Shkodran Mustafi, une carrière sous les critiques

“Nous ne sommes que des humains, et personne n’est immunisé à la critique. Lorsqu’on entend une critique, qu’elle soit bonne ou mauvaise, on ne peut pas l’oublier.”

Voilà ce que déclare l’Allemand, qui est revenu sur sa carrière à Arsenal et les critiques qu’il a pu essuyer depuis son arrivée à la fin de l’été 2016.

Ses mots :

” Lorsque je suis arrivé à Arsenal, la saison avait déjà commencé. J’ai rejoint le club et j’ai de suite joué mon premier match face à Southampton, match que l’on a gagné à la dernière minute. On a ensuite été jouer à Paris et reçu Chelsea juste après. C’était des matchs compliqués, mais je me suis donné à fond et on a très bien joué. On a obtenu un nul à Paris, gagné face à Chelsea et on a pu enchaîner de bons matchs derrière.

C’était une période agréable car il était beaucoup plus facile pour moi de m’intégrer dans une équipe qui va bien et qui gagne. Lorsqu’une saison démarre bien, c’est dur de ne pas s’emporter. Si les choses vont bien c’est qu’il y a une raison, il faut donc continuer à travailler dans le bon sens et ne pas se reposer sur ses lauriers. Si on pense que tout va être facile désormais, on arrête de travailler comme il le faudrait et on perd le fil. Le plus important est de ne jamais arrêter de travailler pour avoir de bons résultats.

Lorsque les fans sont de votre côté, cela vous donne tellement de confiance. En tant que défenseur, il est primordial d’avoir cette confiance pour affronter les adversaires et la pression. La moindre erreur peut mener à un but. Un observateur extérieur ne verra que l’erreur, et sera probablement énervé contre vous. On devient nerveux, car on ne veut pas reproduire la même erreur. C’est un type de pression très difficile à gérer. En tant que défenseur central, on doit supporter cette pression en permanence, mais elle devient bien plus présente lorsqu’on fait une erreur. Pour passer un match normal, un défenseur doit parfaitement faire son travail.

Lorsque l’on remporte tout ses duels, qu’on fait tout ce qu’on doit faire, et qu’on finit par faire une petite erreur et être puni pour ça, ça détruit tout ce que vous avez pu faire avant. Cela rend ce poste très difficile. Après un tel match, on est forcément affecté, on s’en veut d’avoir fait cette erreur, d’avoir concédé ce but, d’avoir laissé tombé ses coéquipiers. On a vraiment l’impression d’avoir détruit le travail de tout le monde. On s’en veut énormément, surtout lorsque l’on est exigeant avec soi-même. Mais il faut vivre avec et continuer à avancer, car on est très vite de retour à l’entrainement, et il faut travailler dur pour ne pas reproduire cette erreur.

Il faut repartir de l’avant pour montrer à ses coéquipier que l’on va se donner pour eux, pour l’équipe et pour les supporters. C’est le plus important, mais il n’y a pas que ça. Il faut aussi apprendre à gérer les réseaux sociaux.

Quand tout va bien, ça fait plaisir de lire des commentaires élogieux, cela donne de la confiance même si il faut rester professionnels. Quand les choses vont moins bien, on aime moins ce qu’on lit, évidemment. On est pas d’accord avec beaucoup de choses que l’on peut lire, et c’est frustrant, c’est énervant.

J’ai réussi à m’éloigner des réseaux sociaux. Je n’y étais pas actif, je ne lisais pas les commentaires, tout ce que je voulais c’était aller sur le terrain et jouer le football dont je me sais capable. Je parlais souvent avec mes proches, ma famille, ma femme et mes enfants, et cela m’a aidé à oublier les mauvaises passes.

Si je me suis senti comme une cible privilégiée des détracteurs du club? Je ne dirais pas une cible car c’est un grand mot, et je ne me considère pas comme le centre du monde. Mais à certains moments, il a été difficile de comprendre pourquoi j’étais pris à parti à propos de matchs lors desquels je n’ai pas joué. 

C’est toujours frustrant de lire un commentaire négatif, et on a parfois envie de répondre et de tirer les choses au clair, mais on ne le fait pas car il faut rester professionnel en toutes circonstances. Je préfère user de mon énergie et de ma concentration à l’entrainement et en matchs, plutôt que sur les réseaux sociaux.

Ma femme m’a souvent répété cette phrase “Tu n’es pas là par hasard, souvient toi d’où tu viens, et la quantité d’effort, de travail et de sueur qui t’ont menés jusqu’ici. Il y a une bonne raison à ta présence ici, alors continue à travailler et à faire ce que tu sais faire.” Et cela m’a énormément aidé dans les moments difficiles.

C’est le meilleur conseil que je puisse donner à quiconque qui subit des critiques : écoutez vos proches. Ils vous diront toujours la vérité, et serons toujours là pour vous quoi qu’il arrive.

Cette saison, j’ai principalement joué en Ligue Europa et en coupes, où je me suis concentré sur mon travail, mon rôle dans l’équipe et surtout montrer ce dont je suis capable. Quoi qu’il arrive, mon but reste le même, devenir le joueur que j’étais, voir mieux.

Je me suis concentré, j’ai beaucoup donné de ma personne tous les jours de ma carrière. Je veux pouvoir rentrer chez moi et dire à ma famille “J’ai donné tout ce que j’avais et je suis prêt pour n’importe quel match, je suis à 100% dedans.” Je veux simplement me concentrer, jouer 90 minutes à fond, ne pas faire d’erreur et surtout retrouver le niveau de confiance qui était le mien à mon arrivée ici.

Je pense que les fans ont vu cela aussi. J’ai toujours essayé de passer au dessus des critiques, et de donner le meilleur de moi-même, peu importe les circonstances. Je pense que certains fans ont vu, dans les derniers matchs que j’ai joué, que j’essaye toujours de donner tout ce que j’ai. Bien sûr j’ai fait des erreurs comme tout le monde, car nous sommes certes des professionnels, mais avant tout des humains.

Personne ne fait volontairement des erreurs, ça arrive, c’est tout. J’ai toujours voulu gagner, tout donner pour mes coéquipiers. Je pense qu’ils le savent et qu’ils apprécient ça.

Maintenant, le plus important pour le club et moi est de rebondir. Les choses ne vont pas comme on voudrait en ce moment. Cela va être dur, mais je pense qu’on a le mental et les qualités nécessaires pour revenir et gagner les matchs que l’on doit gagner. Nous devons être unis autour de l’équipe et du club. Unis entre les joueurs, entre les membres du staff, entre les fans. Nous devons avancer ensemble, pour réussir ensemble.

C’est la seule façon d’y arriver. Ce n’est pas le moment de pointer qui que ce soit du doigt, nous devons tous travailler dans le même sens pour pouvoir espérer une fin de saison agréable.”

Shkodran Mustafi

 

propos originaux recueillis sur www.arsenal.com, traduit de l’anglais par Matthieu Rolland.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *