Sébastien Squillaci : “Arsène Wenger est quelqu’un de calme, d’intelligent, de réfléchi.” (2/2)

Transféré du FC Séville pour 6,5 millions d’euros en 2010, Sébastien Squillaci sera resté trois saisons à Arsenal pour 39 matchs sous le maillot des Gunners. L’ancien international français nous a accordé une interview inédite il y a quelques jours. Il nous explique sa relation avec Arsène Wenger, son influence sur sa carrière et nous livre son point de vue sur le départ de Laurent Koscielny. Deuxième partie.

Quelle était votre relation avec Arsène Wenger ? 
Bonne. Ce qu’il a fait à Arsenal, c’est énorme. Il a construit ce club, notamment en construisant un nouveau stade avec l’Emirates. C’est un monument pour Arsenal et c’est un bon coach. On apprend toujours en tant que joueur quand on est coaché par des personnes comme Wenger.

Comment était-il au quotidien avec ses joueurs ?
Comme avec tous les joueurs, il aime le dialogue. C’est une personne qui parle, même s’il n’est pas tout le temps en train de discuter avec ses joueurs. Quand il a quelque chose à dire, il le dit. C’est quelqu’un de posé, d’intelligent. Il sait faire passer des messages. C’est une personne très calme aussi, réfléchie. Je l’ai rarement vu s’énerver. Il n’aime pas les conflits.

Source : Source: Mike Hewitt/Getty Images Europe

Est-ce qu’on se sent privilégié quand on est Français à Arsenal, de par l’histoire du club et le coach ? 
Non. Il y a eu des périodes. Là il y a moins de français sur les 5 dernières années mais non, on n’est pas privilégié. Wenger parlait en anglais devant tout le groupe, après en entretien individuel bien sûr qu’il parlait en français. Mais autrement il y a des joueurs Français qui ont marqué le club comme Thierry Henry donc c’est vrai que c’est appréciable. On sent le poids des joueurs importants comme Pirès aussi. Mais il n’y a pas de privilège même si on sent que les français ont compté et comptent toujours pour le club. 

Aujourd’hui vous êtes à l’Académie des U17 de Monaco, est-ce que vous appliquez des principes inculqués par Wenger lors de vos années à Arsenal ?
Oui, quand on a eu la chance d’être entraîné par des bons entraîneurs, dont Arsène Wenger, bien sûr que l’on se sert de ces expériences. Ce qui m’a marqué chez lui, c’est sa sérénité quoi qu’il arrive. Il prépare ses joueurs à faire face à la pression, il sait parler aux joueurs pour les préparer lors des matchs. C’était appréciable en tant que joueur, même si des fois je pense qu’on a besoin de se faire bouger. Il le faisait de temps en temps, parce que des fois nous, les joueurs, on dort un peu. C’est quelqu’un dans la posture qui est très charismatique et qui en impose. Il y a plein de petites choses que l’on prend, après on fait un mix de tout ça, en gardant sa propre personnalité, parce qu’on est tous différents.

Source: Dean Mouhtaropoulos/Getty Images Europe

Vous êtes arrivé en même temps que Laurent Koscielny à Arsenal, vous l’avez vu progresser, quel regard portez-vous sur sa carrière et son départ houleux des Gunners ?
Houleux je ne sais pas. Il venait de Lorient, il a progressé. Pour moi, c’est devenu le meilleur défenseur sur la période où il était à Arsenal. Il a été performant, en plus c’est quelqu’un de bien dans le vestiaire. J’aime beaucoup la personne. C’est important d’avoir des joueurs sur qui on peut compter et qui sont là pour l’équipe. Même si c’est un leader assez discret, qu’on entend un peu moins dans les médias ou dans la presse. Je n’ai pas tous les tenants et les aboutissants sur les raisons de son départ et les coulisses de ce transfert, mais je sais que c’est quelqu’un de droit, de correct, il a toujours tout donné pour Arsenal. C’est aussi un choix de vie, il ne faut pas oublier que lorsqu’on est joueur professionnel, on a quand même une famille. On ne sait pas ce qui se passait dans sa vie personnelle, il avait sûrement besoin de rentrer [en France]. Je ne veux pas me positionner, ni par rapport au club, ni vis-à-vis de Laurent. Je ne sais pas comment le club a traité le dossier, mais ce que je sais c’est que Laurent est quelqu’un de respectueux, qui a fait beaucoup de choses pour le club. Je l’apprécie beaucoup et il faut respecter le choix qu’il a fait.

*Première partie de l’interview à lire ici

#Albin #Julien

#COYG #AFC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *