Reiss Nelson: « Mon frère était dévoué à m’aider à devenir le professionnel que je suis aujourd’hui. »

Prêté récemment à Hoffenheim, le jeune Reiss Nelson revient sur son parcours et sur l’importance du rôle que sa famille a joué durant ce dernier.

Capture

« Connaissez-vous des jeunes de 18 ans qui renonceraient à leur vie sociale pour aider leur petit frère à réaliser son rêve ? Moi oui : mon frère aîné. »

« Il a tant sacrifié pour m’amener là où je suis aujourd’hui. Aller à des fêtes un vendredi soir ? Il s’assurerait que je me repose suffisamment avant le début du week-end.  M’amener à des matches tôt ou tard, m’assurer que j’allais faire du jogging, me faire garder les pieds sur terre – mon frère était dévoué à m’aider à devenir le professionnel que je suis maintenant. »

« Mais il n’y a pas que lui, toute ma famille a beaucoup sacrifié. Quand j’étais petit, j’avais des tas de maillots de Thierry (Henry) accrochés à mon mur. Ma mère travaillait très dur pour acheter ces maillots, alors quand j’en avais un que je pouvais porter, je le portais tous les jours. L’école, les fêtes, jouer au football avec des amis… si vous m’aviez vu dans les environs de Londres à cette époque, je serais le célèbre numéro 14 d’Henry. »

« Je n’aurais jamais pensé qu’un jour les gens auraient mon nom dans le dos de leur maillot, mais depuis que j’ai intégré dans l’équipe première, j’en ai vu quelques-uns lors des matches autour de l’Emirates et également dans le vestiaire. Quand vous y voyez votre nom accroché là avec tous les autres footballeurs, cela vous rend si fier.

« Evidemment, j’ai donné une partie des maillots à mes ami(e)s et à ma famille, mais j’ai veillé à ce que ma mère et mon frère soient les premiers à en avoir un. Ils participent à ce voyage depuis le premier jour et le fait d’avoir fait mes débuts en tant que senior a été une véritable réussite familiale, j’ai comme eu l’impression que tout le travail que nous avons fait avait porté ses fruits. »

« Je me souviens d’avoir été dans le vestiaire avant le match du Community Shield contre Chelsea et de ne pas savoir vraiment quoi faire. J’étais un peu nerveux et lorsque je suis rentré en jeu, je ne savais pas si je devais passer le ballon rapidement ou dribbler, mais les coéquipiers m’ont juste dit de jouer mon jeu, de faire des passes, de bouger et que si je le faisais, tout irait très bien. »

DGoGyCSW0AANpEE[1]

 

« Venir à Wembley était fou, mais j’adore jouer sous pression. Je pense que jouer devant une foule nombreuse est l’un de mes principaux attributs, parce que c’est là que je pense donner le meilleur de moi-même. C’est le genre de personne que je suis. Beaucoup de gens attendent de grandes choses de chaque joueur qui joue pour Arsenal parce que c’est une grande équipe, mais je m’y suis préparé toute ma vie. »

« Je n’avais que neuf ans lorsque j’ai été repéré pour la première fois par Arsenal. A l’époque, je me réveillais tôt pour prendre le train pour Catford avec mon frère trois fois par semaine. J’ai passé environ deux mois à jouer pour équipe appelée Moonshot, puis je me suis fait repérer par Tottenham. »

« J’ai passé trois ou quatre semaines à Tottenham, puis j’ai reçu un appel téléphonique d’Arsenal et je suis allé sur leur terrain d’entraînement. Après la première séance, ils ont voulu me signer en me promettant des jours heureux. Je n’ai pas regardé en arrière. »

« Depuis, j’ai tout donné pour ce club. Tous les entraîneurs d’Arsenal m’ont beaucoup aidé, même depuis mes débuts à Hale End. C’était différent de venir de Hale End à London Colney. La culture de London Colney est tellement différente parce que nous sommes entourés d’un tas de joueurs (de l’équipe première) de classe mondiale. »

« Alex Iwobi m’a toujours aidé et fait des blagues pour voir si j’allais bien. Lacazette est aussi un mec sympa, Özil et Hector aussi. Tout le monde est formidable et m’a bien accueilli en tant que personne et en tant que footballeur. »

« Deux de mes meilleurs amis sont à Arsenal, donc jouer ensemble à Hale End et maintenant jouer régulièrement pour les moins de 23 ans, et parfois même pour la première équipe, c’est vraiment bien. Nous avons tous eu des parcours différents et je pense qu’Eddie Nketiah a fait de grands débuts à domicile en marquant deux buts contre Norwich City, alors nous lui demandons toujours ce que ça fait. »

« Joe Willock a également été excellent et je pense qu’il a dominé le milieu de terrain à chaque fois qu’on lui en a donné l’occasion. Moi-même, je ne fais que jouer mon jeu, alors j’espère que nous pourrons tous grandir ensemble et entrer dans cette première équipe. Je suis prêt à travailler dur pour commencer et je pense que c’est l’essentiel. Une fois que vous travaillez dur, les autres attributs viendront. »

« Jusqu’à présent, mon expérience avec la première équipe a été une grande courbe d’apprentissage, mais le fait d’avoir passé la saison dernière autour de l’équipe m’a donné encore plus envie d’en savoir plus. »

« Cela fait aussi de moi un homme. La plupart des jeunes garçons de mon âge préfèrent faire autre chose que de s’occuper de leur famille ou de poursuivre leurs rêves, mais j’aime aider autant que possible. » 

« Mon frère a maintenant un fils, alors je m’occupe de lui ainsi que de tout mon jeune entourage, en essayant simplement de faire ce que mon frère m’a montré en étant un modèle et en prenant soin de ma famille. Après tout, sans eux, je ne serais jamais là où je suis maintenant. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *