmes dans la structure du club seraient réglés la semaine du 23 juin. Et c’est ce qui s’est produit.

David Luiz et Cédric Soares ont permis à Kia de faire ses premiers pas dans le club et il se pourrait que son influence ne cesse de grandir au regard des récentes rumeurs de transferts. Le nom de Neto, deuxième gardien Barcelonais, a fait surface pour pallier à la blessure de Bernd Leno avant que l’on sache la durée de son indisponibilité. Comme l’an dernier déjà, Coutinho, également représenté par Kia est annoncé avec insistance du côté d’Arsenal. En bref, l’avenir du club à moyen terme semble dépendre des agissements d’un seul homme.

Quelles conséquences pour le mercato ?

La tendance aux deals d’agents devrait s’accélérer à Arsenal. Le départ de Wenger, qui s’est toujours refusé à traiter avec de tels personnages, n’y est pas étranger. Néanmoins, les échecs de ces dernières années sur le marché des transferts, symbolisés par l’utilisation mitigée de la data (logiciels de statistiques), ont sans doute poussé les dirigeants à changer leur fusil d’épaule. Le départ de Svan Mislintat de la cellule de recrutement après un désaccord avec Raul Sanllehi laisse le champ libre à ce dernier pour mener les affaires marchandes à sa manière.

Depuis l’été 2019, la plupart des transferts ont été réalisé grâce à des agents et s’appuient moins sur un travail de scouting comme il était coutume de faire. Un transfert comme celui de Nicolas Pépé, qui mobilise de nombreux intermédiaires, n’aurait jamais pu avoir lieu par le passé. Dans la même veine, le prometteur Gabriel Martinelli est arrivée à Londres suite aux recommandations d’Edu Gaspar. 

Pablo Mari en est un autre exemple. L’Espagnol qui évoluait au Brésil est représenté par AC Talent, une société qui s’occupe principalement d’Espagnols et notamment de joueurs barcelonais (Piqué, Rakitic et Umtiti) mais également d’Unai Emery.

Kia Joorabchian (à gauche) avec Cédric Soares (au centre) lors de la signature de son contrat au club

Cette manière de recruter, par connaissance et suggestion d’agents, s’étend au-delà des joueurs. Chris Morgan, le physio en chef du club, part retrouver Liverpool qu’il avait quitté en 2016. Pour le remplacer, Arsenal aurait jeté son dévolu sur Bruno Mazziotti, actuellement en poste au PSG. Le Brésilien a commencé sa carrière en 2008 au Corinthians et est un proche d’Edu Gaspar.

Donc, pour dénicher ses prochaines recrues, Arsenal s’appuie principalement sur le réseau d’agents de Raul Sanllehi et d’Edu Gaspar, qui entretiennent tous les deux des liens étroits avec Kia Joorabchian.

La direction prise par le club sur le marché des transferts, de s’en remettre au bon vouloir d’agents, vient s’ajouter à la longue liste des équations à résoudre pour l’Arsenal d’Arteta. Néanmoins, entretenir de bonnes relations avec des agents peut aussi être un atout. Le club de Wolverhampton, qui a connu une progression fulgurante ces dernières saisons, doit en grande partie sa réussite au travail de Jorge Mendes qui a la main mise sur les transferts du club.

(pour en savoir plus sur Kia Joorabchian, voir notamment La Mano Negra de Romain Molina)

#Julien B #AFC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *