Sheffield – Arsenal : les notes d’une purge

De retour de la trêve internationale, Arsenal a une nouvelle fois déjoué. Sans fond de jeu, sans idées, sans envie ni détermination, les Gunners se sont inclinés 1-0 à l’extérieur face au promu Sheffield United. Triste, triste, triste Arsenal.

La compo :

Le XI de départ d’Unai Emery…

Les titulaires :

Leno (non noté) : Il n’a rien eu à faire. Si ce n’est aller chercher le ballon au fond de ses filets.

Chambers (5) : Le seul chez les 4 de derrière à savoir défendre. Problème, il est latéral droit. Et problème encore, son vrai poste n’est pas latéral droit. Résultat : il n’arrive jamais à déborder son adversaire direct dans son couloir. Est-ce étonnant ? Non.

Sokratis et Luiz (2) : Dumb et Dumber une nouvelle fois. A quel moment ces deux-là sont titulaires à Arsenal.

Kolasinac (3) : Du même niveau que les deux autres de la défense centrale. Le néant.

Xhaka (1) : Cette photo (ci-dessous) résume parfaitement le QI football du Suisse.

Guendouzi (6) : Le seul à être au-dessus du lot. On parle quand même d’un gamin de 20 ans qui était en Ligue 2 il y a deux ans. Comment Mattéo peut-il être le seul à avoir une âme de vainqueur dans cette équipe ? Impensable mais pourtant bien vrai. Semaine après semaine, c’est lui le patron. Et ce n’est pas normal.

Willock (3) : Invisible en première mi-temps, il a été remplacé par Ceballos. Le pauvre ne pouvait rien faire dans ce milieu de terrain alors qu’il avait à côté de lui Guendouzi dans le même registre et aucun créateur à ses côtés pour relayer ses courses box-to-box.

Saka (4) : Timide et très peu en vue aujourd’hui. Mais lui aussi, comment peut-on lui en vouloir ? Il n’a que 18 ans et n’a jamais déçu pour l’instant. Là encore, ce n’est pas à lui de tenir l’équipe et quand il n’y a aucun fond de jeu, il ne peut que s’engluer dans ses dribbles.

Pépé (4) : 4 pour son potentiel que l’on voit se dessiner petit à petit. Mais 0 pour sa finition. Il rate l’immanquable en début de match seul aux six mètres face au gardien. Ensuite, c’est un enchaînement de dribbles et de frappes sans conviction.

Aubameyang (2) : Invisible. Mais là aussi, impossible de lui en vouloir. Le Gagonais porte Arsenal depuis le début de la saison et ne peut rien faire si le reste de l’équipe n’est pas à la hauteur.

Les remplaçants :

Ceballos (5) : Il rentre et Arsenal a tout de suite mieux contrôlé le match. Mais Dani ne semblait pas dans un grand soir et cela s’est vite ressenti sur son influence.

Lacazette (4) : Après un mois d’absence, le français n’a rien eu à se mettre sous la dent. Compliqué de revenir dans ces conditions.

Martinelli (non noté) : Peu en vue sur la fin de match.

Unai Emery : Celle-là, elle est pour toi.

#Albin

Barème des notes :

10, match parfait ; 9, match exceptionnel ; 8, très bon match ; 7, bon match ; 6, match satisfaisant ; 5, match moyen ; 4, match insuffisant ; 3, mauvais match ; 2, très mauvais match ; 1, match exécrable ; 0, match ponctué d’un comportement inadmissible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *