Same old story

Compte-rendu Arsenal – Liverpool, 1ère journée de Premier League

Depuis quelques années, Arsenal a tendance à louper son match d’ouverture à l’Emirates. Devinez quoi ? Ce fut encore le cas hier contre Liverpool. Résumons tout ça.

A la suite d’un deuxième visionnage de cette rencontre frustrante et typique d’Arsenal, le constat reste malheureusement le même : défaite à la clé. Et en tentant de regarder ce résultat sous différents angles, les faiblesses affichées hier ne sont pas nouvelles.

Un manque d’envie dans les moments forts de la rencontre, un manque de rythme dans les courses et combinaisons offensives, un manque cruel d’impact physique dans les duels et au final, Arsenal en prend quatre à la maison. Et ces quatre pions encaissés sont tous aussi magnifiques les uns que les autres. Entre le coup-franc magistral de Coutinho, la combinaison dans la surface conclue par Lallana, la séquence d’une vingtaine de passes qui se termine par une déviation victorieuse de Coutinho et un rush en solo de Mané, il n’y a rien à dire.

Le problème concerne notre aptitude à contrer ces magnifiques actions individuelles ou collectives de l’adversaire. Sur les trois buts encaissés dans le jeu, notre milieu et notre défense ne sont pas coordonnés. Résultat ? Les Gunners sont en retard et les Reds ont tout le loisir de naviguer dans nos trente derniers mètres tranquillement.

En prendre quatre est une chose, mais en voyant qu’Arsenal a été capable d’en marquer trois de l’autre côté, il y a de quoi être frustré. Et le plus gros problème de cette rencontre se situe dans notre incapacité à tuer le match dans nos moments forts. Comment ça ce n’est pas nouveau ?

Arsenal a perdu le match entre la 30ème et la 45ème minute. Arsenal n’a pas gagné le match entre la 75ème et la 90ème minute. Constat assez paradoxal vu que le résultat était nul à la mi-temps et en faveur de Liverpool dans les derniers instants de la rencontre. Après le pénalty raté de Théo Walcott, les Gunners ont réagi et marqué sur l’action qui a suivi. Une fois le score porté à un 1-0, les Gunners se sont éteints et se sont repliés en défense alors que Liverpool était dans une période de doute et n’enchaînait pas trois passes. Ce choix incompréhensible d’arrêter de mettre la pression sur les buts de Mignolet a eu pour conséquence de permettre aux Reds de revenir dans le match.

112046663

Au retour des vestiaires, le discours de Jürgen Klopp a fait mal aux Gunners. Menés 1-0, les Reds ont renversé nos Gunners pour prendre une avance trop important à 1-4. Pour réagir, Arsène Wenger fait rentrer Santi Cazorla et Oxlade-Chamberlain suite aux blessures de Ramsey et Iwobi. Dans la foulée, Arsenal se procure son deuxième temps fort de la rencontre par l’intermédiaire des réductions du score d’Oxlade et Chambers sur deux passes décisives de Santi Cazorla. Revenus à 3-4, les Gunners s’arrêtent de nouveau de jouer et ne tente plus rien jusqu’au coup de sifflet final. Le constat est simple, malgré les quatre buts encaissés, il y avait la place de gagner ce match avec un peu plus d’envie et de rage de vaincre.

Durant toute la rencontre, les Gunners n’ont jamais donné l’impression de croire à la victoire. A l’exception de Coquelin, Bellerin, Xhaka (un peu maladroitement certes), Cazorla et Oxlade, tous les autres n’ont pas montré une envie particulière de gagner ce match.

Malgré la défaite, ce match n’est que le premier des 38 journées de Premier League et que les Gunners auront tout le loisir de se reprendre dès le prochain match. Les jokers seront rares cette saison, les Gunners doivent faire en sorte que celui-là soit le plus bénéfique possible.

#Albin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *