Quelle note attribuer au mercato estival ?

Le mercato hivernal étant officiellement ouvert, on peut désormais le dire : nous sommes en plein milieu de la saison 2019/2020. À cette occasion, nous revenons sur la première partie de saison de nos recrues estivales. C’est peu dire que ce mercato d’été fut, pour une fois, très agité pour le club londonien. En effet, au plus grand bonheur de ses supporters, le club enregistre six arrivées et réalise le mercato le plus cher de son histoire pour un montant total de £138M (dont près de £100M en paiement échelonné).

La satisfaction de ce mercato

Le club officialise dès le 2 juillet la signature d’un jeune attaquant brésilien de 18 ans en provenance d’Ituano (troisième division du championnat brésilien). Arsenal débourse 8M d’euros pour s’offrir les services de Gabriel Martinelli. Encore inconnu de la scène européenne il y a quelques mois, les choses sont désormais biens différentes. En effet, décisif lors de ses premières apparitions en Europa League (3 buts 2 passes décisives en 5 matchs) et en Coupe de la Ligue (4 buts en 2 matchs) il obtient rapidement sa première titularisation en championnat contre West Ham (victoire 1-3 pour le compte de la 16ème journée). Plein de sérénité et bourré de talent, Gabriel Martinelli impressionne, à l’heure actuelle, il se révèle comme la bonne pioche de ce mercato.

 

On attendra avant de juger

La recrue XXL de ce mercato estival est bien évidemment Nicolas Pépé. La plus grosse dépense de l’histoire du club reste pour le moment loin d’être justifiée. En effet, l’ailier ivoirien n’a pas su confirmer sa saison exceptionnelle à Lille sur cette partie de saison. Auteur de premiers matchs moyens, voire inquiétants, il tend cependant à gagner peu à peu la confiance qui lui fait défaut depuis le début de saison. Pas évident d’enchaîner trois entraîneurs en l’espace de 6 mois pour l’ivoirien, qui plus est dans un club en difficulté et un championnat qu’il ne connaît pas. Il n’a pour l’instant pas verrouiller sa place de titulaire indiscutable sur son couloir droit, que ce soit sous Emery ou sous les ordres de Freddie Ljungberg, qui l’a vraisemblablement punit pour son manque d’implication à l’entrainement comme il l’a sous-entendu. Pour autant il a su par séquences, montrer, qu’il était bourré de talent. Injouable en 1vs1, il a les moyens de traumatiser bons nombres de défenseurs adverses (comme Luke Shaw ce week-end). Cependant, son apport offensif (3 buts et 3 passes décisives en 18 matchs de PL) reste pour l’instant trop léger pour une recrue de ce calibre. Auteur de son premier match référence contre Manchester United mercredi, on souhaite le voir réitérer ce genre de performance.

Désormais, l’excuse du temps d’adaptation écoulé on attend de lui d’être plus décisif, lui qui a encore tout à prouver sous la tunique des Gunners. Il nous tarde de voir l’utilisation qu’en fera Arteta, quand on sait l’importance des ailiers à City et la progression d’un joueur comme Sterling. 

 

Le cas Pépé est comparable à celui de Kieran Tierney. En effet, les deux étaient très attendus à leur signature, d’une part pour le montant de leur transfert mais surtout du besoin que généraient leurs postes depuis plusieurs années. Kieran quant à lui n’est pas à blâmer. Blessé lors de son arrivée au club, il l’est toujours actuellement après avoir rechuté d’une blessure à l’épaule. Récemment opéré, on ne devrait pas le revoir à la compétition avant le mois de Mars. Même s’il n’y est pour rien, difficile de nier que son transfert (25M) est jusqu’à présent une énorme déception. De plus, il avait montré de très bonnes qualités, notamment de centre, lui permettant d’être plusieurs fois passeur décisif, pour Martinelli d’ailleurs. L’accumulation de blessure à son poste crée un manque important qui coûte cher, on a plus que jamais hâte de le savoir enfin à 100% de ses capacités.

Les déceptions

La grande déception de ce mercato est pour le moment et sans aucun doute David Luiz. Recruté pour 8M d’euros en provenance de Chelsea, il était censé apporter son expérience, afin d’instaurer une stabilité au sein de notre charnière centrale. On est pour le moment loin de cet idéal. Associé à Sokratis puis à Chambers, Luiz ne parvient pas à conserver un niveau suffisant de régularité. Pourtant, il a su montrer comme lors des deux derniers matchs (Chelsea puis Manchester United) qu’il possède les qualités recherchées et qu’il est intrinsèquement le meilleur défenseur axial de club. Seulement voilà, ses sauts de concentration et son attitude « suffisante » créent un vrai manque de certitude. Avec la blessure confirmée de Calum Chambers (ligaments croisés : indisponible jusqu’à la fin de la saison) le secteur défensif reste encore un chantier. Si bien que le club serait actuellement à la recherche d’un défenseur central.

 

L’autre déception de cette mi-saison est Dani Ceballos. Arrivé en prêt en provenance du Real Madrid, il a pour mission de palier au départ d’Aaron Ramsey à Turin. Aussi difficile soit-elle, sa mission n’est pour le moment pas une réussite. Certes, pas épargné par les blessures à répétition, le milieu de terrain de 23 ans ne parvient pas à s’imposer dans le XI Gunners. Pourtant impressionnant lors de ses premières apparitions sous le maillot rouge et blanc, l’espagnol peine à confirmer. Difficile de l’imaginer prendre la place de titulaire à Mesut Ozil pour le moment vu la forme actuelle de l’allemand, mais rien d’impossible au vu des qualités qu’il a su montrer auparavant. Toutefois il pourrait s’avérer utile pour la suite de la saison et sous les ordres d’Arteta qui aime voir son équipe dominer la possession du ballon. On en attend logiquement plus.

Un petit mot sur Saliba ?

Chose plutôt rare, il faut le souligner, Arsenal a réalisé un énorme coup de poker sur le mercato estival. En effet, le club débourse 30M d’euros (payement échelonné sur 3 ans) pour obtenir les services de William Saliba (18ans). Un réel pari lorsque l’on sait qu’il n’a effectué à ce moment précis seulement 6mois de compétition en Ligue 1 sous le maillot de L’ASSE. Le jeune défenseur français a épaté non seulement ses supporters mais aussi d’autres clubs étrangers puisque Arsenal n’était pas le seul sur le dossier (bataille avec Tottenham notamment). En contrepartie, Saliba est prêté dans la foulée à Saint-Etienne afin d’évoluer une saison supplémentaire en France comme titulaire et ne pas freiner sa progression.

A l’heure actuelle, la valeur de Saliba a peut-être déjà augmenté vu les prestations qu’il a réalisées en début de saison. Pas épargné par les blessures lui non plus, il reste tout de même le meilleur défenseur de son club et est déjà indispensable à seulement 18 ans. Les rumeurs comme quoi le club chercherait à le faire revenir dès cet hiver paraissent étonnantes, mais l’idée n’est pas si incohérente. En tout cas, le niveau affiché en Ligue 1 devrait faire de lui un sérieux concurrent dans la hiérarchie de nos défenseurs, et c’est ce dont nous avons besoin.

 

#BenjaminD et #Julien #COYG #AFC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *